Inscription à la news letter
Notre magazine

Speedy/Chauveau: réactions trop inhabituelles pour être honnêtes?

Une fois n’est pas coutume : nous avons décidé de retirer de ce site l’ensemble des commentaires qu’ont suscité nos articles sur la revente de Speedy France et son éventuelle reprise par Gilles Chauveau. Cette décision, inhabituelle mais à notre sens légitime et nécessaire, mérite bien quelques explications…

A l’heure où les négociations ont de bonnes chances de s’intensifier autour d’une revente de Speedy, nous avons le sentiment, à apres-vente-auto.com, d’être impliqués malgré nous dans une guerre occulte de communication. Comme vous le savez, notre site est conçu pour vous permettre de commenter chacun de nos articles. A ce titre et depuis plusieurs mois, ceux concernant la revente de Speedy France par KwickFit et l’éventuel retour de Gilles Chauveau en tant que repreneur ont généré leur lot de réactions. Mais d’une façon quantitative et qualitative qui nous apparaît aujourd’hui clairement inhabituelle.

Quantitativement d’abord: nos trois articles publiés sur ce thème depuis janvier («Itochu rachète KwikFit… et s’apprête à céder Speedy?», «Speedy: Gilles Chauveau, le retour?» et «Speedy à vendre?») ont suscité une quinzaine de commentaires alors qu’ils n’ont cumulé «que» 5 275 clics depuis janvier… Ce nombre de «e-lecteurs» est certes honorable. Mais il n’est guère comparable aux plus de 50 000 clics générés par notre couverture rédactionnelle du bras de fer entre Bosch et Oscaro. Or cette affaire, qui a passionné 10 fois plus de nos abonnés que le destin immédiat de Speedy… n’a pourtant pas recueilli beaucoup plus de réactions spontanées de lecteurs.

Forme et fond trop inhabituels
Mais au-delà de cette spécificité statistique, c’est qualitativement que ces témoignages sont particulièrement troublants. Tout d’abord, par leur caractère particulièrement tenace.

En règle générale, la «durée de visibilité» d’un article sur notre site excède rarement 15 jours. Il est ensuite logiquement poussé dans l’oubli par l’actualité plus récente. Étonnamment, ceux concernant Speedy et Gilles Chauveau ont la singulière particularité de susciter régulièrement –et par vagues!– des commentaires récurrents, alors même que les statistiques internes à notre site prouvent que les articles concernés ne sont plus lus depuis de nombreuses semaines.

Ainsi, en plein mois d’août, ces articles datant pourtant de mars et d’avril dernier ont encore inspiré quelques avis, cette fois tous orientés d’une même et triste façon qui a achevé de nous mettre, à la rédaction d’apres-vente-auto.com, particulièrement mal à l’aise. Car ces témoignages flirtent trop majoritairement avec la diffamation ; ils multiplient des sous-entendus aussi subtilement dosés que particulièrement nauséabonds. Et là encore, c’est assez inhabituel sur la forme comme sur le fond : généralement, si nos lecteurs donnent parfois leurs avis avec fougue et passion, ils le font rarement avec cette hargne, cette haine et ces attaques personnelles qui constituent la triste spécificité d’une trop grande majorité de commentaires liés à nos articles sur Speedy.

Reprendre le contrôle
Beaucoup de ces réactions n’ont d’ailleurs, pour cette raison, jamais été mises en ligne. Certains des «lecteurs-commentateurs» -ceux concernés par cette censure qu’imposent nos obligations légales d’éditeur- ont déjà été informés de notre décision. Ils n’ont jamais jugé bon de nous répondre ou de tenter une autre forme rédactionnelle juridiquement plus publiable…

Vous l’aurez évidemment compris : nous avons fini par douter de l’authenticité de ces témoignages. Et ne pouvant avec certitude séparer le bon grain de l’ivraie, ce doute nous a conduits, la semaine dernière, à les mettre tous hors ligne, qu’ils soient favorables ou non à l’une ou l’autre des parties. Les articles en question ont également été « verrouillés » pour interdire tout nouveau commentaire ; un message explique dorénavant cette démarche à nos lecteurs en précisant que «ce thème a suscité trop de réactions aux contenus incompatibles avec notre politique rédactionnelle».

Nous espérons que nos lecteurs dont les commentaires sincères sont ainsi écartés nous pardonneront de les avoir brutalement «fait taire». Et qu’ils comprendront notre démarche : dans un contexte où les potentiels repreneurs de Speedy France font probablement feu de tout bois, nous n’avions pas d’autre façon de reprendre le contrôle. Nous ne souhaitons pas que la publication de ces commentaires puissent susciter des polémiques que nous ne maîtrisons pas ni, surtout, qu’ils puissent être utilisés à des fins qui dépasseraient notre seul désir de vous informer et de vous donner la parole.

Évidemment, tout cela nous a donné envie de poursuivre nos investigations. En attendant d’en savoir plus sur ces différents sujets, bonne reprise à tous !

La rédaction

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires concernant “Speedy/Chauveau: réactions trop inhabituelles pour être honnêtes?”

  1. [quote name= »Philou »]Votre article est très bien. Il donne de la hauteur car il montre clairement que…[/quote]
    Merci à « Philou » pour son appréciation ci-dessous. Non, nous ne découvrons pas que des réactions peuvent être parfois téléguidées: des entreprises se sont spécialisées dans la rédaction, sur les forums et les blogs influents, de pseudo-commentaires d’utilisateurs ravis de services ou de produits. Certains sites organisent ainsi leur pseudo-notoriété. Cela s’appelle parfois la « e-influence »…
    Ce qui nous a en revanche surpris (si toutefois notre analyse est en l’occurrence la bonne), c’est de découvrir que la méthode peut être utilisée non plus pour construire une image, mais pour la détruire…
    [b]La rédaction[/b]

  2. Votre article est très bien. Il donne de la hauteur car il montre clairement que bien que vous utilisiez Internet, ce média doit, plus que jamais, rester responsable et éthique. Et vous en apportez la preuve.
    Je pense que vous auriez pu plus clairement indiquer qu’Internet oblige à de nouvelles règles. Dans votre façon de le dire, vous laissez entendre que vous découvrez le phénomène… alors qu’il fait justement partie des contraintes de l’interactivité d’Internet. Vous êtes à la fois «papier» et «Internet». C’est l’occasion de le rappeler.
    En tout cas, belle réaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*