Inscription à la news letter
Notre magazine

Pièces de réemploi : Lizarte attend les réparateurs au tournant

Le marché des pièces issues de l’économie circulaire s’annonce plein de promesses pour les fournisseurs de pièces de réemploi (PRE) comme de pièces d’échange standard. Lizarte, spécialiste espagnol du remanufacturing de colonnes et crémaillères de direction, d’injecteurs, de pompes d’injection et de compresseurs de clim, se positionne donc clairement. Et son président espère des réparateurs français qu’ils sauront proposer à bon escient à leurs clients l’offre d’échange standard présente sur le marché.

Oscar Huarte, président de Lizarte.

L’article L224-67 du Code de la consommation, créé par la loi “Royal” sur la Transition énergétique, est en vigueur depuis le 1er janvier. Et dispose que « tout professionnel qui commercialise des prestations d’entretien ou de réparation de véhicules automobiles permet aux consommateurs d’opter pour l’utilisation, pour certaines catégories de pièces de rechange, de pièces issues de l’économie circulaire à la place de pièces neuves ». Le texte est désormais bien connu des professionnels de la réparation. Qui ne peuvent toutefois pas encore s’appuyer sur un arrêté d’application dédié pour informer le client final en bonne et due forme.

Néanmoins, les fournisseurs de pièces d’échange standard attendent d’ores et déjà les réparateurs français au tournant. Notamment l’Espagnol Lizarte, pour qui la France est un marché prioritaire et stratégique depuis plusieurs années. Et qui représente, ni plus, ni moins que 40% de son chiffre d’affaires global, selon Oscar Huarte, président de l’équipementier. « Il arrive même, sur certaines périodes, que ce soit notre premier marché en termes de facturation », reconnaît-il, avant de suggérer qu’un tel poids peut parfois s’avérer difficile à porter. « Notre objectif est de continuer à nous développer sur nos marchés principaux et les marchés potentiellement porteurs, tout en essayant de contenir le poids de la France dans notre chiffre d’affaires global », souligne-t-il.

L’opportunité de la réglementation PRE pour Lizarte

Face à l’évolution du cadre réglementaire autour des pièces d’économie circulaire en France, Lizarte ne peut que se féliciter. « Le fait que les réparateurs se voient dans l’obligation de proposer des pièces de réemploi, dont des pièces remanufacturées, est une bonne nouvelle pour Lizarte, reconnaît Oscar Huarte. Le particulier aura ainsi connaissance de l’existence de ces produits et donc de leurs avantages. » Toutefois, le président de Lizarte évoque aussi l’incertitude de l’équipementier quant au réel entrain des réparateurs à proposer de la de PRE. « Il restera à connaître le niveau d’implication des réparateurs face à cette nouvelle norme ; notre souhait est, bien entendu, qu’il soit élevé. »

D’autant que la liste des pièces concernées par la nouvelle législation reste encore bien floue. Et obscurcit légèrement l’horizon pour un Lizarte dont le portefeuille produits est en bonne partie constitué d’organes dits “de sécurité”». « A ce jour, il apparaît que les organes de direction assistée sont exclus de cette nouvelle législation, ce qui est bien sûr dommageable pour nous, déplore-t-il. Car, avec les pompes de direction assistée, ce sont des produits qui génèrent une grosse part de notre chiffre d’affaires. »

Pour rappel, l’Espagnol est le seul équipementier avec le groupe ZF/TRW à jouir de la certification ISO TS 16949 pour la rénovation des systèmes de direction. En attendant d’y voir plus clair, Lizarte s’apprête à s’attaquer au marché poids lourd, avec des produits remanufacturés dédiés. En l’occurrence des pièces de direction, des pompes, des compresseurs et des produits Diesel.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*