Inscription à la news letter
Notre magazine

Semaine d’action des chefs d’entreprise : les pros manifestent !

C’est sous l’égide de la CGPME que le CNPA appelle ses adhérents à rejoindre une semaine d’action des chefs d’entreprise prévue du 1er au 5 décembre. Idem pour la FNAA, mobilisée derrière l’UPA, pour le mouvement national de protestation des TPE/PME

FNAA_CNPA_620

«Ras-le-bol, impatience, incompréhension…Autant de mots pour traduire l’exaspération des chefs d’entreprise des TPE/PME et leur défiance à l’égard des orientations gouvernementales», c’est par ces mots que commence le communiqué du CNPA qui invite ses adhérents «à descendre dans la rue, sur tout le territoire, pour exprimer leur mécontentement».

«Beaucoup d’entreprises artisanales sont confrontées à de croissantes difficultés et sont trop souvent contraintes de prendre de douloureuses décisions en termes d’emplois» complète la FNAA qui «invite ses instances régionales et départementales, ses élus et ses adhérents, à se rapprocher des UPA locales pour se mobiliser à leur côté durant cette semaine d’action nationale».

Ces communiqués annoncent la semaine d’action des chefs d’entreprise, un mouvement de protestation d’ampleur nationale initié par la CGPME, le Medef et l’UPA et qui se déroulera du 1er au 5 décembre.

Le 1er décembre, les présidents de la CGPME, du Medef et de l’UPA doivent présenter un manifeste durant une conférence de presse commune organisée à Paris, manifeste traitant des sujets communs aux trois organisations qui sont autant de contraintes pour des TPE ayant enregistré 10 trimestres consécutifs de recul d’activité : instauration d’un compte pénibilité, loi Hamon et obligation d’information des salariés en cas de cession de l’entreprise, niveau des prélèvements, etc. Une seconde conférence de presse est également prévue le 3 décembre dans le cadre d’un grand rassemblement à Lyon.

Le CNPA annonce que, dans la capitale, c’est le 1er décembre qu’aura lieu le rassemblement avec un rendez-vous à 9H30 sur la Place Félix Éboué (12ème). De là, le cortège rejoindra le ministère de l’Économie. Dans le sud de la France, le rendez-vous a été fixé à 10H00, Place du Salin à Toulouse (31). Cette mobilisation soulève les principaux points suivants : abrogation du compte personnel de prévention de la pénibilité, de l’obligation préalable d’information des salariés en cas de cession d’entreprise et abandon de la taxation sur les dividendes.

L’organisation professionnelle estime qu’il «existe des solutions pour retrouver croissance et emploi et souhaite que le Gouvernement mette en conformité ses actes avec sa parole pour soutenir véritablement la création de richesse dans notre pays».

Appel à la mobilisation

Membre de l’UPA au titre des métiers artisanaux de l’automobile, la FNAA annonce s’associer elle aussi pleinement à cette opération, comme elle l’a déjà fait dans le cadre de l’opération des «Sacrifiés», lancée il y a un peu plus d’un an, et dont la pétition nationale a d’ores et déjà recueilli plus de 900 000 signatures. Aussi, durant cette semaine de mobilisation, la FNAA invite ses représentants régionaux et départementaux à se rapprocher des UPA locales pour soutenir cette semaine d’action sur le terrain.

En parallèle, l’UPA entend prolonger cette mobilisation par des initiatives indépendantes. Elles prendront la forme d’une lettre ouverte adressée au Président de la République, diffusée le 2 décembre au travers de quelque 61 titres de la presse quotidienne régionale et d’un support national ; elle sera également adressée aux artisans en format dématérialisé, qu’ils pourront relayer dans le format de leur choix. Par ailleurs, un bus aux couleurs de l’UPA et des entreprises de proximité entamera un tour de France, pour servir de lieu de rassemblement à cette mobilisation dans les grandes agglomérations.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*