Il s’agit évidemment d’une belle opération pour le vendeur Icahn Enterprises et son propriétaire éponyme Carl Icahn qui avait pris le contrôle de Federal Mogul en 2008. Et une opportunité probable pour Federal Mogul, même s’il faut évidemment prédire de probables économies d’échelle structurelles dans les outils de production comme parmi les 87 000 emplois que cumulent maintenant les deux entités. En tout cas, les portefeuilles de produits des deux équipementiers sont  totalement complémentaires, à de rares et marginales exceptions près dans les gammes aftermarket de pièces de train avant.

Côté distribution, c’est peut-être même une bonne nouvelle pour Federal Mogul. On se souvient qu’en 2015, au terme d’un long bras de fer financier avec Bridgestone, Carl Icahn avait racheté Pep Boys, le réseau de centres auto américain aux 800 implantations.

Vers la fin de l’ambiguïté Pep Boys ?

En bonne logique d’optimisation verticale, le milliardaire avait alors décidé de mettre ce débouché commercial fraîchement acquis au service des gammes équipementières de Federal Mogul… mais en court-circuitant son réseau historique de distributeurs, à commencer par le puissant GPC (Genuine Parts Company). Le même qui, fin 2017, a racheté Alliance Automotive Group en Europe sans rien oublier en franchissant l’Atlantique…

Il sera probablement plus facile à Tenneco d’arrondir les angles pour restaurer un dialogue transatlantique plus orthodoxe avec GPC. Sauf bien sûr si Carl Icahn, qui a déclaré avoir bien l’intention de rester un actionnaire important de l’ensemble, peut in  fine maintenir la même stratégie…

Siège de Federal Mogul

Siège de Federal Mogul