Inscription à la news letter
Notre magazine

Résultats de la recherche pour "taux horaire"

Vous aimeriez comprendre comment et pourquoi LKQ veut tellement conquérir l’Europe de la pièce ? Après notre première partie sur le “comment”, découvrez maintenant le “pourquoi” dans le 2ème volet de cette étude comparée des principaux chiffres régulièrement publiés par le géant américain. A l’appui de notre analyse, deux autres passionnants documents de LKQ : les structures comparées des marchés de l’entretien-réparation aux États-Unis et en Europe. Où l’on comprend pourquoi notre Vieux Continent fait tellement saliver LKQ Corporation. Et pourquoi il lui est si facile de lever des fonds aux États-Unis pour financer ses acquisitions chez nous…

PSA vient enfin d’officialiser sa vaste offensive sur le business de la rechange indépendante et à cette fin, sur sa révolutionnaire adoption de la pièce équipementière jusqu’alors réservée aux distributeurs indépendants. Il élargit son offre pour offrir tout le panel des “solutions pièces” attendues, explique-t-il, par 100% des consommateurs comme par 100% des réparateurs, indépendants ou agréés. Que la stratégie soit suffisante ou pas en l’état pour y parvenir, deux évidences déjà : les autres constructeurs ne le laisseront pas seul sur ce marché et la concurrence avec les groupements de distribution indépendants est désormais frontale…

Veillée d’arme pour les réseaux de PSA qui ne décolèrent pas. Pour eux, la décision du constructeur de leur faire poser des pièces achetées sur Mister-Auto est, en l’état, une hérésie. Une corde pour se pendre qu’on leur tend car une menace, selon eux, pour tout le “business-model” de leurs ateliers. Une folle décision… à “l’emporte-pièces”, au sens propre comme au sens figuré. Car ils craignent une réaction en chaîne qui, en les privant déjà d’une vente et d’une marge pièce essentielles, tirerait surtout leur précieux référentiel “prix-constructeur” vers le bas. Et avec lui, les entreprises des réseaux PSA, voire de tout le marché de l’après-vente…

FordPartsUK, le site anglais de ventes de pièces Ford en ligne, a une apparente vertu : les concessionnaires Ford européens peuvent opportunément l’utiliser pour déstocker afin de redorer leurs comptes d’exploitation mis à mal par la crise. Mais que l’initiative se généralise dans tous les réseaux de marque et l’offre internet en pièces “constructeur” à prix discount se répandra dans toute l’Europe. En faisant brutalement dévisser le nécessaire “référentiel prix-constructeur”. Et toutes les entreprises dont le business-model en dépend…

Drivista.com va probablement ouvrir lundi prochain —avec un retard technique sur la mi-mars initialement prévue— et y déployer, pour les réseaux de réparateurs traditionnels de Goupauto, l’innovante expérience de forfaits à tarifs nationaux uniques. Autodistribution ne suivra pas son exemple et n’invitera pas ses réseaux AD à adopter cette approche : le groupement est peu convaincu de son intérêt, voire de sa nécessité. Laquelle des deux écoles gagnera ?

CYCLE «LA PIÈCE, CÔTÉ COUR ET CÔTÉ JARDIN»
Après s’être porté au chevet d’un marché de la rechange indépendante considéré « en sursis » il y a peu (voir « chronique d’une mort annoncée des indépendants« ), notre expert pièces se penche maintenant sur les raisons qui ont empêché les constructeurs de rafler la mise. Malgré tous leurs atouts, ils ont raté leur chance de devenir les rois de l’après-vente. Pourquoi ?

La Macif a subi deux revers en justice, début avril, dans le Nord et le Pas-de-Calais, suite à la minoration par l’un de ses “experts agréés” des coûts de réparation des véhicules de ses assurés. Le premier revers subi devant le Tribunal d’instance de Lens, le second devant la Juridiction de proximité de Lille. Deux victoires pour les automobilistes plaignants mais aussi pour la Carrosserie des Weppes et le SEAI, dont le trésorier national et expert de son état, Sylvain Pecqueur. Et un contre-pied fameux au récent arrêt de la Cour de cassation sur le “rôle économique de l’expert”.

Les présidents nationaux des branches Carrosserie du CNPA, de la FNAA et de la FFC ont été réunis, le 24 mars dernier, par le président du SEAI, Karim Megrous et la FNAA , pour assister à un stage de sensibilisation et de formation au recours direct. L’occasion, pour les trois syndicats de réparateurs, d’en apprendre davantage d’une procédure qui permet aux différents professionnels et à l’automobiliste victime d’un choc non responsable d’obtenir un règlement au centime près.

Durant son congrès annuel, l’ANEA a mis en avant un récent arrêt de la  Cour de Cassation du 2 février dernier qui semble confirmer le rôle économique et régulateur de l’expert quant aux prix pratiqués par les carrossiers. Le dossier est-il définitivement entendu ? Loin de là, réagissent les organisations professionnelles qui considèrent cet arrêt comme une décision d’espèce, pour le moins incongrue et qui n’aura pas de conséquences jurisprudentielles…

1 2 3 10