Inscription à la news letter
Notre magazine

Libre choix : une appli Macif pour “mieux orienter” l’assuré vers le réseau agréé

Selon un courrier en date du 9 novembre dernier, la Macif lance, en ce 27 novembre 2017, une nouvelle application conçue avec Darva pour permettre de «favoriser une meilleure prescription de [son] réseau agréé et d’augmenter le volume de dossiers confiés». La mutuelle d’assurance exige donc de ses réparateurs conventionnés qu’ils renseignent «impérativement» le maximum d’informations sur leurs services et leurs compétences, entre autres, pour permettre aux gestionnaires de sinistres d’avoir les arguments nécessaires pour orienter le plus possible les assurés vers “son” réseau.

Cliquez sur l’image pour télécharger le courrier de la Macif à « son » réseau de réparateurs « agréés ».

Cela s’apparente à une énième tentative de contournement du droit au libre choix du réparateur, de la part de la Macif… En effet, la mutuelle d’assurance s’apprête à mettre en fonction une application créée en partenariat avec Darva, bien connue plate-forme de services des métiers de l’assurance, pour recueillir le maximum d’informations sur “son” réseau de réparateurs sous convention afin d’orienter vers lui ses assurés. Derrière cette promesse de volumes supplémentaires, une obligation de renseigner les données voulues par la Macif et une probable entaille supplémentaire au droit de la consommation.

C’est un courrier adressé aux réparateurs “agréés”, signé par Frédérique Ferrand Duballet, directrice de l’entité prestataires de la mutuelle, en date du 9 novembre dernier, qui révèle l’information. Dès la première phrase, en effet, la Macif ne fait pas mystère du but de l’application co-conçue avec Darva : il s’agit bien d’une appli «d’orientation de nos Sociétaires vers les Réparateurs Agréés […] mise à disposition des collaborateurs de la Macif le 27 novembre 2017». Celle-ci «remplace l’application existante, et fournit à nos collaborateurs les moyens d’une orientation plus efficace». Nonobstant une ponctuation tout à fait hasardeuse, le texte propose donc aux réparateurs ayant signé une convention commerciale avec la mutuelle d’alimenter l’outil «d’informations relatives à [leur] garage pour faciliter l’orientation par [ses] collaborateurs», comprendre ici les gestionnaires de sinistres.

La Macif à l’impératif…

En réalité, il ne le leur propose pas, mais les y oblige. La Macif leur fournit ainsi un accès à l’application pour renseigner et mettre à jour les données et informations qui les concernent, qu’il s’agisse de coordonnées, d’informations pratiques, de compétences techniques ou de services. Et les réparateurs n’ont effectivement pas le choix : «à réception de vos identifiants, vous devez IMPERATIVEMENT (NdlR : en capitales dans le texte) vous connecter pour réaliser la première mise à jour de vos données concernant vos horaires d’ouverture», stipule le courrier. Première mise à jour car, de toute évidence, d’autres sont prévues et tout aussi obligatoires pour les réparateurs conventionnés Macif.

Et le courrier de poursuivre son adresse aux réparateurs, soulignant que «les collaborateurs de la Macif disposeront alors de toutes les informations utiles et à jour pour renseigner efficacement nos sociétaires et proposer vos services». On imagine certainement que la Macif agira dans le respect du droit et fera en sorte que ses gestionnaires de sinistres préviennent leurs sociétaires de leur droit au libre choix de leur réparateur dès le premier contact… Mais on ne peut s’empêcher de penser que la quantité d’informations donnée par le collaborateur Macif à l’assuré concernant le garage “agréé” le plus proche sera bien supérieure à celle qu’il pourrait avoir des autres réparateurs du secteur. Influant mécaniquement sur son choix et l’encourageant évidemment à donner sa faveur au réparateur “agréé” Macif, quand d’autres professionnels du coin pourraient proposer des compétences et services similaires.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (13 votes, moyenne : 4,38 sur 5)
Loading...

4 Commentaires concernant “Libre choix : une appli Macif pour “mieux orienter” l’assuré vers le réseau agréé”

  1. Et allez ! Du balais…
    Et voici une énième tentative de détournement du Droit Français qui s’en moque bien et des réparateurs agréés et des « sociétaires ».
    Ma première interrogation porte sur l’adhesion d’autant de réparateurs à ce type de contrat. Certains doivent quand même aimer se faire « exploiter » ?
    Quand aux « sociétaires », le terme m’amuse (!!!), d’evidence Ils ne seront pas en capacité d’entendre le message obligatoire relatif à leur libre choix des prestataires. Celui-ci sera parfaitement rendu inaudible par les « avantages fantastiques » promis par leur assureur dans le plus grand « respect de ce tellement fameux esprit mutualiste »…
    Je ris, enfin plutôt devrais-je pleurer de constater pareil enfumage.
    Toutes les compagnies sont donc identiques dans leurs pratiques.
    Ma seconde interrogation porte elle sur l’absence totale de cohésion entre l’ensemble des acteurs pour dire STOP !
    Faudra t-il tenter de rassembler tout le monde autour d’une table pour décider d’un plan d’attaque général ?
    L’exercice s’annonce périlleux si comme je le constate chacun est recroquevillé sur son petit pré carré…
    Pourtant, dans le même temps, les compagnies continuent contre vents et marées, et surtout en totale contravention du Droit Français, à enfumer tout le monde.
    A croire que beaucoup aiment la souffrance ?
    Bonne journée.

  2. Bonjour,
    Bravo pour cet article qui dénonce une fois de plus les méthodes peu scrupuleuses des assureurs qui par tous les moyens essayent de garder la main, un vrai pied de nez à la loi sans que personne ne s’en soucie vraiment !!!
    Le contre-pouvoir serait de libérer l’expert pour que l’équité revienne un peu du côté de l’assuré qui pourra choisir à qui il veut faire appel et sans pression.
    Remarquez, ils ont bien remplacé « évasion fiscale » par « optimisation fiscale »; c’est presque pareil, non???
    David

  3. Le libre choix de l’expert a clairement été affirmé par deux tribunaux des hauts de France à charge de chaque réparateur en collaboration avec les experts totalement indépendant de faire véhiculer le message.
    Ces mêmes jugements concernent la MACIF d’ailleurs.

  4. Bonjour,
    Dans votre présent article, il aurait été bien vu de rappeler le décret correspondant, au moins par un lien vers votre précédente parution sur ce sujet:
    « Une nouvelle version de l’arrêté vient donc d’être publiée le 17 juin 2016 :
    http://apres-vente-auto.com/carrosserie/50251-libre-choix-nouvel-arrete-paru-satisfait-federations

    En effet, ce décret de juin 2016 les oblige par :
    « Art. 1er. – La faculté pour l’assuré, prévue à l’article L. 211-5-1 du code des assurances, de choisir le réparateur professionnel auquel il souhaite recourir lui est rappelée de manière claire et objective dès le premier contact de l’assuré avec l’assureur en vue de la déclaration du sinistre.
    Si le moyen de communication est oral, un écrit, notamment un message électronique ou un message textuel interpersonnel (SMS) spécifique, confirme dans les plus brefs délais cette information.
    Art. 2. – Le présent arrêté entre en vigueur le dernier jour du deuxième mois qui suit sa publication. » .
    Il me semble que c’est important de le rappeler…

    En sachant que c’est la même chose pour les victimes d’un sinistre auto, de choisir un expert auto indépendant sur la liste nationale dédiée, pour éviter tout conflit d’intérêt avec son assureur et son contrat …
    Ce n’est jamais trop d’insister sur ces points fondamentaux de Droit commun, au regard de la règlementation en vigueur.
    Une solution facile à mettre en œuvre, pour faire respecter les choix de la victime, est d’indiquer en bas de son constat amiable les noms et références des intervenants professionnels choisis par celle-ci … et opposer ses préjudices directement à l’assureur représentant le responsable des dommages…
    Art. L.124-3 du code des assurances…
    Bien Cordialement.
    Salutations.
    PhilExpInd.

    NdlR : bonne réflexion, publiée et transmise à nos lecteurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*