Inscription à la news letter
Notre magazine

Sécuritest Roisel, premier à tester le prêt de contrôleurs techniques

Établi à Roisel dans la Somme (80), le centre Sécuritest d’Emmanuel Devineau est le premier à avoir eu recours à la plateforme de prêt de contrôleurs techniques lancé cet été par le Groupe SGS, maison-mère de l’enseigne. Une expérience plus que satisfaisante pour l’entrepreneur : il estime qu’une telle initiative pourra permettre de résister aux aléas de la fréquentation des centres qui promet de varier fortement dans les prochains mois avec l’entrée en vigueur prochaine des nouvelles dispositions du contrôle technique.

En juillet dernier, le Groupe SGS, spécialisé dans le contrôle technique, annonçait le lancement de la plateforme “Mon Contrôleur” et son inédit objectif : permettre le prêt de collaborateurs entre les centres de ses deux enseignes, Sécuritest et Auto Sécurité. Et l’un des premiers à y avoir fait appel, c’est Emmanuel Devineau, propriétaire de deux centres Sécuritest à Saint-Quentin, dans l’Aisne (02) et à Roisel, dans la Somme (80). C’est dans ce dernier que, confronté au départ rapide, en juin, de l’un de ses deux employés, l’entrepreneur s’est rapproché en urgence de sa tête de réseau. Et de Martine Houlière, P-DG de Sécuritest.

Pris au dépourvu par l’annonce subite du départ de l’un des deux contrôleurs que comptait le centre, Emmanuel Devineau a rapidement contacté la dirigeante pour trouver une solution afin de ne pas devoir fermer son centre pendant une semaine de juillet. Et celle-ci l’a naturellement orientée vers “Mon Contrôleur”, faisant ainsi de lui l’un de ses tout premiers usagers. « Il est très compliqué, en France, de compenser les baisses ou les pics d’activité par l’embauche d’un contrôleur qui n’est pas affilié à un centre, car le statut de contrôleur technique, profession agréée par l’Etat, oblige chaque contrôleur à être affilié à un centre », explique Emmanuel Devineau.

Un échange de bons procédés

Ainsi, le gérant du centre s’est inscrit sur “Mon Contrôleur”, « où seuls deux ou trois contrôleurs étaient disponibles pour l’instant », et a récupéré les coordonnées d’Aurélien Barron, employé dans le centre de son père à Château-Porcien, dans les Ardennes (08), à tout juste 110 km de Roisel. Une chance pour Emmanuel Devineau, qui aurait bien sollicité le jeune contrôleur une semaine de plus, mais celui-ci n’était pas disponible davantage. Son coup de main a néanmoins permis au centre de Roisel de ne pas fermer. Les dates de l’échange avaient été négociées entre les deux patrons de centres… mais pas que cela !

En effet, le contrôleur qui accepte d’être prêté, avec l’assentiment de son employeur, reste salarié par le centre auquel il est affilié durant toute la durée du prêt. « Son patron a proposé un taux horaire, charges comprises, et fait une facture pour une semaine de travail, explique Emmanuel Devineau. Mais j’ai aussi décidé, de mon côté, de lui payer l’hôtel, les repas et de prendre en charge ses frais kilométriques. » Aurélien Barron travaillant déjà avec les outils et logiciels Sécuritest, il ne lui a pas fallu plus d’une heure pour être opérationnel dans l’établissement de Roisel.

Gérer les périodes de rush

Emmanuel Devineau estime qu’un service comme “Mon Contrôleur” sera d’une grande aide aux centres de CT dans la perspective des périodes de rush, notamment celles qui s’annoncent avec l’arrivée prochaine des nouvelles dispositions du contrôle technique, avec ses 400 points de contrôle, qui entreront en vigueur au printemps 2018. « Nous aurons à la fois des périodes où nous devront faire former nos contrôleurs, donc moins de personnel sur place, et d’autres où le nombre de clients explosera, reconnaît-il. Car, déjà, il a suffi que TF1 annonce dans son journal que le “nouveau” contrôle technique entrerait en vigueur le 1er janvier prochain pour que notre carnet de rendez-vous explose ! »

Selon l’entrepreneur, la plateforme de SGS évitera également de devoir débaucher, former, faire agréer et affilier des mécaniciens au métier de contrôleur technique : « quand on connaît le métier et les procédures, c’est tout de suite plus simple ».

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*