Inscription à la news letter
Notre magazine

15 causes de pannes : misez sur la prévention !

image graphique2_1.jpg

Tableau des 15 principales causes de pannes (source: GiPA 2006)

 

La réparation dite « curative » a cédé le pas à l’intervention préventive. Non seulement l’entretien préventif est majoritaire depuis 2002, mais il poursuit sa progression (+20%) depuis plus de 5 ans. En outre, les automobilistes n’acceptent plus de tomber en panne.
Autant de bonnes raisons de revenir aux fondamentaux de la prévention et de regarder les meilleures façons d’éviter les 15 principales raisons de pannes rappelées par les études du GiPA

Martial Burat

Les pannes sont-elles prévisibles ? Certes pas, en tout cas pas toutes. Pourtant, bon nombre d’entre elles sont répétitives, bien connues et peuvent être anticipées assez facilement. Dans certains cas, elles doivent l’être, crédibilité du réparateur oblige : sur 100 pannes recensées, 65 se concentrent sur 15 éléments majeurs. C’est une étude réalisée par le GIPA qui le révèle : les trois-quarts des défaillances d’un véhicule tournent essentiellement autour de 15 pièces ou fonctions (voir tableau ci-dessus).
Ces chiffres datent de 2005, mais selon l’organisme d’études qui ne les a pas remis à jour depuis, ils ne devraient pas avoir évolué. Les pannes se suivent et se ressemblent toujours, inertie du parc oblige….

C’est ce que nous vous proposons de (re)découvrir.
Bien sûr, les batteries caracolent encore et toujours en tête en s’appropriant plus de 10% du total des pannes. Une aberration en soi, tant il est aujourd’hui facile de tester une batterie. Elles sont suivies par les plaquettes de freins, l’embrayage, etc. Dans les liens ci-dessous, certaines sont regroupées (2ème et 11ème, 8ème et 9ème, 14ème et 15ème), du fait de leur proximité en terme de fonction ou en terme de réparation…
Autre constat : Si l’on compare ces données aux résultats concernant les contrôles techniques, et plus précisément les anomalies entraînant une contre-visite, on remarque une corrélation certaine. En effet, il apparaît que sur 2,8 millions de contre-visites, 1,4 million sont dues aux anomalies relevées sur les systèmes de frein (plaquettes, disques, flexibles, dissymétrie etc.…), 810 000 concernent la pollution, arrivent ensuite celles touchant les organes d’éclairage et de signalisation.
Certes, toutes ces pannes et autres anomalies conduisent les véhicules dans les ateliers à un moment ou à un autre, et il faut bien les réparer. Toutefois, outre ces interventions curatives, toujours mal venues pour les clients, ne serait-il pas judicieux de proposer systématiquement des opérations préventives ? Toute une palette de matériels existe pour contrôler un circuit de frein, un circuit de refroidissement, la pollution, etc.

Non seulement toutes ces interventions peuvent être réalisées pour des prix très raisonnables, mais elles confortent l’automobiliste qui ne supporte plus que son véhicule ne remplisse pas sa fonction de base. Elles peuvent aussi permettre de le fidéliser et de programmer des interventions ponctuelles dans le temps.
Au mieux, les résultats enregistrés lors de ces contrôles peuvent déclencher des interventions pour éviter une panne ou une casse imminente. Au pire, l’automobiliste ne vous dira plus, avec cet air déçu et vindicatif de celui qui va changer de réparateur : «vous n’auriez pas pu le voir lors de la révision»?

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*