Inscription à la news letter
Notre magazine

Equip Auto 2013 – Les belles promesses de Kairos-LS

L’actualité carrosserie n’a pas manqué sur cet Equip Auto, et le buzz né autour du logiciel Kairos-LS, de la société 3DSoft, n’a fait qu’ajouter à cette effervescence. Et si l’outil ne fait pas (encore ?) l’unanimité dans le milieu, autant dire qu’il suscite l’intérêt de certains réseaux, qui pourraient bien, avec leur maîtrise du management d’équipe, tirer la véritable force de ce véritable « outil de pilotage »…

« Piloter » une carrosserie implique non seulement de savoir répartir les tâches de manière adéquate, en préservant la productivité de chaque compagnon, mais aussi de savoir leur faire changer de poste dès qu’une tâche est finie, de prendre en compte en continu le flot d’entrées-atelier, de gérer le prêt de véhicules de courtoisie, de bien veiller au respect des temps barémés, d’assurer un rendu à temps du véhicule réparé… Et tout un tas d’autres choses qui relèvent quasiment du métier de sorcier !

C’est pourquoi le logiciel Kairos-LS (que nous vous avions présenté précédemment), conçu par la société 3DSoft, a suscité beaucoup d’interrogations parmi nos lecteurs, et parmi tout un secteur de la carrosserie particulièrement effervescent durant cette édition 2013 d’Equip Auto. Richard Bogatzky, son directeur général, ne cachait pas, d’ailleurs, l’intérêt rencontré sur son stand lors du salon, par les réseaux Acoat Selected, Five Star et quelques autres acteurs majeurs de la réparation-collision. Non pas que toutes les enseignes de carrosserie se soient précipitées pour se pencher plus en détail sur le système, AD étant d’ailleurs trop occupé à souligner les vertus de son tout nouveau système Alpha Sigmac, mais la présence de 3DSoft est très loin d’être passée inaperçue.

Une question de fonction
Si les échos positifs étaient évidemment nombreux, d’aucuns ont laissé entendre le fait que, contrairement à Alpha Sigmac, Kairos-LS ne prenne pas en compte les taux horaires, le prix des pièces, les taux de franchises, etc. Ce qui l’obligerait à s’adosser à un DMS « réseau » pour que le problème soit réglé. Sauf que, contrairement à Alpha Sigmac, Kairos-LS n’a été développé avec aucun réseau, et pourrait donc se voir adapté beaucoup plus facilement aux exigences de chaque enseigne.

Par ailleurs, Kairos-LS n’a été présenté «que» comme un outil de pilotage d’atelier, un manager informatique en charge uniquement du temps et des hommes, pas des taux et des prix. Le gain revendiqué est avant tout un gain de productivité, ce qu’un réseau bien organisé a toutes les chances d’optimiser. Car qui mieux qu’un réseau, généralement bien structuré, maîtrisant le management de ses compagnons et ayant établi des process clairs et précis, pourrait tirer la quintessence de Kairos-LS et en faire un véritable bouclier face aux pressions des donneurs d’ordres ?

L’argument d’une reprise des négociations ?
L’enjeu, outre le «simple» gain de productivité, est là : faire comprendre aux compagnies d’assurance, aux plateformes de gestion de sinistres et aux experts-conseils, que le garage équipé d’un outil comme Kairos-LS –si celui-ci tient ses promesses– maîtrise intégralement son management, son agenda, son suivi des véhicules et sa productivité. De façon à ce que lesdits donneurs d’ordres ne puissent plus venir chercher des poux aux carrossiers dans ces domaines-là. « Ne croyez-vous pas que les compagnies d’assurance, qui n’ont de cesse de  « presser le citron » des carrossiers, seront obligées de constater qu’on ne pourra pas aller plus loin une fois le logiciel en place ?, interroge logiquement Richard Bogatzky. Et qu’au contraire, porter à la connaissance des compagnies d’assurance l’existence de cet outil, indiquera une borne importante dans les négociations futures avec ces mêmes compagnies.»

Le buzz autour du logiciel a déjà eu le mérite –ou le défaut, selon les carrossiers qui souhaitaient que l’existence d’un tel outil ne soit divulguée qu’à eux seuls– de redonner au chef d’atelier la maîtrise des flux et des tâches dans la carrosserie. Il devient clair, toutefois, que se priver d’un outil comme Kairos-LS pourrait mettre les réfractaires à la merci d’exigences encore plus insoutenables de la part des compagnies d’assurance qui, elles aussi, auront eu vent de la naissance du logiciel. Réagir en s’équipant, ou subir en attendant, voilà un dilemme auquel les pros de la réparation-collision devront sans doute faire face dans les mois à venir.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...Loading...

3 Commentaires concernant “Equip Auto 2013 – Les belles promesses de Kairos-LS”

  1. Cher Monsieur VERLAIN,

    Intéressante votre remarque concernant les mots à la mode. Je crois qu’en période de crise comme nous la vivons en ce moment ces mots « Productivité et rationalisation » prennent tout leur sens. Votre problème dites-vous reste les véhicules de courtoisie prêtés trop longtemps et le taux horaire…

    C’est précisément sur ces deux points que Kairos-LS pourrait vous faire gagner en… Productivité… Contactez-nous, nous viendrons vous faire une démonstration qui vous convaincra à coup sûr! Faire du bon boulot en gagnant de l’argent reste un crédo honorable.

  2. Encore un joli jouet pour que les assureurs nous pressent. Productivité, rationalisation, que des mots à la mode. On meurt de ne plus prendre le temps pour faire un travail bien fait. Et penser au client.

    Mon problème à moi (je ne pense pas être le seul), ce n’est pas l’organisation ! Ce sont les véhicules de courtoisie que l’assureur m’oblige de prendre à ma charge, c’est la réduction de mes taux horaires et les 35 heures.

  3. Je me demande bien ce qui peut provoquer des réactions négatives au sujet de ce nouveau logiciel. Pour mémoire les voitures tirées par des chevaux ne sont plus légions sur nos routes et plus près de nous, nous avons été heureux de découvrir les outils informatiques quand ils sont arrivés dans nos carrosseries. Je parle des logiciels de gestion ou même des logiciels qui nous aident pour le chiffrage… Alors pourquoi ce nouvel outil qui semble frappé du bon sens serait-il dangereux pour nous carrossiers ? Par ce qu’il va nous obliger à avoir le c… propre ? Je n’ai pas de problème de ce coté. Je rebondis sur le fait qu’avec cet outil, nous pourrons mieux nous défendre face aux compagnies et autres plateformes. Cela tombe sous le sens. Plus vite elles seront au courant et mieux cela vaudra. Moi, je retiens surtout que ce logiciel va régler mon problème d’organisation, qu’il va raccourcir le temps de prêt du véhicule de remplacement. A ce jour, à ma connaissance, personne ne travaille plus vite qu’un ordinateur. Dés que j’ai une minute je contacte ces gens pour voir ce logiciel, et je me doute bien que je ne vais pas perdre de temps. Il faut arrêter de cracher dans la soupe, on nous donne des armes pour nous battre, alors battons-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



*