Inscription à la news letter
Notre magazine

Les 9 « patrons » européens de la pièce selon LKQ

LKQ Europe vient à nouveau de lister les acteurs majeurs de la pièce indépendante en Europe. Il est plus que jamais bon premier pendant qu’AAG arrive, à égalité avec Stahlgruber, à la deuxième place. Autodis Group glisse à la 5ème place derrière l’autre allemand Wessels Müller. Nouveau venu dans ce classement : le Suisse SAG qui, fort des ses 800 millions de CA étonnamment oubliés jusque là par ces analyses récurrentes issues de la banque Merrill Lynch, émerge en 8ème position pour intégrer le cercle de l’élite européenne de la pièce…

 Quelques surprises dans ce nouveau classement des 9 champions européens de la distribution indépendante de la pièce dressé une nouvelle fois par LKQ. Dont l'arrivée du Suisse SAG et ses 800 millions qui ne datent pourtant pas d'hier. Une cible de plus aux concentrations en cours ?

Quelques surprises dans ce nouveau classement des 9 champions européens de la distribution indépendante de la pièce dressé une nouvelle fois par LKQ. Dont l’arrivée du Suisse SAG et ses 800 millions qui ne datent pourtant pas d’hier. Une cible de plus aux concentrations en cours ?

C’est une semestrielle habitude que nous ne ratons jamais : LKQ Corporation vient de faire un nouveau point sur ses positions européennes et son environnement concurrentiel. Un environnement que, de toute évidence, il considère comme autant de plats potentiels à son festin de rachats européens commencé en 2011 (ECP, Rhiag, Sator Holding/van Hecke, Mekonomen…).

LKQ à 3,7 milliards d’euros

Dans ce classement daté de fin novembre confié à la banque Merrill Lynch (les chiffres d’affaires sont estimés par les analystes financiers de l’organisme bancaire), sa filiale LKQ Europe garde évidemment sa première place et parvient même à se détacher nettement du peloton de ses 8 principaux poursuivants. Le distributeur culmine maintenant à 3,7 milliards d’euros de CA, contre 2,9 au dernier pointage de juin dernier. Mais peut-être plus pour très longtemps : la rumeur de sa position de mieux-disant dans le rachat imminent du 1,5 milliard d’euros de CA de Stahlgruber va croissante…

S’il s’offrait effectivement le mastodonte allemand, LKQ Europe bondirait alors à 5,2 milliards d’euros. Cette possible échappée l’installerait durablement sur le trône continental de la pièce. Et peut-être même définitivement, puisqu’il deviendrait ainsi 3,5 fois plus gros qu’AAG/GPC, son premier challenger…

LKQ revendique tout Mekonomen

Mais nous n’en sommes pas là. Pour l’instant, LKQ Europe peut déjà se targuer d’une nouvelle croissance semestrielle enviable. Deux raisons participent à sa spectaculaire progression de 800 millions d’euros en seulement 6 mois. Pour la première fois et même s’il n’en détient que 26,5% depuis une prise de participation en décembre 2016, LKQ ajoute maintenant à son périmètre l’intégralité des 600 millions de CA réalisé par le Suédois Mekonomen. Parallèlement, la croissance de son activité propre lui a donc permis de progresser de 200 autres millions. Soit un +7% “organique” qui peut suffire à faire des jaloux….

Cela signifie-t-il que LKQ considère déjà Mekonomen comme détenu à court ou moyen terme à 100% ? Plus probablement faut-il comprendre que le distributeur scandinave, détenu en partie par des fonds publics, est au moins opérationnellement intégré à la stratégie de consolidation des emplettes du géant américano-européen sur notre Vieux continent. Une consolidation dont il se félicite d’ailleurs dans son nouveau document de synthèse. LKQ y précise que le moteur de ses rachats successifs, ce sont les synergies en matière d’achats, de logistique, de sourcing et de management qui en découlent de façon croissante. Autant de leviers qui conditionnent sa promesse de retours sur investissement en 5 à 10 ans.

Le classement européen bouge

Du coup, cet état des lieux du distributeur rend parallèlement possible un nouveau point sur l’évolution des acteurs majeurs européens de la pièce, ces «Top European Players» listés par LKQ à 6 mois d’intervalle dans les deux tableaux ci-dessous. Ils étaient 8 en juin cumulant 11,2 milliards d’euros, ils sont maintenant 9 pesant 12,6 milliards :

Les acteurs majeurs européens en décembre 2017
Cliquez sur l"image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

… par rapport aux acteurs majeurs européens en juin 2017

AAG et Autodis baissent, Stahlgruber monte…

Quelques détails ont leur importance. Le premier concerne AAG (Alliance Automotive Group), repris en septembre dernier par l’américain GPC (Genuine Parts Company). Sur la foi du second graphique ci-dessus, nous notions en juin dernier que LKQ avait le mérite d’avoir réussi à quantifier le discret chiffre d’affaires de AAG. En fait, il l’a revu à la baisse depuis, puisque dans l’autre tableau de décembre, il le minore de 200 millions à 1,5 milliard d’euros. Mais qu’importe, puisque Alliance reste N°2, à égalité avec le très convoité Stahlgruber.

Autodis Group (Autodistribution) enregistre en revanche un recul d’une place. Son chiffre d’affaires est tout d’abord revu à la baisse par LKQ de 100 millions (1,3 milliard en décembre contre 1,4 en juin). En face, celui de Stahlgruber est concomitamment réévalué de 200 millions. Cette progression, probablement constatée par LKQ en étudiant en détail le dossier de reprise, permet donc au distributeur allemand de se hisser à la 3ème place, juste devant son homologue germanique Wessels Müller (VM). Tous deux déclassent ainsi Autodis de la 4ème à la 5ème position du hit-parade des groupements européens.

…et le Suisse SAG émerge au « Top 9 »

Le dernier détail est plus surprenant. Il pèse la bagatelle de 800 millions d’euros et vient élargir à un 9ème membre le cercle de l’élite indépendante de la pièce européenne. Le “petit” nouveau surgit à l’autre bout du tableau de décembre sous le nom de «Swiss Auto Group» (SAG), un distributeur Suisse que les analystes de LKQ avaient de toute évidence précédemment… oublié.

Car SAG n’est évidemment pas né d’hier. L’entreprise helvète a en effet commencé son envol dans les années 50 pour irradier aujourd’hui, notamment après son entrée au capital de l’Est-européen Autonet fin 2015, dans plusieurs pays, Suisse comprise : Benelux, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Hongrie !

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ainsi et sans présupposer de sa propre volonté de se vendre, ce nouveau venu entre au moins, officiellement, dans les cibles potentielles des concentrations en cours. Des concentrations qui ont encore effectivement de quoi se nourrir, comme le montre ce tableau des opportunités listées par LKQ parmi les acteurs principaux du marché européen. Un marché considéré par LKQ, en bon français, comme «hautement fragmenté avec beaucoup de champions nationaux»…

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*