Inscription à la news letter
Notre magazine

EXCLUSIF – L’indépendance de l’expertise en (une seule) question…

DERNIÈRE MINUTE – Préalable à l’article ci-dessous :depuis l’emailing qui « poussait » cet article vers nos 45 000 lecteurs en milieu d’après-midi, l’ANEA nous a joint pour nous faire savoir que nous sommes finalement invités à son Congrès, même si son instance dirigeante reconnaît nous en avoir initialement écartés et nous explique n’avoir guère apprécié le ton employé ci-dessous.Il ne s’agit pourtant pas ici de remettre l’ANEA en question mais bien de pouvoir enfin lui poser une question. Nous irons donc à ce Congrès en espérant que, après avoir trop souvent vainement sollicité des rencontres avec l’ANEA, cet ébauche de « réconciliation » créera une relation qui nous permettra d’obtenir sa vision d’un événement, chaque fois que nous la solliciterons pour la recueillir…L’article ci-dessous reste dans sa version initiale. Nous invitons donc nos lecteurs à l’amender en ce qui concerne ce « boycott » de notre rédaction…

L’ANEA (Alliance Nationale des Experts en Automobile) ne nous invite pas à son congrès national de demain alors qu’elle nous y recevait l’an dernier. Soit. Mais alors pourquoi nos confrères, jusqu’aux  journalistes de TF1, sont-ils, eux,  vivement souhaités et dûment annoncés ? Nous voilà donc contraints de lui poser l’une de nos questions à distance, document à l’appui : n’y a-t-il pas un réel problème d’indépendance concernant les expertises produites —ou amendées— par les experts conseil d’assurance, salariés par ces dernières, comme ce rapport d’expertise signé ACM Chiffrage tend à le prouver ?

Expertise ACMCliquez ici pour télécharger ce document

lecteur 110Que malgré nos demandes nous ne soyons pas invités cette année au Congrès de l’ANEA (Alliance Nationale des Experts en Automobile)   —alors que nous l’étions l’an dernier— n’est pas un problème en soi. Libre à elle en effet de préférer rester entre soi sans avoir à « gérer » la presse. Elle ne sera ni la première ni la dernière fédération professionnelle à le décider tout à fait légitimement. Seulement voilà : nous venons de découvrir que l’ANEA a en fait l’invitation presse variable. Car en même temps que son service communication nous oubliait, la même ANEA circularisait le 2 avril, auprès de ses 1 902 adhérents revendiqués, le mail suivant :

mail ANEACliquez sur le document pour l’agrandir

Et renseignements pris, beaucoup de nos confrères de la presse spécialisée sont invités depuis longtemps. Avoir ainsi l’invitation presse sélective nous impose l’évidence : nous ne sommes pas les bienvenus.

On comprend bien sûr l’ANEA. Elle espère peut-être voir relayé, tel que, le contenu policé des débats qui s’annoncent, notamment celui qui traitera des résultats de la charte «experts/réparateurs» (cliquez ici pour découvrir le programme du Congrès). Pourquoi risquer de parasiter la fête médiatique qu’elle en attend visiblement par nos questions potentiellement déplacées ?

Nous lui posons donc à distance au moins une des nombreuses questions que nous aurions aimé soulever demain aux côtés de nos confrères, mais que le refus réitéré de l’Alliance de nous accorder une quelconque audience laissent en suspens. Une seule question, mais éminemment centrale aujourd’hui : celle de l’indépendance de l’expertise.

A l’appui : ce document  qui légitime notre interrogation. Il s’agit d’un rapport d’expertise estampillé «ACM Chiffrage», pour «Assurance Crédit Mutuel Chiffrage», société dont nous ne trouvons trace. Il s’agit certes d’un document cosigné par un expert stagiaire et un expert dûment référencé. Mais cet expert certes inscrit à la liste nationale des experts agréés est salarié par l’assureur comme il en existe aujourd’hui une petite centaine à produire ce type de rapports ou à amender ceux des experts réellement indépendants. En outre, l’intitulé même du document pose question : comment un assureur peut-il revendiquer directement un rapport d’expertise censé être rédigé par un expert indépendant ?

Car dans l’un ou dans l’autre des cas, la législation est pourtant indiscutablement claire. L’article L326-6 du Code de la Route, en vigueur, l’explique clairement de la façon suivante :
I. – Est incompatible avec l’exercice de la profession d’expert en automobile :
1° La détention d’une charge d’officier public ou ministériel ;
2° L’exercice d’activités touchant à la production, la vente, la location, la réparation et la représentation de véhicules à moteur et des pièces accessoires ;
3° L’exercice de la profession d’assureur ;
I bis. – Les conditions dans lesquelles un expert en automobile exerce sa profession ne doivent pas porter atteinte à son indépendance.

Question maintenant transmise et parvenue à l’ANEA. A suivre…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 4,60 sur 5)
Loading...

31 Commentaires concernant “EXCLUSIF – L’indépendance de l’expertise en (une seule) question…”

  1. Et si les syndicats des réparateurs se rapprochaient du syndicat des experts indépendants (SEI), afin de mettre en place la généralisation du recours direct en cas de sinistre non responsable?

  2. A propos, combien existe-t-il d’experts indépendants ? Enfin, de vraiment indépendant (…)? Et voila: la boucle est bouclée. Comment voulez-vous que les vrais indépendants (une quarantaine en France) arrivent à faire passer le seul message qui vaille : l’assuré choisit son expert comme son réparateur. Et là, on s’aperçoit que les réparateurs sont plus solidaires que les experts qui vendraient père et mère ainsi que leurs enfants pour une mission de compagnie.
    l’indépendance de l’expert est une utopie derrière laquelle se cache les faibles inféodés aux compagnies d’assurance.

  3. carrosserie peterlin / 17 avril 2014 á 21 h 52 min / Répondre

    La question n’est pas combien d’experts indépendants il y a!!!! On a la réponse à tout ça….. Personne n’ose la montrer!!! Après-Vente a des jugements de tribunaux suite à des recours direct; ils savent que ça marche, tout comme tf1, m6 et j’en passe… Pourquoi la vérité n’explose pas? On protège tout simplement la mafia. A bonne entendeur…..pauvre grand public……….

    NDLR: Pour information, nous parlons depuis longtemps du recours direct (voir nos articles sur ce sujet). Mais en revanche, nous n’avons pas, comme vous semblez le croire, de jugements de tribunaux à ce sujet. Nous sommes évidemment preneurs…

  4. carrosserie peterlin / 14 avril 2014 á 18 h 03 min / Répondre

    Oui Jérôme, cela pourrait être très bien, mais pour moi, personnellement, il faut profiter que TF1 en parle, ça aura beaucoup plus d’impact et très vite!!! Mais comme les chaînes télévisées ne veulent montrer que ce qu’ils veulent…

  5. Et si les syndicats des réparateurs se rapprochaient du syndicat des experts indépendants (SEI), afin de mettre en place la généralisation du recours direct en cas de sinistre non responsable?

  6. carrosserie peterlin / 9 avril 2014 á 16 h 12 min / Répondre

    Exactement, ça ne bougera jamais!!! On a la solution, mais comme je l’ai lu précédemment, on touche trop d’importantes personnes, on les gêne!!! Donc personne n’aura le courage de dire la vérité, du moins de laisser les réparateurs, les experts, les client s’exprimer!!! Du vol organisé, tout simplement…

  7. garant de la liberte / 8 avril 2014 á 20 h 34 min / Répondre

    Bravo à tous. Très très belles mobilisations. Les REFORMES sont proches, les GRANDES DISCUSSIONS ne servent plus à grand chose. Aucune compagnie n’a respecté les différentes chartes signées avec le gouvernement, réparateurs, etc. L’heure n est plus à l’observation mais à la RÉBELLION. NOUS NE SOMMES PAS DES SOUMIS. Nos dents raflent déjà le bitume; réveillons-nous avant que les gencives soit atteintes elles aussi.
    SNDEA est très très loin d’être indépendant;ANEA, SNDEA, c’est le pot et le couvercle. Ne comptez que sur vous et vous-mêmes. Ils ne vous amèneront à rien; ils ont juste la soif de pouvoir et l’obligation de ne pas décevoir leurs maîtres (…)

  8. voila,quelques jours de passés après que j’ai envoyé cette article, personne ne bouge, j’ai la clef pour le libre choix de l’expert, du moins pour les sinistres non responsable et personne veut cette clef!comme je vous le disais, les assureurs contre tous! tf1,france3, m6 donc capital et turbo (souvent sponsorisés pour les assurances)ne s’y intéressent pas…. je comprends…… C’est du lourd gibier pour eux; pourtant c’est la loi que l’on suit! Des millions de personnes qui vont subir un sinistre non responsable peuvent bénéficier du choix de l’expert, ne figureront pas sur le fichier de sinistre de l’assurance, peut avoir l’équivalent en véhicule de courtoisie, toucher de l’argent pour la dépréciation!!! Eh non, personne ne veut nous laissez parler, nous expliquer,pour ne pas gêner certaines personnes…. C’est honteux!!! De pauvres personnes se retrouvent très souvent à pied, ne pouvant pas racheter un véhicule. Alors qu’ils le pourraient!!! C’est la France…. Ne touchez pas aux personnes puissantes… et pour les autres…. comme disais Coluche: tous ensemble pour leurs mettre au c…!!! A poignée de personnes, sans renfort, cela sera dur! Alors à toutes les émissions télévisées ne montrant que ce que vous voulez montrer, osez tous simplement la vérité!

  9. je demande a voir…………

  10. Les réactions vont aller bon train je pense, dès hier la FFC Réparateurs appelaient à l’utilisation des services d’experts réellement indépendants.
    Réparation économique oui, mais pas à n’importe quel prix.

  11. je vois que ça bouge bien, l’article fait un grand tour des réseaux sociaux; les clients comprennent mieux certaines choses…. et encore: ils ne savent pas tout. Ils sont loin d’imaginer la puissance des assurances et encore moins leurs limites… Des assurances capables de résilier dès que le client va pas dans son sens. Je répète, j’ai les preuves. Et même si besoin, des témoignages de ce que j’avance. Si les journalistes ne bougent pas, ça me prendra peut-être du temps, un bon mois je pense, mais j’effectuerai moi-même le reportage avec des experts expliquant la pression, des courtiers et assureurs, des réparateurs, des clients et je posterai la vidéo qui, je pense, représentera deux bonnes heures sur tous les réseaux sociaux, on verra peut-être des retombées… si youtube et d’autres ne la supprime pas…..

  12. Bonjour
    Quelle interview de TF1! Les journalistes ont enfin averti le grand public de ce qui se passe à présent dans le monde de l’expertise où l’expert de l’assurance tente de minimiser le plus possible les réparations de leur voiture pour faire faire des économies aux assurance (Les pauvres) en indiquant que si les débordements sont trop importants de la part des garagistes, c’est forcement à l’assuré de payer!!! Mais de qui se moque-t-on???

    Si au moins ces économies servaient à faire baisser les primes pour les assurés, ce serait utile; mais ça n’a jamais été le cas bien au contraire.

    Mr GIRAULT interviewé dans ce reportage n’est autre qu’un des responsables de communication de l’A.N.E.A. qui participe à tous les cocktails des assureurs. Alors, que pouvait-il dire d’autres???
    Il est grand temps de dénoncer toutes ces magouilles au grand public et au besoin de demander au législateur de faire respecter la loi qui demande que l’expert ne détienne pas un mandat de l’assurance pour éviter qu’il soit donc parti pris pour lui et pour que la loi soit enfin appliquée.

    Oseront-ils se frotter au puissant lobbying des assureurs?? Maintenant que le pavé a été jeté dans la mare, nous allons voir qui va être éclaboussé par tout ça??

    Avis aux experts VRAIMENT indépendants qui voudront se joindre aux réparateurs pour enfin redonner vie à nos professions qui souffrent tant aujourd’hui à cause de toutes ces pressions (même si nous devrons mettre nos bonnets rouges).

    Courage, osons le changement.
    David

  13. Eh bien force est de constater qu’à défaut d’agir, notamment tel qu’annoncé entre autres par l’article «la nécessaire Union Sacrée entre Réparateurs et Experts», les experts continuent à ne pas prendre leur avenir en mains. Eh bien ils n’en auront plus!!!

    Les assureurs ne pensent absolument qu’à eux, certes; les vieux grognards experts —ou pas vieux d’ailleurs—, pas les grands entrepreneurs de gros cabinets déficitaires en terme d’image et de rentabilité imposée, peuvent être raillés. Mais eux seuls semblent aujourd’hui crédibles pour défendre les assurés et les réparateurs. Le reportage de TF1 est sur ce point affligeant en terme de démonstration de l’impasse dans laquelle ANEA plonge cette profession.

    Alors que doit-il se passer? L’État doit-il intervenir enfin pour faire respecter ses propres lois, puisque celles-ci défendent non seulement les intérêts des vrais experts indépendants mais aussi et surtout ceux des assurés que nous sommes tous??? Alors, agissons ensemble contre cette hégémonie aujourd’hui bousculée mais installée!

  14. oui eurogarant, on s’en sert de la session de créance. Dommage que tu aies dû cesser ton activité; mais je pense que ça ne va pas tarder à éclater. Et là, y aura du travail pour tout le monde. Et ce n’est qu’avec des gens comme toi que l’on avance.. Maintenant j’ai hâte de voir quelle chaine télévisée aura le courage de montrer la vérité… Car en montrant au téléspectateur la vérité, au moins pour les accidents non responsables, y aura le choix de l’expert…….

  15. Bravo carrossier, tu as raison. C’est précisément parce que je me suis opposé au système, tant de l’expertise que des agréments d’assurance, que j’ai dû cesser mon activité (en cela pas aidé par la profession). Je te rappelle que nous avions mis en place la SESSION DE CRÉANCE qui n’est autre qu’une subrogation de droit et qui est donc l’utilisation du droit commun avec, comme article, le fameux 1382 du code civil :
    Article 1382 créé par Loi 1804-02-09 promulguée le 19 février 1804:
    Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer.
    Prends garde à toi et bonne route!

  16. Pas trop mal ce soir sur Tf1 mais un peu court, dommage…. Je lisais le commentaire d’eurogarant: « les syndicats d’expert devrait se rapprocher de ceux des garagistes»; je sais pas… Depuis des années, les experts nous sabrent les rapports d’expertise, modifient les Sidexa à leurs profit pour réduire les coups de sinistres, ne nous donnent pas les heures dues, lèsent les clients… Si demain les clients peuvent choisir leur experts, tous les gros cabinets d’experts peuvent déposer le bilan de suite…. Des année qu’ils prennent les clients pour des idiots… Ceci dit, ils pourront se recycler dans la réparation et moi personnellement, j’ai hâte de voir un expert réparer un véhicule dans les temps qu’ils allouent!!!

    Ceci dit, je suis en Moselle et je me répète, on l’a lancé en se basant sur l’Allemagne: quand un client non responsable avec un tiers identifié a un sinistre, on missionne notre expert, notre client ne déclare rien à son compagnie d’assurance. On effectue tous simplement un recours en droit commun en attaquant la compagnie adverse!!! Le client y gagne car sinon, même en cas d’accident non responsable, un sinistre est comptabilisé par son assureur.

    Les garages agréés diminuent; la plupart des clients ayant eu un accident passe nous voir, nous réparateurs, avant d’aller à l’assurance. Il suffit tout simplement que toute la France y vienne, que l’on se mette tous à pratiquer le recours direct. On choisit notre expert et au moins on est sûr que le client ne part pas ailleurs!!!

    Car lors de la déclaration, on ne revoit jamais le client qui est automatiquement envoyé dans un garage agréé!!! De plus, on ne parle plus de coût économique : cela permet de réparer les véhicules même si la réparation dépasse la valeur du véhicule!!! Le client n’est plus lésé et pour nous ce n’est pas du travail qui nous passe sous le nez!!!!

    Si dans la France entière, tous le monde pratique cette méthode, ou que l’on arrive à orienter 50% des sinistres… pour commencer… cela désorienterait les compagnies d’assurances ainsi que les experts d’assurance qui nous laisseraient peut-être notre dû pour que l’on puisse retravailler dans des conditions correctes!!!

    Si les experts indépendants disparaissent, comment fera-t-on lors d’une contre-expertise: un expert d’assurance contre-expertisé par un autre expert d’assurance?????!!!! Ben, j’peux vous dire qui l’aura dans le c.. : les clients!!!! Les experts d’assurance pourront pas défendre les clients : ils favoriseront forcément l’assureur!!!!!

    Il y a quelques mois, dans l’émission m6, Turbo, il y avait une enquête sur les garagistes malhonnêtes qui (gonflaient) les factures de réparation mécanique. J’ai trouvé ça très bien : on montre la vérité afin que les clients voient la vérité et ne se fassent plus avoir. Très bien…. Merveilleux…. Cependant, le recours direct (en droit commun) apporte aux clients ayant eu un accident non-responsable de nombreux avantages. Je vais prendre un exemple : une 306 chiffrée à 5500 €de réparation par un expert d’assurance. Valeur vénale du véhicule? 800 euros. Donc, épave. Classique. Mais l’expert qui pratique les recours est intervenu. il a demandé 5500 euros de préjudice liés à la perte du véhicule et la cliente les a eus!! Ça, c’est du travail d’expert défendant les clients!!

    J’ai personnellement écrit à M6 (turbo), Tf1, France 2, France 3… pour leur expliquer le principe et…. personne, je dis bien personne, n’a le courage d’accorder une interview. La cause ? Les assurances contre tous : cela [le recours direct] leur coûterait beaucoup trop cher. Et pourtant, on suit tout simplement la loi!!!

    Un grand merci à Après-Vente, les seuls qui ont osé en parler!!!!

    J’ai un nombre de jugements sur des recours direct effectués, donc passez au tribunal ! D’autres assurances ont payé, tout simplement en nous demandant de ne pas ébruiter la chose. Je dis bien : «je suis en possession de tous les documents officiels»… Là, on touche toute la population française…

    LA CHAINE TV QUI OSERA FAIRE UN REPORTAGE, UNE INTERVIEW OU AU MOINS UNE INFORMATION, DÉTIENDRA TOUS SIMPLEMENT LE SCOOP DU SIÈCLE. PAS BESOIN MÊME DE VOUS DÉPLACER: CONTACTEZ-MOI,JE VIENDRAI OU ET QUAND VOUS VOUDREZ AVEC TOUS LES DOCUMENTS OFFICIELS VOUS EXPLIQUER LE POURQUOI DU COMMENT. DES CLIENTS SONT PRÊTS A TÉMOIGNER. ALORS SI UN JOURNALISTE ET PRÊT A EXPLIQUER LA VÉRITÉ, A ASSEZ DE C……, CONTACTEZ-MOI: VOUS AUREZ L’EXCLUSIVITÉ……..A BONNE ENTENDEUR!!!!!

    Ndlr: Dès lundi, nous contactons ce lecteur. Mais sans réclamer l’exclusivité…

  17. Vous avez l’air étonné que l’expertise en France ne soit pas indépendante.
    Mais cela n’est pas nouveau.
    Ancien artisan carrossier pendant 17 ans et ayant plus de 30 ans dans le métier j’ai vu évoluer le monde de l’expertise dans ce que l’on connaît aujourd’hui. Les principaux responsables de cette situation sont les experts eux-mêmes. A vouloir jouer cavaliers seuls ils se sont faits doubler par les assureurs. J’ai été pendant quelques années président départemental des carrossiers-réparateurs et membre du bureau national; j’ai toujours dénoncé la pratique de l’expertise telle qu’elle était faite. J’ai demandé à nos instances de faire en sorte que le choix de l’expert par le sinistré soit un droit connu des assurés. Ou en est-on à ce jour? J’ai dénoncé la légalité de l’expertise telle qu’elle est pratiquée actuellement.

    En effet il existe 2 types d’expertises:
    -La 1ère sous forme d’un mandat qui donne pour mission à l’expert d’évaluer et d’estimer le coût éventuel des réparations et d’en informer par simple avis la compagnie et non pas comme cela est fait actuellement de définir un rapport ferme et définitif!
    La seconde prend la forme d’un contrat de louage (tient messieurs les experts comme les VE!) qui fait l’objet d’une demande précise de la part des assurances et qui demande aux experts de faire un suivi des travaux point par point avec le réparateur, permettant ainsi de rédiger pour l’un son rapport et pour l’autre sa facture finale et donc d’être tout à fait semblable (plus de prise de G…… avec l’expert). Ça aussi serait un sacré pas dans la fameuse charte réparateurs/experts!!!!!

    Mais voilà: il y a un mais et c’est l’assurance, car elle ne voit pas cela du même œil. En donnant des secteurs géographiques à tels ou tels cabinets d’expertises, elle leurs apporte un CA. Et donc, les cabinets deviennent à la botte de l’assurance qui les menace de leurs retirer toutes les missions s’ils ne sont pas obéissants. De ce fait, l’expertise n’est plus libre ni indépendante car on lui impose un expert conseil (de quel conseil?), salarié de l’assurance (chercher l’erreur!), qui veille à ce que le coût sinistre ne dépasse pas un certain seuil. Ainsi, tout le système bloque le choix de l’expert pour les sinistrés.

    La seule solution, s’il n’est pas trop tard, serait que les syndicats des experts se rapprochent de ceux des réparateurs pour faire bloc contre les assurances. Mais ça…

  18. Qui dit expertises dit statistiques (les fameux résultats mensuel dits techniques) et qui dit statistiques dit magouille. Comme en général c’est par tranches, il n’y a pas un seul rapport au-dessous de 150€ puisqu’il ne rentre pas dans les stat’s; par contre, un rapport à 200€ est le reflet d’une bonne expertise technique.Dans le même acabit, éviter les rapports à plus de 3500€: ils impactent trop les résultats techniques, il faut déclasser.

    Quelques assureurs situent même un taux de déclassement qu’ils estiment intéressant. Les cabinets ayant un fort taux de déclassement sont montrés en exemple, incroyable mais vrai. Et ceci au mépris des intérêts de leurs propres assurés, mais pas des leurs.

    Personnellement, je n’ai jamais été contre les statistiques, même pour. Il ne s’agit pas de les lire, mais de les étudier. Et là, on trouve des choses très intéressantes; et surtout qu’elles soient harmonisées entre les assureurs. On ne peut pas être bon pour un assureur et être très mauvais pour un autre. l’expert sur le terrain ne doit pas faire, normalement, de différence entre les mandants.

    Techniquement un rapport d’expertise repose sur la méthode de réparation et des temps impartis pour la réaliser. Je pense que le côté économique repose essentiellement sur ces deux critères, le taux de MO ne concernant pas l’expert.

    Pour finir , je dirais toutefois que sans les experts correctement utilisés, d’évidence il y aurait des dérives; en effet, dans ma carrière d’expert (plusieurs décennies), j’ai rencontré des sacrés C… de réparateur.

  19. ET oui il est temps de se réveiller / 4 avril 2014 á 8 h 13 min / Répondre

    Aujourd’hui il n’y a plus vraiment d’experts indépendants. Il faut se rendre à l’évidence, la profession des experts en automobiles ne peut que s’en mordre les doigts.
    Un syndicat d’experts indépendants (SNDEA) s’est constitué pour réunir les experts qui pensent encore que le mot (EXPERT) celui qui sait, veut dire quelque chose. ATTENTION aux réparations des véhicules dirigées par les statistiques des assureurs. Dans le même exemple, d’autres ont mangé du cheval pour du boeuf….bientôt dans l’automobile à ce train là. Réparation économique oui, mais pas à n’importe quel prix.

  20. A propos combien existe-t-il d’experts indépendants ? Enfin, de vraiment indépendant (pas ceux qui se cachent derrière un syndicat bidon dont tous les membres cotisent à l’ANEA….)

    Et voila: la boucle est bouclée. Comment voulez-vous que les vrais indépendants (une quarantaine en France) arrivent à faire passer le seul message qui vaille : l’assuré choisit son expert comme son réparateur. Et là, on s’aperçoit que les réparateurs sont plus solidaires que les experts qui vendraient père et mère ainsi que leurs enfants pour une mission de compagnie.
    l’indépendance de l’expert est une utopie derrière laquelle se cache les faibles inféodés aux compagnies d’assurance.

    • Bah… J’ose espérer que nous sommes plus que 40 tout de même… Il faudrait compter: ce serait intéressant de savoir combien d’experts travaillent comme nous sans les assureurs…

  21. Je pense que tout a été dit. Un jour, les assureurs remercieront les cabinets d’expertise de bien les avoir aidé à se passer d’eux: des chiffrages « taillés », des valeurs de remplacement faites au doigt mouillé (et au boncoin)… autant de pratiques devenues quotidiennes qui ne bénéficient qu’aux assureurs (les plus forts). Tous les autres maillons de la chaine sont pénalisés (du lésé au réparateur) et l’ANEA continue d’accélérer devant le mur.

  22. LES EXPERTS AUTOMOBILE DEVIENNENT DE MOINS EN MOINS INDÉPENDANTS, CAR LES EXPERTS CONSEIL DE COMPAGNIE S’IMMISCENT DANS LEUR FACON DE GERER LES EXPERTISES; POUR PREUVE LE PREMIER ASSUREUR AUTOMOBILE QUI NAVIGUE DANS LE VENDÉE-GLOBE MÉPRISE LES PRÉCONISATIONS CONSTRUCTEURS CONCERNANT DES ÉLÉMENTS DE SÉCURITÉ EN IMPOSANT LE NON REMPLACEMENT DE CEUX CI POUR ÉCONOMISER SUR LE COUT DE LA REMISE EN ÉTAT; SI LES CONSIGNES NE SONT PAS RESPECTÉES, LA RELATION AVEC L’EXPERT SE TROUVE INTERROMPUE AVEC ÉVICTION DE LA COMPAGNIE EN INVOQUANT ALORS DES PRÉTEXTES FALLACIEUX ET SANS AUCUN RESPECT DE LA CASSE SOCIALE ET FINANCIÈRE.

  23. VILLESSOUBRE Jean-Pierre / 3 avril 2014 á 18 h 30 min / Répondre

    En qualité d’expert indépendant, je suis d’accord avec mon confrère qui prévoit à court terme la mort de l’expertise. Quant à l’ANEA, vous ne perdez rien en n’étant pas invité à son congrès. Voir ses dirigeants faire des ronds de jambes sous les yeux des assureurs qui leur bottent le c… lorsqu’ils osent réclamer (voir la démarche de l’ANEA auprès de la MAIF et la MATMUT au sujet des honoraires) cela ne présente aucun intérêt.

  24. Puisque l’ANEA ne veut pas de vous, demandez à TF1 un RDV pour présenter ce rapport bizarre !!!

  25. Ce qui va finir par arriver, c’est qu’il n’y aura plus de cabinet d’expert soit disant indépendant, l’expertise sera menée par le réparateur avec l’aval d’un pseudo expert de l’assurance via photo expertise ou logiciel de chiffrage. Ah tiens, on me dit que c’est déjà le cas, non???

    Eh oui, les experts vont devenir une espèce en voie de disparition d’ici peu, remplacée par des salariés chez les assureurs.

  26. Dommage qu’Après-vente ne soit pas invité (NDLR: finalement, nous le sommes!) pour y dire la vérité. L’Anea qui est maquée avec les assureurs et les assurances qui utilisent cette émission pour leur propagande [afin de] diffuser des contre-vérités au grand public. Le libre choix des experts existe, mais le choix de l’assurance d’envoyer leur expert leur permet de réduire injustement leur coût de sinistres au détriment des professionnels de l’automobile et des assurés! Les conventions d’assurance ne sont pas conformes au droit européen,cette émission servira uniquement à vouloir manipuler le grand public!!! Toute la profession (experts,fournisseurs,réparateurs,constructeurs automobile)!!! Il serait temps de tous réagir au plus vite!!!

  27. Bonjour et bravo!
    Mais tout de même… Le moindre quidam expert produisant un tel rapport mériterait un vrai conseil de Discipline! Malheureusement ça n’existe pas à ce jour. En effet, un cabinet fantôme, sans code SIRET ni APE, Quid de la RC… De plus, l’impunité visiblement ressentie et ainsi exprimée par les salariés assurances, leur permet d’établir, sans aucun contrôle, ni examen factuel que « le véhicule peut circuler dans des conditions normales de sécurité« . Ils sont trop forts et là, on comprend enfin pourquoi les assureurs salarient de tels hommes si clairvoyants et dotés de capacités hors du commun pour « sentir » un véhicule à distance… Une vraie pantalonnade et l’ANEA qui doit trouver ça bien… Car l’Anea aurait dû largement contrer la déviance constatée depuis quelques années et qui atteint un nouveau paroxysme aujourd’hui.

    Mais jusqu’où peuvent-ils aller sans réaction des concernés, Réparateurs et experts conscients?..

  28. Ah la belle confrérie. Celle des experts, qui défend les intérêts des gros cabinets, qui fait des courbettes aux assureurs, qui accepte sans contester toutes les contraintes des assureurs (et c’est de plus en plus vrai). Alors, sans doute dans l’espoir de conserver son activité, l’ANEA ne fera rien pour contredire les pratiques des assureurs ; fussent-elles illégales. Elle ne fera rien pour contester le statut tout aussi illégal du BCA.

    Vous semblez le découvrir. Aurait-il fallu qu’elle ne vous invite pas et vous empêche de jouer le poil à gratter, pour que vous vous en rendiez-compte ?

    Mais le calcul de l’ANEA est absurde. A être à la botte des assureurs, et à perdre toute son indépendance, l’expertise perd toute crédibilité et se tire une balle dans le pied. Oui, à ce rythme, la mort de l’expertise collision est imminente. Messieurs les réparateurs, à vous de jouer ! Car si l’expert ne devient qu’un auxiliaire d’assureur, il faut vous prémunir de la même issue. Votre force, c’est que le réparateur, lui, est incontournable … et qui sait, peut-être qu’un jour nous pourrions (les experts), devenir des auxiliaires de carrossiers.
    ROCEL, expert en automobile.

    • vous marquez messieurs les réparateurs. A vous de jouer. Alors suivez-nous, faites des recours direct sur tous les accidents non responsables. Si on arrive à faire 50% en recours direct, on aura gagné!!! ALORS SUIVEZ-NOUS!!!!!
      Peut-être qu’après, tout rentrera dans l’ordre!!!! Et vous, experts, battez-vous pour qu’il n’y ait plus de garages agréés!!! Et là, y aura peut-être le choix de l’expert!

  29. Les réactions vont aller bon train je pense, dès hier la FFC Réparateurs appelaient à l’utilisation des services d’experts réellement indépendants.

    L’avenir nous dira!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*