Inscription à la news letter
Notre magazine

R-M : développement durable avec e’Sense

La gamme de produits biosourcés e’Sense que lance R-M sur le marché ce mois-ci témoigne de la volonté de la maison-mère, BASF Coatings, de s’engager dans une démarche de développement durable, dans laquelle la marque espère voir ses clients s’engager également… et totalement !

L’ensemble des produits disponibles à la gamme R-M e’Sense dès ce mois de mars.

Dès ce mois de mars, les distributeurs spécialisés peinture et les carrossiers-peintres pourront trouver au catalogue R-M une nouvelle marque, nommée e’Sense. Celle-ci n’intègre pas (encore) de peintures, mais de nombreux autres produits parmi lesquels l’on trouve un vernis, un apprêt, un durcisseur, un additif pour séchage du vernis à température ambiante, un accélérateur de séchage et un mastic. Mais qu’a donc de si spécial cette nouvelle gamme ? « Nous réalisons avec elle un lancement stratégique, pour R-M, car celle-ci s’inscrit dans une démarche de développement durable initiée par le groupe BASF », souligne Erwan Baudimant, responsable des ventes France de R-M.

Une démarche globale pour R-M

En effet, BASF veut confirmer sa position de leader mondial de la peinture automobile en combinant succès économique, responsabilité sociale et développement durable, et la gamme e’Sense, certifiée TÜV SÜD, marque ainsi une étape inédite sur le marché puisqu’elle est la seule, à ce jour, à proposer des produits partiellement biosourcés. C’est à partir de la technologie Biomass Balance BASF, utilisée pour la première fois en 2013 par l’industriel dans d’autres applications que l’automobile (la décoration intérieure), qu’elle a été conçue. Une solution permettant de diminuer dans les produits finaux la part de ressources fossiles, en les remplaçant par le bio-naphta ou le biogaz issus des déchets organiques ou des huiles végétales.

En réalité, les produits de la gamme e’Sense sont issus des mêmes lignes de production que celle des autres produits : la technologie Biomass Balance permet d’intégrer dans le même vapocraqueur des matières premières d’origine fossile et une part de matières premières biosourcées. Les nouvelles molécules crées à l’issue du processus, employées pour créer les produits de peinture R-M, sont donc partiellement vertes et la gamme e’Sense vient valider cette démarche. Ce que BASF Coatings espère avec celle-ci, c’est de faire en sorte d’augmenter progressivement la part de biomasse dans les matières premières utilisées pour la création de ses produits (jusqu’à 100%, en théorie), d’autant que la qualité et les performances des produits, selon R-M, restent inchangées.

Des incitations pour les pros

Mais pour cela, il faut que la gamme e’Sense se vende, et se vende bien. Ainsi, R-M a plusieurs arguments de poids à faire valoir, à même de séduire ses clients, ceux de son club R-M Premium Partners en premier lieu, que la marque entend bien voir s’engager clairement dans sa démarche de développement durable, mais aussi la grande majorité des carrossiers-peintres qui utilisent ses produits. D’abord, un argument commercial : le positionnement prix des produits e’Sense ne sera supérieur que de 5% à celui de la gamme standard, malgré un surcoût de production plus important pour BASF Coatings. « C’est une démarche incitative afin que nos clients n’aient pas de frein à l’adoption de cette gamme », précise Erwan Baudimant.

Ensuite, un argument éthique : « pour les réparateurs, l’intérêt de la gamme e’Sense est, tout en travaillant avec les mêmes produits, de participer à l’économie des ressources fossiles, à la réduction des émissions de CO2 et d’en faire un atout concurrentiel et commercial », précise-t-on chez R-M. Un démarche d’autant plus d’actualité qu’elle est en phase avec les attentes des clients aujourd’hui, dont la conscience écologique est autrement plus développée qu’au cours des décennies précédentes. Et, R-M le garantit, utiliser la gamme e’Sense comporte une indéniable valeur ajoutée pour le pro…

Des économies d’énergie en contrepartie d’engagements fermes

R-M l’affirme : pour une réparation moyenne de 2,5 éléments de carrosserie en utilisant l’ensemble des produits de la gamme nécessaires, e’Sense permet à chaque carrossier de contribuer à réduire les émissions de CO2 de 550 g et de réduire de 2,1 kW/h la consommation énergétique, notamment. « Même la productivité à l’atelier s’en trouve améliorée », selon R-M. « La gamme e’Sense peut être utilisée dans 70 à 75% des réparations quotidiennes, précise Erwan Baudimant. Quant au surcoût de 5% par rapport à la gamme de produits standard, il n’est que la répercussion de ce que la communication sur cette marque coûte. »

Car les professionnels vont être mis à contribution pour mettre en avant la gamme ainsi que l’engagement de la marque et le leur autour du développement durable. R-M met donc à disposition de ses clients utilisateurs e’Sense un certificat valable 2 ans, au travers duquel ils peuvent faire valoir cet engagement environnemental et informer leurs clients automobilistes sur la dimension éco-respectueuse des réparations réalisées. Ils recevront un pack de communication avec flyers et PLV pour la zone de réception et un site web dédié expliquant le concept de façon ludique aux équipes et aux clients.

Mais attention, R-M exige toutefois des réparateurs désirant avoir recours à la gamme e’Sense qu’ils signent une charte, qu’ils achètent l’intégralité de la gamme et seulement cette gamme auprès de R-M et qu’ils travaillent avec au quotidien. « Pour nous en assurer, nous suivrons mensuellement les statistiques d’achat de nos clients via notre filiale d’achat, qui représente 85% de nos volumes », précise Erwan Baudimant. Car R-M entend voir respectés en aval les engagements pris en amont par sa maison-mère, BASF Coatings.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 1,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*