Inscription à la news letter
Notre magazine

Diéseliste de France s’adresse aux anciennes sur Rétromobile

L’association Diéseliste de France était pour la première fois au rendez-vous du salon Rétromobile, qui s’est tenu à Paris Expo, Porte de Versailles, du 8 au 12 février dernier. L’occasion pour les spécialistes du diesel et de la gestion moteur d’afficher leur présence nationale et leur savoir-faire au service des collectionneurs et des propriétaires d’anciennes, notamment des youngtimers.

Fabrice Godefroy (badge autour du cou), président de Diéseliste de France, a accueilli chaque jour des membres de l'association sur son stand

Fabrice Godefroy (badge autour du cou), président de Diéseliste de France, a accueilli chaque jour des membres de l’association sur son stand, pour qu’ils évoquent avec les visiteurs leur savoir-faire auprès des moteurs anciens.

C’était une première pour Diéseliste de France : monter un stand sur Rétromobile, salon-phare du véhicule de collection, dont l’édition 2017 s’est tenue du 8 au 12 février à Paris Expo, Porte de Versailles. En effet, regroupant des spécialistes de la gestion moteur diesel, bien sûr, mais aussi essence, l’association se fait surtout la voix de professionnels dont le business a longtemps été directement lié à d’autres professionnels, par la voie de la sous-traitance. Sur un salon à vocation majoritairement grand public, Diéseliste de France ne semblait pas forcément avoir sa place.

Pourtant, de passage l’an dernier sur le salon, Fabrice Godefroy, président de l’association, et les autres responsables de Diéseliste de France, se sont rendus compte du potentiel que réservait le marché des véhicules anciens. D’autant qu’à partir de 30 ans d’âge, un modèle peut passer dans la catégorie véhicule de collection, et les technologies moteur des 25 à 40 dernières années sont déjà suffisamment avancées pour nécessiter l’intervention de véritables spécialistes de la gestion moteur.

Afficher le savoir-faire des diéselistes

« L’objectif, via notre stand sur Rétromobile, est de montrer le savoir-faire des diéselistes sur les youngtimers, bien sûr, mais aussi les véhicules de plus anciennes générations, souligne Fabrice Godefroy. Et nos adhérents ont toujours des bancs diesel capables de traiter les moteurs de ces véhicules dans leurs entreprises. » Afin de mettre en avant les adhérents de l’association ayant souhaité afficher leur capacité à traiter les véhicules anciens, Diéseliste de France a monté son stand autour d’une carte de France grand format, où chaque entreprise membre de son réseau est localisée, avec un présentoir de cartes de visite à son nom.

Tous les jours, durant la durée du salon, des chefs d’entreprise adhérant à l’association sont venus sur le stand présenter leurs activités et profiter de l’engouement important que génère le vintage aujourd’hui. « L’un des premiers modèles à embarquer un moteur Diesel en grande série en France fut la Peugeot 403 à la fin des années 1950, rappelle Fabrice Godefroy. Puis il y a eu la 404, très répandue car les taxis en ont fait largement usage. Et si l’on remonte au début des années 1990, la moitié du parc roulant français était diéselisé. » D’où la pertinence de l’offre de services des diéselistes.

Un parc durable mais à soigner

Sur les 800 000 véhicules de collection immatriculés en France, une bonne moitié est déjà constituée de youngtimers, diéselisés à quasiment 50%. Des véhicules bénéficiant d’une longévité exceptionnelle, «les anciens diesel étant beaucoup plus résistants qu’aujourd’hui, où leur réglage extrêmement précis et la grande part d’électronique et d’équipements de dépollution les rend aussi plus fragiles», ajoute le président de l’association. Les pannes que connaissent ces modèles restent les mêmes qu’à l’époque de leur sortie, «fuites à l’axe du régulateur de pompe à carburant, problèmes de filtres à gazole, etc.» Pour ce faire, les membres de l’association sont tous déjà équipés, puisqu’ils ont pour la plupart gardé le matériel leur permettant de réparer les mêmes véhicules à l’époque où ils n’étaient pas encore classés véhicules de collection.

«Nous devons absolument faire la promotion de ce savoir-faire, parce que les propriétaires des véhicules ne savent pas forcément s’ils doivent s’adresser à un garagiste généraliste, dont les techniciens ne sont pas forcément formés à traiter des véhicules aussi anciens, et ne sont pas aussi spécialistes de l’injection et de la gestion moteur comme nous le sommes», affirme Fabrice Godefroy.

Prochainement, Diéseliste de France envisage de communiquer dans les revues spécialisées sur les véhicules anciens et de collection, afin de toujours pousser à la reconnaissance du savoir-faire de ses membres.

Sur la reproduction d'une carte d'époque, Fabrice Godefroy (Diéseliste de France) indique les diéselistes déjà présents à Paris il y a plus de 70 ans.

Sur la reproduction d’une carte d’époque, Fabrice Godefroy (Diéseliste de France) indique les diéselistes déjà présents à Paris il y a plus de 70 ans.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,78 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*