Inscription à la news letter
Notre magazine

PL – OVI : une embellie 2015… à confirmer

Le traditionnel bilan de l’année passée de l’OVI laisse apparaître une nette reprise des investissements de renouvellement de camions chez les transporteurs. Et si la tendance devrait se confirmer en 2016, des interrogations pourraient cependant fragiliser ce redémarrage…

OVI_620

Selon le bilan réalisé par l’Observatoire du Véhicule Industriel (OVI), 2015 restera comme une année de nette reprise dans les ventes de VI. Si tout n’a certes pas été au mieux, avec notamment un secteur du BTP toujours atone, les ventes de VI de plus de 16 tonnes ont enregistré de belles performances avec 25 000 tracteurs environ. Soit une hausse de 20,4% ; un volume qui correspond presque à ceux enregistrés avant la crise de fin 2008 ! Qui plus est un marché du tracteur qui a tiré celui de la semi-remorque vers le haut : +8,8% par rapport à 2014. Les porteurs restent, eux, à la peine avec un recul de 1,3% (16 700 unités). L’OVI note à ce titre que, si les marchés des tracteurs et porteurs ont toujours eu des cycles différents, ces deux marchés sont aujourd’hui complètement  »dissociés ».

Un bon cru 2015 en France donc, qui vient s’inscrire dans une reprise plus large au plan européen (+14% sur les 10 premiers mois de l’année passée), avec notamment les très belles performances de l’Espagne (+43%), de l’Italie (+21%), du Royaume-Uni ainsi que la reprise des immatriculations dans les pays d’Europe de l’Est +33,8%).

Et concernant le SAV, l’enquête de l’OVI réalisée auprès des distributeurs laisse apparaître là aussi un climat plus serein. Si le poids de l’après-vente recule très légèrement dans le CA global des distributeurs (38% en 2015 contre 39% un an plus tôt), il faut aussi l’apprécier à l’aune de la performance de l’activité VN en 2015… L’activité atelier des distributeurs s’avère donc en hausse, en tout cas pour 68% des professionnels interrogés, contre 20% déclarant une baisse d’activité.
Et s’ils reconnaissent ainsi une pression constante des réseaux d’entretien-réparation indépendants, ils estiment toutefois que celle-ci s’exerce dans une moindre mesure. Seule la moitié des professionnels sondés a davantage ressenti cette pression en 2015 contre 88% un an plus tôt !

2016 : de bons fondamentaux économiques

Pour cet exercice 2016, l’OVI se veut prudente tant le marché manque encore et toujours de lisibilité à moyen terme. Parmi les questions qui restent en suspens en effet, demeure le secteur du BTP, qui pèse à lui seul 36,5% des immatriculations de VI (essentiellement du porteur), et dont la reprise se fait toujours attendre… De même, si le transport routier sous pavillon français a redressé la tête en 2015, les volumes de marchandises transportées continuent leur traditionnel reflux d’environ 4% par an !

Reste que l’Observatoire se veut raisonnablement optimiste, ne serait-ce que parce que les principaux fondamentaux économiques sont au vert : entre une croissance prévue en France autour de 16%, la faiblesse historique des taux d’emprunt ou encore le très faible prix des carburants (le baril est descendu à 35 dollars en ce début d’année lorsque, pour mémoire, il avait atteint les 112 dollars en 2012…), nombreux sont les indicateurs laissant entendre que la reprise amorcée en 2015, après un exercice 2014 plutôt faible, pourrait se confirmer en 2016. Un optimisme raisonnable mais nécessaire pour envisager une possible reprise de l’investissement des entreprises en machines et équipements en 2016 (+4% selon les projections de l’Insee).

Autres  »moteurs » du marché : la poursuite du renouvellement des tracteurs, alliée à une fiabilité et des performances aujourd’hui reconnues pour les modèles Euro 6.

Enfin, il convient de noter la belle qualité d’adaptation des entreprises du TRM à un environnement aussi concurrencé que changeant, le nombre d’entreprises déficitaires ayant enregistré une baisse significative. Nombre d’ingrédients sont donc réunis pour une année 2016 d’assez bonne facture.

Aussi, l’OVI table sur 41 500 unités sur l’année (-0,5%), avec dans le détail 24 500 tracteurs (2%) et 17 000 porteurs (+3%).

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*