Inscription à la news letter
Notre magazine

Dieselgate (suite) : le presque trop simple « détruquage » de Volkswagen

La pose d’un banal régulateur de flux et une simple mise à jour d’un logiciel : c’est ainsi que Volkswagen vient d’expliquer qu’il va remettre aux normes l’ensemble des véhicules équipés du moteur Diesel EA 189 1.6L ou 2.0L, en promettant de toutes prochaines solutions concernant le 1.2L 3 cylindres, lui aussi concerné par le rappel de 8,5 millions de véhicules truqués en Europe.

vw_regulateur_de_flux_620

Ce banal « régulateur de flux » couplé à une rapide mise à jour logicielle devrait résoudre le problème technique et légal des moteurs Diesel EA 189 1.6L et 2.0L qui ont été truqués pour passer les normes anti-pollution…

Si le Groupe Volkswagen ne venait pas de reconnaître hier une possible nouvelle fraude (un «problème» logiciel pour l’instant) qui entache les valeurs de consommation d’autres moteurs (donc de leurs émissions polluantes), la résolution que le constructeur vient de présenter pour remettre aux normes les déjà connus 8,5 millions de moteurs Diesel truqués en Europe pourrait presque paraître trop facile. Il faudra bien l’admettre : le plus gros scandale de l’Histoire connue de l’automobile peut donc se résoudre techniquement et légalement, pour l’essentiel, en… une demi-heure à une heure maxi par voiture, après une simple mise à jour du logiciel truqueur incriminé et en ajoutant un «régulateur de flux» sur le 1,6 L !

Volkswagen conscient d’une ridicule simplicité

C’est ce que vient d’annoncer officiellement le constructeur, dans un communiqué circonstancié qui précise que ces solutions ont été présentées à l’Autorité Fédérale Allemande des Transports (KBA). «Après un examen approfondi, elles ont été ratifiées», annonce le Groupe Volkswagen qui précise en outre que «les mesures correctives ont été déterminées pour la majorité des véhicules concernés». D’ici fin novembre, le constructeur promet que «des mesures correspondantes pour le moteur Diesel 1.2L 3 cylindres seront également présentées à l’Autorité Fédérale Allemande des Transports». En attendant, donc, de nouvelles solutions pour les nouveaux moteurs douteux identifiés hier…

Certainement conscient que la simplicité de ce premier train de remèdes proposés risque d’abîmer un peu plus sa déjà vilaine image de truqueur (si c’est si facile, pourquoi ne l’a-t-il pas fait dans les règles dès le début ?), Volkswagen a expliqué que c’est en fait «grâce aux progrès accomplis en matière de développement moteur et d’amélioration de simulation des courants à l’intérieur des systèmes d’admission, combinés à une optimisation logicielle, [qu’il] a été possible de mettre en place une mesure relativement simple à appliquer et pratique pour les clients».

Pour nos lecteurs réparateurs, voilà dans le détail ce que le constructeur promet de faire sur les moteurs Diesel EA 189 1.6L et 2.0L dans une vaste opération de rappels qui devrait s’étaler sur toute l’année 2016 :

  • Un “régulateur de flux” sera installé directement en face du débitmètre de masse d’air sur le moteur 1.6 litre EA 189. Il s’agit d’une grille qui calme le tourbillon d’air en face du débitmètre et va donc améliorer de façon décisive son exactitude de mesure. Ce débitmètre détermine le débit massique instantané de l’air, un paramètre très important pour l’optimisation de la combustion par le calculateur moteur. De plus, une mise à jour logicielle sera effectuée sur ce moteur. Cette mesure technique devrait nécessiter moins d’une heure d’intervention.
  • Les moteurs 2.0 litres feront l’objet d’une mise à jour logicielle, une opération qui devrait représenter une demi-heure environ de main-d’œuvre.

Reste à savoir maintenant si le réseau, qui déploiera ces solutions sur le terrain, sera correctement rétribué pour ces interventions ou s’il sera invité à participer à l’effort de guerre de son constructeur qui s’attend à payer, en coûts de rappels comme en amendes, plus de 20 milliards d’euros…

 

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,80 sur 5)
Loading...

1 Commentaire concernant “Dieselgate (suite) : le presque trop simple « détruquage » de Volkswagen”

  1. A tromper le débitmètre, on adapte les bonnes veilles solutions qui consistaient à tromper le consommateur. Reste à savoir si on va pas perdre 20 CV à l’issue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*