Inscription à la news letter
Notre magazine

S. Antiglio (Pdt Autodistribution) répond à nos lecteurs: le premier débrief!

Elle est passionnante, VOTRE interview de Stéphane Antiglio, le président d’Autodistribution, à paraître en exclusivité  dans notre tout prochain magazine «Après-Vente Automobile» N° 109 de décembre. Car c’est bien VOUS qui lui avez posé la bagatelle de 47 questions (un record !) via le formulaire que nous avons mis en ligne. S. Antiglio n’a éludé aucune d’entre elles. En avant-première, voilà une synthèse de la façon dont le patron d’Autodistribution a appréhendé vos questions…

Stéphane Antiglio, président d'Autodistribution

Stéphane Antiglio, président d’Autodistribution

Oui, cette interview de Stéphane Antiglio, le président d’Autodistribution, est passionnante. D’abord parce qu’il s’agit de VOS questions. Sans filtre, sans pré-sélection aucune, elles viennent directement de vous qui faites le marché. Au travers de celles que vous avez posées −comme d’ailleurs de celles qui ne l’ont pas été−, ces questions sont déjà, à elles seules, un indicateur inédit de l’image qu’inspire le leader de la distribution française au «terrain». Ce terrain dont on parle si souvent sans toujours lui donner la parole. C’est d’ailleurs là LA raison d’être de nos “interviews des lecteurs”, uniques en presse pro, auxquelles se sont déjà soumis volontiers Thierry Leblanc (DG France & Benelux Bosch Aftermarket), Alain Landec (pdt Feda) et le “nouvel Equip Auto” via Jacques Mauge (pdt Fiev), Patrick Cholton (pdt FFC) et Philippe Baudin (pdt Commission aftermarket FIEV).

Passionnante ensuite parce que Stéphane Antiglio s’est, lui aussi, très volontiers prêté à votre jeu. Et l’effort est réel. Dans le cadre de nos “interviews des lecteurs”, le contexte de l’exercice change du tout au tout. Il ne s’agit plus dès lors de répondre rapidement à des journalistes que l’on connaît, fréquente et dont un “capitaines d’entreprise” comme Stéphane Antiglio maîtrise aisément les marottes et peut facilement esquiver les questions. Il s’agit cette fois de se frotter aux interrogations pragmatiques et imprévisibles de professionnels confrontés à des défis souvent lourds de sens pour l’avenir de leurs entreprises.

Non seulement il lui fallait donc prendre le temps de répondre à vos 47 questions (et le temps est une denrée rare et précieuse que Stéphane Antiglio a eu la gentillesse de trouver pour vous), mais il lui était impossible d’éluder vos sujets. C’est notre règle : que l’interviewé les considère fondées ou infondées, justes ou injustes, pertinentes ou non, embarrassantes ou pas, il lui faut répondre à TOUTES vos questions. Dans nos colonnes, si elles sont d’intérêt général. Directement et “hors micro”, si elles sont d’ordre plus personnel.

Sur l’avenir des réseaux de réparation…

C’est dans cet esprit que Stéphane Antiglio a pris par exemple le temps de répondre longuement à ces lecteurs-réparateurs lui faisant directement part de leurs interrogations sur les mutations qui traversent logiquement les réseaux AD. Des interrogations sur les conséquences de la montée de la professionnalisation, synonymes aussi de contraintes nouvelles, parfois même de déceptions et de douleurs pour les réparateurs AD «historiques» du tout premier réseau multimarque de l’histoire de la rechange traditionnelle.

Au fil de vos questions et de ses réponses sur le futur des enseignes (AD, Autoprimo et autres) se dessine en fait l’avenir de toute la réparation auto. «Le garage de 2030 sera technique, technologique, connecté et forcément membre d’un réseau, sous la forme d’une enseigne ou au moins sous celle d’un échange structuré de compétences», vous dit-il. Il détaille aussi cette philosophie propre aux réseaux indépendants multimarque, mélange alchimique entre indépendance nécessaire du chef d’entreprise et discipline inévitablement croissante. Cette “homogénéisation” qu’il annonce nécessaire pour affronter ne serait-ce que les enjeux d’image que la digitalisation impose déjà, bon gré mal gré, à tous les prestataires de services, automobiles ou autres.

…sur l’avenir de la distribution de pièces multimarques…

Il n’élude pas plus vos questions sur les mutations de la distribution de pièces. S. Antiglio évoque entre autres le retard pris en matière logistique des acteurs traditionnels de la pièce et les efforts entrepris pour le rattraper.

Il le dit ainsi clairement : l’avenir de la distribution de pièces sera logistique ou ne sera pas. Du fait de la complexité croissante des pièces à distribuer, mais aussi parce que la logistique est l’un des outils qui conditionne la qualité de tous les services, présents et surtout à venir.

…sur les nombreuses questions liées à l’offensive PSA…

Il sera tout aussi longuement précis sur l’offensive de PSA en matière de distribution de pièces équipementières multimarque. Les ambitions équipementières du constructeur ont évidemment suscité beaucoup de vos questions. Stéphane Antiglio vous explique comment il analyse et comprend le modèle de PSA qu’il estime différent de celui de la distribution multimarque traditionnelle. Sans occulter les forces et les faiblesses de chacun desdits modèles. «En se réorganisant ainsi, en courant après le multimarquisme, PSA ne doit pas non plus perdre son âme», avertit-il dans l’un des nombreux moments forts de votre interview.

Il met aussi en garde les équipementiers référencés par PSA. Non pas parce qu’ils accompagnent le constructeur (peuvent-ils seulement faire autrement, reconnaît-il en substance ?), mais par l’impact que cette nouvelle opportunité de business équipementier peut aussi avoir sur un marché déjà surstocké, donc déjà en lisière d’une possible guerre de prix qui ne ferait l’affaire de personne, «du constructeur au plus petit des garages». Car, dit-il, «plus on stocke, plus on prend ce risque».

… et sur tous les autres de VOS sujets

Il n’élude pas plus vos nombreuses questions inspirées par le récent rachat de Doyen ou les relations entre Autodistribution et pure-players ; par les inquiétudes que suscitent la “financiarisation” croissante de la distribution ; par qui pourrait être rachetée une prochaine fois Autodistribution ; ou par cette récente législation sur la pièce de réemploi et le rôle que le groupement estime devoir jouer en la matière. Il vous répond aussi sur les impacts de la voiture électrique, des véhicules déjà connectés et annoncés autonomes. Des réponses qui d’ailleurs pourront surprendre…

Voilà pourquoi, grâce à la pertinence de VOS questions, cette interview exclusivement publiée in extenso dans le numéro de décembre de notre magazine Après-Vente Automobile devrait tous vous passionner. Parce que le talent de nos “lecteurs-intervieweurs” a rencontré la franchise de Stéphane Antiglio. Et parce qu’après-Vente Automobile et son site Apres-vente-auto.com se veulent les seuls supports à faire l’effort parfois risqué d’analyser et de décoder pour vous l’actualité qui, de plus en plus souvent,  bouscule et refaçonne la rechange et la réparation automobiles…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,60 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*