Inscription à la news letter
Notre magazine

T-Systems: Deutsche Telekom se met aussi à la voiture communicante

T-Systems

Les systèmes télématiques permettant de diagnostiquer à distance les problèmes mécaniques et de prévoir les échéances d’entretien mettent en ébullition le monde des télécommunications. Après Orange pour le VUL, c’est désormais l’Allemand Deutsche Telekom qui se lance dans l’aventure de la voiture communicante, côté VP, cette fois. Il n’est pourtant pas le premier teuton à passer par là…

Décidément, nos amis allemands bouillonnent d’idées en matière d’outils télématiques. Après BMW, qui a sa solution maison, et Bosch avec son concept Fun2Drive, voici que Deutsche Telekom entre dans la danse. Sa solution, nommée T-Systems et présentée au salon CeBIT de Hanovre, que l’on pourrait croire calquée sur celle de Bosch, prend elle aussi le parti de parler directement à l’automobiliste ET aux professionnels de l’entretien-réparation qui sont en contact avec lui.

Concrètement, T-Systems reprend également le même fonctionnement. Un petit adaptateur se branche dans la prise OBD2 du véhicule, puis la connexion entre le boîtier et le Smartphone du conducteur se fait en Bluetooth. L’automobiliste peut ainsi prendre connaissance, en temps réel, de l’état de tension de la batterie, celui des freins et d’autres éléments de sécurité. Les professionnels, eux, recueillent ces mêmes informations, et d’autres éléments pré-analysés, à travers le serveur T-Systems, qui aura récupéré les infos de l’adaptateur durant toute une semaine et les aura compilées. Dès lors, il a accès à un nombre de données suffisant pour déclencher un geste commercial envers son client. D’autant que T-Systems est interfaçable avec le CRM de Deutsche Telekom distribué auprès des concessionnaires.

Et l’IAM, alors ?
Les professionnels concernés pour l’instant, semblent n’être que des RA1, à en juger par ce qu’en dit Deutsche Telekom. «Cette solution permet de transmettre les informations sur l’état du véhicule au smartphone du conducteur, ainsi qu’à son concessionnaire, explique-t-on chez le géant des télécommunications. Les concessionnaires peuvent ainsi communiquer avec les conducteurs de voitures individuelles lors d’incidents, leur offrir un service hautement personnalisé, et se différencier de leurs concurrents. La solution est conçue pour des véhicules récents, sortis lors des trois à huit dernières années.»

Huit ans, pourtant, c’est déjà l’âge moyen du parc roulant français. Un âge ou la plupart des véhicules ont cessé depuis quelques années, déjà, de fréquenter l’atelier des RA1 pour se rabattre sur celui des RA2 et, surtout, ceux de l’après-vente indépendante. Rien ne devrait donc empêcher Deutsche Telekom de proposer une telle solution aux réseaux de l’IAM. D’autant que le système ne semble pas avoir été préempté par quelque constructeur que ce soit, puisqu’il est testé de la même manière, outre-Rhin, par Autohaus Jürgens, distributeur Daimler-Benz, et par Autohaus Schade, distributeur des marques Citroën et Nissan qui, jusqu’à présent, sont loin de faire partie du même groupe. Nous avons donc contacté Deutsche-Telekom et, en attendant d’en savoir plus, force est de constater que, si l’après-vente indépendante ne prend pas le train en marche très vite –ce à quoi la FEDA travaillerait– l’OES risque bien de lui reprendre quelques longueurs d’avance…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*