Inscription à la news letter
Notre magazine

Le garage connecté (2ème partie) : les solutions disponibles

Suite et fin du dossier consacré à l’atelier connecté. Concept né tout autant de la nécessité de communiquer avec le véhicule devenu lui aussi connecté, que d’automatiser certaines tâches pour gagner en productivité, la connectivité à l’atelier doit enfin et surtout viser en priorité la satisfaction client. Et sa fidélisation. Après celle de Bosch dans notre première partie, voilà les solutions de Texa, Brain Bee et Actia…

Si la première partie de ce dossier avait déjà dévoilé la philosophie de Bosch – à la fois équipementier automobile et fabricant de matériels de garage- ce second volet passe en revue les voie empruntées par certains fabricants de matériels. Et les approches sont parfois très différentes !

Texa : diag… et réparation embarquée !
Avec l’e-TRUCK, Texa est déjà dans l’ère de l’atelier connecté...

Avec l’e-TRUCK, Texa est déjà dans l’ère de l’atelier connecté…

Certains fabricants de matériels de garage entendent privilégier la communication entre le client et le garage. Dans ce cadre, le « dongle » E-OBD est un appareil à la mode. On l’a trouvé à toutes les sauces depuis quelques mois, porté par des start-up qui pensent y trouver une solution aux problèmes récurrents des automobilistes avec la maîtrise de leurs voitures devenues trop « électroniques », poussé par les réseaux de réparateurs qui cherchent à fidéliser le client dans les ateliers, ou imaginé par les fabricants de systèmes de diagnostic qui installent ainsi leur appareil de diag à demeure sur la voiture.

Texa a récemment converti la solution en réalité dans le secteur le poids lourd. Apparu en France le mois dernier lors du salon Solutrans, « eTRUCK », une fois branché sur la prise diagnostic du camion, informe le conducteur via une application téléchargée sur son smartphone de plusieurs paramètres de sa conduite et de l’état mécanique du véhicule (liés à l’électronique). A partir de ce smartphone, le conducteur, voire le responsable de flotte, peut accéder à l’assistance d’un technicien de Texa. Plusieurs outils d’analyse sont proposés et une reprogrammation à distance de certains des systèmes embarqués est même possible !

L’équipementier de Trévise vise ici un entretien prédictif des flottes, beaucoup plus impactées que les utilisateurs de voitures de particuliers par le temps d’immobilisation du véhicule lors de l’entretien.

Brain Bee : couplage nécessaire
Le Connex de Brain Bee est une solution globale destinée aux réparateurs et aux automobilistes... mais le distributeur de pièce est au centre du dispositif!

Le Connex de Brain Bee est une solution globale destinée aux réparateurs et aux automobilistes… mais le distributeur de pièce est au centre du dispositif!

Brain Bee, le compatriote italien de Texa, est un peu dans la même philosophie. Le système tourne autour du diagnostic à distance, avec un module branché sur la prise E-OBD du véhicule qui renvoie la lecture des défaillances à un centre de traitement auquel est rattaché le professionnel habilité à intervenir sur le véhicule. Le Connex est donc un système qui intègre un « dongle » branché sur la prise E-OBD du véhicule et qui possède les mêmes fonctions que l’interface du système de diagnostic. Elle se raccorde au diagnostic par bluetooth, à un smartphone ou à une tablette par l’intermédiaire d’une application téléchargée.

Dans ce cadre, la plateforme du groupement est pour Brain Bee essentielle pour compléter le service par la fourniture des pièces de rechange.

Actia : l’atelier A360… en direct de Toulouse
A360, une solution d’atelier qui intègre tous les appareils, le DMS et le véhicule connecté pour révolutionner le fonctionnement du garage...

A360, une solution d’atelier qui intègre tous les appareils, le DMS et le véhicule connecté pour révolutionner le fonctionnement du garage…

Un dernier acteur prépare son arrivée dans l’univers du garage connecté et y travaille depuis déjà 2 ans pour le diffuser dès 2018, Actia complète son dispositif « A360 » d’une couche logicielle installée dans le poste de gestion de l’atelier (le DMS) qui permet à chaque poste de travail de gérer l’avancement des travaux demandés par le client.

Chaque appareil électronique de l’atelier est interfacé à ce logiciel et peut recevoir les informations concernant le véhicule et renvoyer les données récoltées pendant l’intervention. Aujourd’hui, Actia intègre la mesure de pollution, la géométrie, la mesure physique, la station de climatisation et le diagnostic électronique. Un accès aux données techniques, aux archives et aux ordres de réparations est également présent.

Pour intégrer cette nouvelle forme de fonctionnement, Actia prévoit que chaque mécanicien est désormais doté d’une tablette numérique qui peut recevoir les instructions de réparation, accéder à chacun des outils électroniques de l’atelier pour préparer le bilan des interventions qui permettent de facturer le travail. Cet outil peut facilement remplacer le traditionnel appareil de diagnostic, dont chaque technicien détient dès lors un terminal, avec une ou plusieurs sondes interface E-OBD.

Ils ont dit…

 

Francis Pègues, Texa France

« Le poids lourd montre la voie aux autres services de l’après-vente. Les besoins sont plus importants en service et en organisation. Depuis Solutrans, Texa propose le e-TRUCK qui permet de garder un lien entre le poids lourd et l’atelier. Il est possible de transférer des alertes de défaut électronique, et de réaliser des analyses à distance. On est sur une problématique de rentabilité, en limitant l’immobilisation. Au travers du boîtier branché sur le véhicule, c’est le problème de la prise E-OBD qui est interpellé ; Il ne faut pas que la prise E-OBD disparaisse des véhicules. L’atelier connecté, c’est également pour Texa de fournir par la voie d’Internet, des réponses aux demandes des réparateurs. Texa propose une base de cas de pannes résolus avec une recherche de type ‘Google Search’. le principe est de ne pas laisser le réparateur seul dans son atelier. Par contre, pour Texa, il n’est pas certain que la géométrie ait à communiquer avec le pont élévateur. Le véhicule autonome sera un nouveau problème pour la réparation. Sera-t-il libre de se faire réparer dans l’atelier de son choix ? »

Jean-Pierre Deshaye, Brain Bee France

« Dans le domaine de l’atelier connecté, beaucoup d’équipementiers préparent des solutions très différentes. Brain Bee part de la voiture, pour rejoindre l’atelier en passant par une plateforme qui peut être celle du distributeur. Lors du signalement d’une panne, les pièces de rechange peuvent ainsi être préparées en même temps que le véhicule est accueilli à l’atelier. Il est aussi possible d’envisager une intervention à distance sur des réglages et des paramétrages, ainsi qu’aux tests des calculateurs. Chez les constructeurs, BMW fonctionne déjà comme cela depuis 2005 ! Les réseaux de distribution nous sollicitent pour leur fournir un « dongle » qui permette de fidéliser le client. L’équipementier qui pourra fournir un boîtier qui puisse être en liaison avec toutes les marques d’appareils de diagnostic aura un avantage incomparable. »

Richard Vandomme et David Elizalde, Actia

« Connecter les outils, ce n’est pas compliqué : l’Atelier A360 est couplé à la réception active et au DMS. C’est l’intelligence qui va être partagée avec le client qui est importante. La surcouche informatique permet de piloter les outils (géométrie, analyse de gaz …), d’envoyer des données ‘intelligentes’ et de récupérer des données ‘intelligentes’. Pour cet atelier intelligent, nous nous associons aux réseaux (de distribution) pour leur fournir ce dont ils ont précisément besoin. La stratégie A360 ne s’arrête pas au diagnostic, c’est une philosophie qui va de l’équipement d’atelier de base (avec des accompagnements tels que l’échange standard des outils en panne), jusqu’à l’atelier connecté, non seulement sur lui-même pour intégrer toutes les données, mesures et travaux réalisés, mais aussi vers l’extérieur, en contact avec le véhicule du client avec le module e-Can et vers le réseau de distribution de pièces. La solution, c’est à Actia de la fournir, le réparateur a autre chose à faire que s’occuper de trouver les solutions. Le mécanicien est désormais doté d’un nouvel outil, la tablette individuelle ou assistant personnel. »

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire concernant “Le garage connecté (2ème partie) : les solutions disponibles”

  1. Bonjour, j’ai lu attentivement l’ensemble des déclarations des grandes entités de distribution de matériel de diagnostic, tous branchés et connectés sur la prise EOBD , dont la présence aujourd’hui est loin d’être assuré pour l’avenir. Je rajouterais aussi le processus MICHELIN de contrôle d’usure des pneumatiques et de conseils concernant les trains roulants. Je ne pense pas, même si l’on rassemblait l’ensemble des systèmes existants, tous fabricants réunis, que les professionnels de la réparation et de l’entretien du véhicule y trouveraient les solutions à leurs problèmes. On oublie toujours que les véhicules sont dirigés vers les réparateurs par des femmes et des hommes, qu’en conséquence pour satisfaire aux obligations légales de conseils, d’informations et de rentabilité les réponses ne peuvent être apportées que par des femmes et hommes professionnels formés à l’exercice. Les nouveaux outils proposés n’étant rien de plus que ceux qui entrent dans la composition des nouvelles caisses à outils des nouveaux techniciens. Les fondamentaux du service après- vente restent la meilleur assurance de la fidélité et de la conquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*