Inscription à la news letter
Notre magazine

Carrosserie: le CNPA réfute les chiffres optimistes de la FCGA

Dans un courrier envoyé à la présidente de la Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA), le CNPA réfute sévèrement les chiffres optimistes publiés dans son Observatoire de la petite entreprise qui annonçait un CA à +5,7% en 2014 pour les carrossiers…

courrier_CNPA_Pdte_FCGA

Cliquez sur l’image pour télécharger le courrier du CNPA à la FCGA

Récemment, nous nous étonnions des chiffres étonnamment optimistes publiés par l’observatoire de la  FCGA (Fédération des Centres de Gestion Agréés) quant à la santé des carrossiers en 2013. La fédération annonçait en effet une progression de 5,7% de leur CA l’an dernier, contredisant ainsi le constat de l’ensemble des acteurs de la profession. Suite à notre premier article sur le sujet (FCGA : l’étonnante étude qui voit les carrossiers à +5,7% en 2013…), notre expert en carrosserie, Patrick March, s’interrogeait à son tour dans nos colonnes sur le panel utilisé par la FCGA et sur la relativité du chiffre qui en ressortait  (Carrosserie : les Chiffres FCGA, ou l’arbre qui cache la forêt…).

Parallèlement, le CNPA, par la voix d’Yves Levaillant, le président de sa branche Carrosserie, envoyait fin avril un courrier à Christiane Company, présidente de la FCGA, pour lui aussi remettre en question ce résultat pour le moins contradictoire et attirer son attention sur ses effets pervers.

Quel échantillonnage?

«S’agissant de la carrosserie, les données recueillies nous semblent très éloignées de la réalité remontée par des milliers de chefs d’entreprises, par ailleurs adhérents du CNPA», souligne Yves Levaillant avant d’exprimer sa position en trois points.

Le premier réclame le détail de l’échantillon des carrossiers étudiés pour mieux comprendre l’origine de cette disparité entre FCGA et réalité et surtout souligne, à raison, que l’indicateur du seul chiffre d’affaires n’implique pas une bonne rentabilité et n’induit donc pas une bonne santé. «Cette démonstration [de la FCGA] est d’autant plus paradoxale que la carrosserie évolue inexorablement depuis 2004 sur un trend de baisse d’activité dans un contexte de baisse de la sinistralité impactant directement le niveau de rentabilité des exploitations en réparation-collision», poursuit Y. Levaillant. En volume, entre 2000 et 2010, le marché de la carrosserie a diminué de 16%, passant de 4,9 à 4,1 millions d’opérations. Cette tendance devrait se poursuivre. Les prévisionnistes évaluent le marché à hauteur de 3,5 millions d’opérations à l’horizon 2020 […] A cela s’ajoute une réduction du kilométrage moyen parcouru.»

Un panel trop élitiste?

Yves Levaillant s’interroge ensuite sur le fait que la FCGA ne construirait son indicateur que sur les entreprises faisant appel à un expert comptable agréé. «Si tel était le cas vous conviendrez avec nous qu’il s’agirait d’un nouveau biais statistique. En effet, si nous considérons que toutes les exploitations n’ont pas les moyens nécessaires de payer les services de ce type de prestataire, en particulier quand nous traitons de petites structures et dans un contexte de crise où de nombreux sites sont contraints de restreindre un certain nombre de leurs dépenses de gestion,  ce sont dès lors à priori les sites les plus prospères qui seraient pris en compte dans le panel, rendant ce dernier moins représentatif encore».

Un message «biaisé» de la FCGA

Enfin, le courrier se termine sur un reproche logique : «Vous comprendrez qu’il est important pour vos lecteurs comme pour les chefs d’entreprises de disposer des données les plus fiables possibles. […] Il s’agit […] de ne pas envoyer aux acteurs du marché que sont les assureurs, les consommateurs et les Pouvoirs Publics, si ce n’est une mauvaise information, du moins une information économique biaisée du fait de critères d’échantillonnage partiels et d’objets observés peu significatifs par rapport aux objectifs de la démonstration».

Transmis aux lobbyistes des assureurs qui pourraient être tentés d’utiliser la FCGA pour minorer le contexte économique difficile dans lequel leurs exigences –et celles de certaines des plateformes de gestion de sinistres– plongent les carrossiers…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*