Inscription à la news letter
Notre magazine

Tarifs réglementés : la FNAA défend les dépanneurs-remorqueurs

À la suite de la publication de deux arrêtés ministériels encadrant la revalorisation des tarifs applicables par les dépanneurs sur la base de l’inflation annuelle de l’INSEE, Marcel Stagnarola, président de la branche Dépannage-Remorquage de la FNAA a réagi.

Les deux arrêtés concernent les tarifs applicables sur les interventions de dépannage-remorquage sur autoroutes et voies express, ainsi que les activités de fourrière pour l’enlèvement et la garde journalière des véhicules. Si le président avoue sa satisfaction face aux réévaluations annuelles des tarifs, il exprime toutefois ses regrets par rapport à une revalorisation qui, une nouvelle fois, ne correspond pas à la réalité.

« Notre profession de dépanneurs-remorqueurs subit de très fortes pressions de l’État comme des donneurs d’ordres. Les charges obligatoires et non maîtrisables de fonctionnement s’envolent à l’instar du coût des fluides, ou encore des charges locatives induites par le foncier indispensable à nos activités, ou encore de l’augmentation de nos masses salariales générée par l’obligation d’assurer des astreintes et des rotations permettant la continuité du service 24h/24 exigée par les donneurs d’ordre », analyse Marcel Stagnarola.

Insuffisante inflation annuelle de l’INSEE

Et il faudrait encore ajouter à cette longue liste les normes à respecter, le nombre de véhicules et de personnels à minima, les équipements, l’obligation d’accessibilité aux locaux, etc. Selon le président, le référentiel utilisé pour le calcul de ces réévaluations −l’inflation annuelle calculée par l’INSEE− est trop faible et surtout trop indifférencié «pour pouvoir correspondre aux spécificités de la profession de dépanneur-remorqueur dont les tarifs, même revalorisés, restent malheureusement à la traîne. Le risque de voir «décrocher» nombre de collègues toujours plus fragilisés économiquement n’est donc pas éliminé ».

De ce fait, même si la FNAA reconnaît l’intérêt des revalorisations accordées enfin sur une base annuelle, elle « tire la sonnette d’alarme devant un mode de calcul de celles-ci qui ne pourra pas être indéfiniment la norme, au risque de devenir de plus en plus un effet d’annonce et de moins en moins un soutien objectif à la profession ».

L’organisation professionnelle, à l’origine de ces négociations avec les pouvoirs publics, restera sans nul doute vigilante et prête à défendre la cause de ses adhérents artisans.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 2,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*