Inscription à la news letter
Notre magazine

Franchise Expo 2017 – RelaxAuto : l’enseigne d’entretien mobile en conquête

L’entretien automobile à domicile ou sur le lieu de travail manquait encore aux particuliers. Désormais, une enseigne de franchise s’empare du concept. RelaxAuto, créé en 2009 mais ouvert au développement franchisé depuis 2015, a fait ses premiers pas sur un salon d’envergure lors de Franchise Expo Paris, qui s’est tenu du 19 au 22 mars dernier à la Porte de Versailles.

De gauche à droite, devant le fourgon : Ludovic Jumelle, président de RelaxAuto, Guillaume Kustner, expert mécanique, et Christophe Daine, responsable commercial de RelaxAuto.

De gauche à droite, devant le fourgon : Ludovic Jumelle, président de RelaxAuto, Guillaume Kustner, expert mécanique, et Christophe Daine, responsable commercial de RelaxAuto.

Créé en 2009 par Ludovic Jumelle, issu du secteur de l’agroalimentaire, et Guillaume Kustner, mécanicien auto de métier, RelaxAuto a fait ses premiers pas sur Franchise Expo Paris, du 19 au 22 mars dernier. Et parmi plusieurs concepts de franchise innovants cette année, le tout jeune réseau était le seul à proposer de l’entretien auto à domicile, le tout embarqué dans des camions-atelier tout équipés. En 2013, ceux-ci décident de développer une enseigne de franchise et embauchent Christophe Daine, responsable commercial. Ensemble, ils font développer le concept jusqu’à ouvrir officiellement, en 2015, la franchise aux prospects.

Le recrutement a commencé en milieu d’année 2016 et aujourd’hui, le réseau compte deux centres. Celui d’origine, à Buchelay, dans les Yvelines (78), et le tout premier membre franchisé, à Dieppe, en Seine-Maritime (76). «En 2017, nous souhaitons ouvrir entre 6 et 8 centres, dans le cadre d’un développement raisonné, explique Christophe Daine. Nous avons déjà reçu plusieurs centaines de demandes depuis l’an dernier, nous avons communiqué sur TF1 : aujourd’hui nous avons un fichier de 600 contacts, dont un quart sont qualifiés.»

Être mécanicien qualifié : condition sine qua non

Le format des centres RelaxAuto est simple. Un véhicule-atelier Ford Transit garanti 5 ans et fourni tout équipé, à partir de 42 000 euros. 15 000 euros de droits d’entrée pour la réservation de la zone géographique, l’accès aux services du réseau, la plateforme de gestion client, le call-center, la centrale de référencement, le support administratif, commercial et marketing. 5 000 euros de droits de formation. Une redevance fixe de 250 euros la première année et de 633 euros maximum lors de la cinquième année de contrat. Et une redevance de communication fixée à 2,5% du chiffre d’affaires généré par le franchisé.

Pour 5 000 euros d’apport, le professionnel souhaitant se lancer dans l’activité d’entretien auto à domicile peut le faire chez RelaxAuto. A condition d’être mécanicien auto qualifié même si RelaxAuto propose, bien sûr, de la formation à ses futurs adhérents. «Le pro doit avoir le niveau pour des prestations allant jusqu’au remplacement de la distribution. Il est aussi essentiel qu’il ait une fibre d’entrepreneur et de commercial», souligne Christophe Daine. Car, accompagné par les outils de communication de l’enseigne, c’est bien au franchisé de constituer, petit à petit, son portefeuille clients et de le fidéliser. «Mais avec notre concept, le professionnel gagne deux ans pleins par rapport à une activité d’entretien à domicile lancée en propre.»

Le coup de main digital de RelaxAuto

Bien sûr, c’est depuis la centrale d’appel de RelaxAuto et son site web que 50 à 70% des demandes d’intervention du franchisé se font et lui sont relayées. Mais pour les 30 à 50% restant, dont une grosse partie de reprises d’intervention et de fidélisation client, c’est à lui d’agir. Le concept RelaxAuto doit lui permettre de générer des bénéfices dès la première année et un retour sur l’investissement de départ est envisageable dès deux ans. «Le business model de départ est : à chaque franchisé son atelier mobile, précise Christophe Daine. Mais passée la première année, s’il le souhaite, nous pouvons l’aider à passer à un atelier fixe en plus.» C’est le cas, notamment, pour le site d’origine, à Buchelay.

Puisque l’intervention d’entretien auto est interdite sur la voie publique, le but de RelaxAuto est d’abord de déployer son concept sur les territoires ruraux ou semi-urbanisés. Mais même dans les zones les plus reculées, les franchisés RelaxAuto doivent proposer un service équivalent à un atelier fixe. Et pour ce qui est du matériel et des pièces, la centrale d’achat de RelaxAuto s’est concentrée sur des gammes équivalentes à l’équipement d’origine. «Le franchisé y bénéficie d’une grille de remises négociées pour lui, et peut commander et se faire livrer directement.»

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 4,67 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*