Inscription à la news letter
Notre magazine

Nissens : l’indispensable, délicat et porteur intercooler

D’après une étude de Nissens, il apparaît que dans les 5 années à venir, 75% des véhicules européens livrés seront équipés d’un turbo. Une tendance qui démontre que la connaissance de l’intercooler et de son impact sur le moteur est indispensable.

Selon Nissens, la carrière de l'intercooler ne fait que commencer!

Selon Nissens, la carrière en rechange de l’intercooler ne fait que commencer!

Si l’étude de Nissens démontre qu’actuellement 43% des véhicules du parc européen sont équipés d’un turbo, cette proportion devrait augmenter de 30% d’ici à 2019. De fait, Nissens estime que l’intercooler devrait être exploité d’une manière de plus en plus systématique. Si en 30 ans, la taille des turbos a été divisée par deux, en revanche, pression, vitesse de rotation et température de travail ont augmentées, multipliant de fait les contraintes sur l’intercooler !

Problèmes fréquents

«Nous observons l’intérêt grandissant concernant la fonction intercooler comme une conséquence directe de l’utilisation de plus en plus fréquente des turbos dans les voitures modernes, remarque Steffen Jensen, chef produit pour le refroidissement moteur chez Nissens. […] C’est un produit complexe, et si tout n’est pas fait dans les règles de l’art, des complications peuvent être à prévoir. C’est certainement la raison pour laquelle nous avons connu une augmentation et une complexification des questions concernant ce produit durant ces dernières années.»

Mais quels sont ces problèmes ? On en dénombre plusieurs : défaillances provoquées par des pierres, gravillons et autres objets présents sur la route, causant des dommages externes ou des fuites de l’intercooler, obstructions de l’intercooler ou encore, fuites dues à une pression anormalement élevée.

Risque de blocage

«Le marché a bien sûr connu des cas d’intercoolers obstrués auparavant, mais le remplacement du turbo crée un nouveau type de risque. S’il n’est pas fait en respectant toutes les préconisations, des résidus peuvent facilement obstruer l’intercooler. Cela peut être de l’huile, mais aussi d’autres particules issues de la casse du précédent turbo. De plus, nous constatons une augmentation des intercoolers qui fuient en raison d’une pression du système anormalement élevé. Ceci peut, dans certains cas, provoquer une déformation des boîtes en plastique et entraîner une fuite de l’intercooler. Si des résidus sont encore présents dans le système après l’installation d’un turbo neuf, il y a un risque de blocage, ce qui entraînera une augmentation de la pression dans le système», ajoute Steffen Jensen.

Dommages sérieux

Il existe aussi un risque si la pression de sortie du turbo est augmentée manuellement. Il est donc important d’être conscient des problèmes liés à l’intercooler. Un réparateur se doit donc de respecter scrupuleusement les instructions de montage. Lors de l’installation d’un nouveau turbocompresseur, il est fortement conseillé de faire une inspection préalable de l’intercooler pour vérifier que ni huile ni particules ne sont restées piégés. Si ces débris pénétraient dans la chambre de combustion, le moteur pourrait être sérieusement endommagé.

«C’est pour cette raison que Nissens préconise le remplacement de l’intercooler après une défaillance du turbo pour s’assurer qu’il est vierge de tous débris comme de l’huile, du métal ou d’autres particules. Lorsqu’un nouveau turbo est installé, tous les composants du système doivent être précautionneusement examinés pour s’assurer qu’ils ne sont pas polluées par des débris métalliques ou par de l’huile», confirme l’entreprise.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*