Inscription à la news letter
Notre magazine

Véhicules hybrides et électriques: quel impact sur l’après-vente en 2020?

Lors de l’Assemblée générale de sa branche Concessionnaires, le CNPA a présenté une étude prospective du cabinet TCG présentant l’impact des véhicules hybrides et électriques à l’horizon 2020. Si l’impact quantitatif devrait rester très limité, il devrait en aller autrement en termes qualitatifs. Au point de devoir repenser le modèle économique des concessions?

VE

Planète Auto, le rendez-vous du CNPA qui s’est déroulé au CNIT – Paris La Défense, a été l’occasion pour les membres de la branche Concessionnaires d’organiser leur Assemblée Générale, qui a notamment vu la réélection à sa présidence d’Olivier Lamirault. Cette AG a également été consacrée à la présentation d’une étude prospective réalisée par le cabinet TCG/ICDP concernant l’impact des véhicules hybrides et électriques sur l’après-vente à l’horizon 2020.

Concessionnaires en première ligne
A priori, cette nouvelle typologie de véhicule a de quoi inquiéter les ateliers: avec autrement moins de pièces d’usure, ne risque-t-ells pas de priver encore davantage les ateliers de marque d’entrées atelier?
Si l’on y ajoute le fait que les futurs véhicules électriques, où tout fluide est absent, ne nécessitent pas de vidange, ni de filtres (excepté habitacle), ni de courroie de distribution, les concessionnaires angoissent déjà en imaginant leur CA pièces de rechange fondre comme neige au soleil, de même que les heures de main d’œuvre à l’atelier…

En effet: l’étude fait apparaître que, sur une durée de vie de 16 ans, un véhicule thermique actuel génère 193 heures de main d’œuvre hors carrosserie ; en 2020, ce même véhicule (de par une baisse du kilométrage annuel moyen et une hausse des intervalles d’entretien) n’en générera plus que 149. Quant au véhicule tout électrique, il ne réclamera que 120 heures seulement…

‘Business model’ à revisiter?
Il faut pourtant raison garder. Si le véhicule « full électrique » consommera moins d’atelier, l’hybride restera soumis aux même prestations « classiques ». Et il y a fort à parier que la technologie hybride se démocratisera beaucoup plus vite et beaucoup plus massivement que le « tout électrique ». Et quand bien même: les multiples prévisions qui vont de 5% à 20 voire 25% des ventes totales de VN (!) ne permettent pas, en l’état actuel, de quantifier précisément le parc de véhicules hybrides et électriques en 2020. La fourchette est, du coup, très large. Sur la base d’une estimation 2020 d’un parc roulant total de 38,3 millions de VP et VUL, un scenario optimiste table sur une part de véhicules hybrides et électriques de 1,4 million d’unités. Soit environ 3,65% du parc roulant! Mais le scenario pessimiste n’envisage pas plus de 500 000 unités. Soit 1,3% du parc… Si impact il y aura sur l’après-vente, il s’opérera à la marge; il restera en effet dans le pire des cas 96,35% de véhicules d’un parc de 38 millions d’unités encore équipés d’un bon vieux moteur thermique!

Il n’y aura donc vraisemblablement pas d’impact important sur un plan quantitatif. « Mais l’impact devrait être tout autre sur un plan qualitatif « , souligne l’étude. Et c’est bien là le point principal: même si les ventes progressent, il s’écoulera du temps avant que le parc des véhicules hybrides et électriques ne soit réellement significatif. Si ces nouveaux véhicules vont certes inévitablement faire plonger la vente de pièces et, partant, les heures de main d’œuvre facturées à l’atelier, ils vont faire naître de nouvelles prestations. Prestations et, au sens large, nouveaux services, qu’il faudra savoir vendre afin d’amortir les investissements importants en formation et en matériel. Car les besoins nouveaux en mobilité des consommateurs-automobilistes pourraient bien permettre l’arrivée de nouveaux entrants… C’est d’ailleurs déjà le cas avec Norauto, qui commercialise le véhicule électrique Think City.

En matière de véhicules hybrides et électriques, c’est donc par ce biais, et par ce biais seulement, que les réseaux de marque pourront contrebalancer le manque à gagner né du recul des ventes de pièces de rechange et d’heures facturées à l’atelier…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*