Inscription à la news letter
Notre magazine

2014 : 7 422 trajets Terre-Lune en moins, soit -230000 entrées-atelier !

Les automobilistes ont réduit l’an dernier leur kilométrage moyen de 90 km. Cela fait, à l’échelle du parc… 2,853 milliards de km non parcourus, soit 19 fois la distance Terre-Soleil et 7 422 trajets Terre-Lune ! Et surtout, presque 240 000 entrées-atelier en moins, carrosserie et mécanique confondues…

terre-lune

Les voitures ont fait l’an dernier 90 km de moins en moyenne. C’est peu à l’échelle d’un véhicule, mais c’est l’équivalent de 7 422 fois la distance Terre-Lune à l’échelle des 31,7 millions de VP circulant en France…

À en croire les confidences de certains équipementiers, les automobilistes français ont réduit, chacun, leur distance parcourue de 90 km en moyenne l’an dernier. Cela suffirait-il à expliquer le recul constaté l’an dernier en entretien-réparation comme en carrosserie ? Évidemment pas : il faut aussi compter avec les automobilistes qui diffèrent ou même sautent l’entretien périodique de leurs véhicules, tout comme les sinistres non déclarés, en hausse eux aussi. Mais au seul périmètre du marché connu, combien ont pu coûter ces seuls kilomètres en moins aux professionnels de la réparation et de la réparation-collision ?

Il y a des chiffres plus parlants que d’autres. 90 km en moins, c’est certes peu significatif à l’échelle d’un véhicule. Ça l’est encore moins comparé aux 412 milliards de km parcourus chaque année par 31,7 millions de VP roulants (essence+Diesel), au rythme moyen d’un peu moins de 13 000 km/an. Mais c’est nettement plus vertigineux à l’échelle desdits 31,7 millions de VP roulants qui ont donc collégialement “économisé”… 2,853 milliards de km l’an dernier. Soit 19 fois la distance terre-Soleil ou… 7 422 fois celle qui nous sépare de la Lune ! Ça en fait, des pneus, des plaquettes, des vidanges et autres pièces d’usure…

28 500 entrées-atelier de moins pour la carrosserie

Pour les carrossiers (comme d’ailleurs pour les experts), l’impact est vite calculé : sur un marché de la réparation-collision qui compte un peu plus de 4 millions de sinistres indemnisés par an (hors bris de glace), le recul de 5% constaté l’an dernier se traduit donc mathématiquement par quelque 210 000 entrées-atelier évaporées. Le seul périmètre des 90 km en moins en explique alors tout de même plus de 13,5% : au rythme d’un sinistre (déclaré) tous les 100 000 km environ, ces 2,853 milliards de km équivalent à environ 28 500 sinistres évités.

S’il n’y a que 8 000 carrossiers en France comme l’affirme la FFC, 210 000 entrées-atelier en moins font que chacun d’entre eux a perdu près de 26 clients l’an dernier, soit environ 30 000 € de CA. Et “seulement” 15 entrées-atelier (17 000 € de CA) s’ils sont encore 14 000 comme Sales Factory l’affirme. Les 90 km en moins et les 28 500 facturations qu’ils ont emportés avec eux expliquent une perte de 4 entrées dans le premier cas et… 2 dans le second.

210 000 entrées-atelier perdues pour l’entretien-réparation

Pour l’entretien-réparation où l’on recense en moyenne un peu plus d’une entrée-atelier par an et par véhicule, ces 2,853 milliards de km non parcourus, divisés par 13 000 km par an et par VP, se traduisent au bas mot par… plus de 200 000 entrées-atelier disparues ! Soit une perte moyenne d’un peu plus de 6 entrées-atelier pour chacun des 33 000 ateliers recensés en France. En valeur, à environ 250 € HT par entrée-atelier, cela se traduit par environ 1 500 € de CA de moins pour chaque réparateur…

Résumons-nous : la baisse moyenne de 90 km parcourus par véhicule a donc coûté 28 500 entrées-atelier aux carrossiers pour une perte de CA global de près de 33 millions d’euros ; pour les ateliers d’entretien-réparation, 200 000 entrées-ateliers perdues se traduisent donc par un manque à gagner total de quelque 50 millions d’euros. Soit presque 230 000 entrées-atelier qui privent les pros de 83 millions d’euros…

Mais évidemment, tous les réparateurs ne sont pas égaux devant cette statistique. Dans un pays où 97% de 36 000 communes sont à la campagne, ce sont de toute évidence les réparateurs des grandes villes, où les alternatives de transport sont les plus répandues, qui ont payé le plus lourd tribu à cette baisse de kilométrage écologiquement salutaire certes, mais économiquement douloureuse…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*