Inscription à la news letter
Notre magazine

Checkstar: pourquoi le réseau étonne…

Nous avions un peu hâtivement désigné la plateforme Autoreserve comme tête de réseau française de Checkstar. En fait, il s’agit plus précisément de la plateforme technique Lum Lux, rachetée par Autoreserve en début d’année.

Sans le vouloir, nous avons mis de l’huile sur le feu. Dans notre article du 21 septembre dernier (voir «Checkstar débarque enfin en France»), nous commettions deux imprécisions qu’il nous faut évacuer en préambule :

  1. Checkstar n’est pas vraiment similaire à Motrio, à Motorcraft ou Eurorepar : il n’y a pas de marque de pièces liée et Fiat ne se l’approprie pas a priori. Renseignements pris sur le terrain, une chose est même certaine, pour l’heure au moins : les réseaux Fiat n’ont pas été mis dans la boucle du déploiement français de Checkstar…
  2. nous avions un peu hâtivement désigné la plateforme Autoreserve comme tête de réseau française de Checkstar. En fait, il s’agit plus précisément de la plateforme technique Lum Lux, rachetée par Autoreserve en début d’année.

Autant de précisions d’importance puisqu’en filigrane, se pose évidemment la question de la distribution des pièces Magneti Marelli (MM) sur fond des tensions entre plateformes et distributeurs indépendants. Renseignements pris, les pièces sont clairement exclues de l’accord entre MM/Checkstar et Lum Lux : elles continuent à être distribuées comme elles le sont aujourd’hui, à savoir par la filiale MM Aftermarket SAS à Trappes (78), au travers des distributeurs-stockistes et sans aucune exclusivité ni accord particulier pour ou avec des plateformes, qu’elles soient «amies» ou non.

Conforme à la stratégie Magneti Marelli
Tout cela est finalement aussi cohérent que peu révolutionnaire, quand on sait que Magneti Marelli est en la matière tout simplement fidèle à ses deux axes stratégiques clairement définis et connus : d’un côté, la pièce MM bien sûr (1ère monte et rechange) et de l’autre, les services qui sont donc les seuls concernés par l’accord Checkstar en France.

Ces services comprennent le réseau bien sûr, mais aussi toutes les activités qui lui sont associées telles que la formation, les bases de données techniques, l’ILV et PLV… ainsi que les équipements liés aux prestations de service entretien-réparation tels que les stations de clim’ ou les outils de diagnostic. Encore que pour ces derniers, la plateforme partage l’accord de distribution avec Clas Equipements.

Ce package «réseau» complet est donc confié en France à Lum Lux, à charge pour l’entreprise de promouvoir, développer et suivre le déploiement du réseau Checkstar en France pour le compte et sous le contrôle de Magneti Marelli Aftermarket. L’équipementier tient à ce droit de regard dans la mesure où le standard du concept est contractuel et identique au niveau européen (5 000 réparateurs déjà sous enseigne).

Checkstar fait peur… mais pas Bosch?
Car si en France, Checkstar semble venir de nulle part, il ne faut pas sous-estimer la très ancienne culture de réseau de Magneti Marelli : elle date de… 1929. En outre, l’équipementier n’en est pas à son coup d’essai en France : nombreux sont «les anciens» qui se souviennent encore de RTU (Réseau Technique Uni) que Magneti Marelli avait déployé en France avec un succès certain en s’appuyant alors sur des distributeurs-stockistes. Jusqu’à sa déliquescence au début des années 80, avec la mort du marché du carburateur et la volonté de l’équipementier de se reconcentrer alors en France sur sa seule activité pièces…

Reste qu’évidemment, le déploiement de Checkstar en France ne plaît guère aux groupements de distributeurs et ce, pour diverses raisons avérées ou pas :

  • d’abord parce que Magneti Marelli appartient à Fiat et que Checkstar apparaît du coup comme un réseau multimarque constructeur. Et même si ce n’est pas le cas comme évoqué plus haut, il s’agit de toute façon d’une enseigne de réparation frontalement concurrente des leurs.
  • En outre, les distributeurs-stockistes ont le sentiment qu’en confiant la tête de réseau, même indirectement, à l’une de ces plateformes qu’ils vouent aux gémonies, Magneti Marelli «trahit» doublement leur cause en dotant ainsi un «dangereux concurrent» d’un atout concurrentiel inespéré. Car 70 % des clients distributeurs d’Autoreserve/Lum Lux sont hors groupements ; avec Checkstar, eux qui n’ont a priori pas les moyens de proposer une enseigne de réparation à leurs clients réparateurs vont maintenant pouvoir le faire.

Et pas avec n’importe quelle enseigne. Sur le papier au moins, elle est particulièrement séduisante : Checkstar débarque avec toute l’expérience et le savoir-faire acquis au fil des années et de part l’Europe. Il suffit de lire le déjà très complet «guide des services pour les garages Checkstar» pour s’en convaincre : en théorie, le réseau a les moyens de faire vite et de faire bien, même si quelques grandes enseignes doutent de la capacité d’accompagnement-terrain de Lum Lux…

La goutte d’eau concurrentielle…
Mais une fois que l’on a dit tout cela, une autre évidence s’impose, radicalement contraire et qui rend a priori ces craintes irrationnelles : la goutte d’eau Checkstar fait apparemment déborder un vase… déjà bien rempli par Bosch depuis 12 ans que son réseau Bosch Car Service (BCS) existe en France. Pourquoi la distribution indépendante aurait-elle brutalement peur de l’ombre Checkstar, elle qui ne s’effraie pas par ailleurs du nombre de BCS ? Ce réseau a déjà séduit quelque 500 réparateurs et vient d’un équipementier ô combien plus puissant et omnipotent que Magneti Marelli en France et même dans le monde.

Mais la vraie crainte des groupements de distribution est ailleurs. Le vase que Checkstar fait déborder, c’est surtout celui des offres d’enseignes multimarque : ce réseau sera le 25ème proposé à une population décroissante de 14 500 MRA (dont plus de la moitié déjà sous enseignes) et de quelques centaines d’agents ou carrossiers en rupture de banc ou d’activité. Et ça, ça annonce des guerres fratricides dans l’univers de la distribution traditionnelle dont cette dernière se passerait bien…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*