Inscription à la news letter
Notre magazine

Bosch: la voiture communicante sera la plus ouverte possible

Leader dans la conception de solutions télématiques automobiles, Bosch devrait lancer en 2013 deux systèmes de diagnostic à distance totalement ouverts et destinés au post-équipement. Avant de déployer son savoir-faire, encore plus pointu, en première monte et créer la « voiture communicante…

Thierry Leblanc

La voiture communicante existe déjà. C’est une Cadillac, car c’est avec General Motors que Bosch effectue en ce moment les premiers tests d’un système de diagnostic connecté en vue d’une intégration sur la plupart des véhicules des marques détenues par GM. Le système de « bCall » dont elle est équipée pourra bien sûr être adapté sur des véhicules d’autres constructeurs.

Certes, la solution n’en est encore qu’au stade de prototype, et la première monte, cette fois, ne sera pas la première à bénéficier d’outils télématique. Pourtant, elle bénéficiera bien de la technologie la plus avancée, comme en témoignent le processeur tricorps qui équipe la Cadillac-test et le système de reconnaissance vocale fabriqué par Dragon. Reste que l’horizon commercial du système s’avère encore lointain, en comparaison des deux systèmes prévus pour l’aftermarket indépendant, qui devraient arriver sur le marché courant deuxième semestre 2013. Autrement dit demain…

Deux systèmes totalement ouverts, selon Thierry Leblanc, directeur général aftermarket de Bosch pour la région France-Benelux : « Nous essayons de mettre ces innovations à disposition de tous les acteurs du marché, sans fermer aucune porte, assure-t-il. Les technologies sont disponibles, reste à adapter les business models. Nous avons des acteurs à qui les solutions monomarques ne plaisent pas, comme les loueurs ou les gestionnaires de flotte. »

Deux solutions pour les indépendants
La première solution permet, par le biais d’un boîtier branché sur la prise OBD, de transmettre automatiquement, via le réseau GSM, des paquets de données relatives à la santé du véhicule vers le Bosch Control System. Une forme de contrôle permanent passif. Une fois les données récoltées, le centre appelle et informe le conducteur du problème existant sur son véhicule, ou le prévient d’un problème qui pourrait survenir. Il l’avertit également du planning de révision, de l’évolution de la consommation et de l’efficacité énergétique de sa conduite.

Mais surtout, il effectue une évaluation technique afin de déployer, si besoin est, un patrouilleur capable de remplacer la pièce défectueuse par celle qui correspond, ou de diriger le véhicule vers l’un des garages les plus proches. Evidemment, ce service pourra être vendu à certains réseaux précis. Certains garages sous enseigne Bosch Car Service pourraient d’ailleurs servir à tester le produit avant sa commercialisation, de la même manière que le font actuellement plusieurs réparateurs du réseau en Europe en ce qui concerne ESI Live, le logiciel de diagnostic participatif dont Bosch a présenté le prototype à Automechanika, en septembre.

La seconde solution, composée d’un connecteur Bluetooth branché sur la prise OBD et d’une application mobile à télécharger sur son smartphone, nommée Fun2Drive (voir « Automechanika 2012 – Diagnostic à distance : c’est parti »), permet cette fois une communication directe entre la voiture et l’automobiliste, et l’automobiliste et le garagiste.

Lorsqu’un voyant MIL (Malfunction indicator lamp) s’allume, le smartphone reçoit le code défaut et le conducteur envoie celui-ci au centre d’appel Bosch. Là, les conseillers de la hotline offrent au conducteur un conseil de diagnostic, avant de préconiser le déploiement d’un patrouilleur ou d’orienter le conducteur vers un réseau de réparation. «Des enseignes de centres auto sont déjà intéressées par le procédé», révèle Thierry Leblanc. « Cela participe de la réassurance et de la satisfaction du client, précise même Philippe Bouvier, responsable marketing équipement d’atelier. Nous misons aussi sur une meilleure compréhension par le client de ce qui se passe sur son véhicule, ce qui permet d’améliorer la communication avec le garagiste qui procédera à la réparation. »

Rester ouvert…
Parce qu’il est plus simple, selon Bosch, de personnaliser un système déjà ouvert plutôt que d’ouvrir à de multiples acteurs un système propriétaire par définition fermé, l’équipementier allemand mise donc avant tout sur la réparation indépendante pour ouvrir dès 2013 l’ère de la voiture communicante.

Et à ce titre, Bosch compte sur son savoir-faire transversal –matériels et logiciels de communication et de réparation– pour séduire le plus d’acteurs possible…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire concernant “Bosch: la voiture communicante sera la plus ouverte possible”

  1. «Des enseignes de centres auto sont déjà intéressées par le procédé»,
    😀 hihihi bonjour Monsieur voici l’imprimé du rapport de panne, ça fera 50 euros merci au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*