Inscription à la news letter
Notre magazine

Indemnisation : les Affranchis pointent du doigt les assureurs récalcitrants

La société clermontoise Les Affranchis, spécialisée dans le conseil aux automobilistes en matière de gestion de sinistre, s’est penchée sur l’ensemble des dossiers qu’elle a eus en charge depuis sa création et vient de dévoiler un tout premier baromètre des compagnies et mutuelles d’assurances les plus efficaces dans l’indemnisation des automobilistes. Un baromètre certes régional mais qui prouve que certains assureurs se sont déjà disciplinés pour répondre aux procédures de recours direct, notamment, quand d’autres continuent de jouer la montre…

Cliquez sur l’image pour télécharger le baromètre.

AXA bon élève pour le délai de réponse et d’indemnisation dans le cadre de recours corporels. Allianz bon élève pour traiter et indemniser les automobilistes dans le cadre de recours direct. Et les caisses Rhône-Alpes et Pays d’Oc de Groupama mauvaises élèves pour l’un comme pour l’autre. Tels sont les premiers résultats du tout premier “baromètre des assureurs mauvais payeurs dans le cadre de la responsabilité civile”, publié fin avril par la société Les Affranchis, établie en Auvergne et spécialisée dans le conseil aux automobilistes en matière de gestion de sinistre et de recours en tous genres auprès des compagnies et mutuelles d’assurance.

Pour l’établir, Les Affranchis ont repris l’ensemble des dossiers gérés depuis leur création, il y a deux ans, soit 190 dossiers de recours corporel traités à travers toute la France, 50 dossiers de recours direct et 20 dossiers d’expertise indépendante pour des assurés responsables, principalement régionaux cette fois. «L’analyse s’est faite en fonction du temps passé sur les dossiers pour arriver à l’indemnisation des assurés, explique Benjamin Labonne, cofondateur des Affranchis, carrossier et président de la FFC-Réparateurs Auvergne. En effet, même si le nombre de dossiers n’est pas statistiquement suffisant, nous avons pu déterminer les grandes lignes : les assureurs qui systématiquement bloquent les dossiers et ceux qui donnent satisfaction très rapidement.»

Rendre les délais clairs aux yeux des assurés

Si la loi “Hamon” a ravivé la bataille des prix et des services entre compagnies et mutuelles d’assurance, «il nous paraît important pour les assurés d’avoir une information claire sur la gestion des dossiers par les assureurs, insiste Benjamin Labonne. La qualité de l’assureur à gérer des dossiers dans le respect du droit et de la juste indemnisation de l’assuré devrait être primordiale : ce qui devrait être acquis (la juste indemnisation dans des délais raisonnables) ne l’est pas forcément.» Et au jeu de la comparaison, certains assureurs souffrent assurément, au premier rang desquels Groupama.

Les caisses régionales Rhône-Alpes et Pays d’Oc de l’assureur à pois verts occupent en effet les première et deuxième places «du top 3 des compagnies qui ne prennent pas leurs responsabilités et pour lesquels une démarche longue et fastidieuse a été nécessaire dans 100% des cas, bien que la victime ait 100% raison», selon Les Affranchis. «Nous n’avons pas assez de dossiers d’assurés d’autres régions pour confirmer que la tendance ébauchée par ces deux caisses régionales revêt une réalité nationale pour Groupama, mais de manière générale, lorsque l’un de nos clients se retrouve face à Groupama Rhône-Alpes ou Pays d’Oc, il faut toujours procéder à plusieurs relances et finir par assigner dans l’extrême majorité des cas», affirme Benjamin Labonne.

Allianz réceptif au recours direct

A l’inverse, à en croire l’expérience des Affranchis sur la base des dizaines de dossiers traités ces deux dernières années, «certains assureurs respectent les droits des assurés et assument leurs responsabilités qu’elles soient légales ou contractuelles ! Preuve de la malveillance de ceux qui bloquent injustement les dossiers». C’est notamment le cas d’AXA pour ce qui est des recours corporels. Moins en ce qui concerne les recours directs, où c’est plutôt Allianz qui se distingue. «Nos dossiers face à Allianz se sont toujours arrêtés à la phase amiable et nous avons toujours eu affaire à des interlocuteurs sérieux et concernés, qu’il s’agisse de recours direct pour des assurés adverses non responsables ou pour des expertises indépendantes réclamées par des assurés responsables Allianz», souligne Benjamin Labonne.

En l’occurrence, un automobiliste procédant à un recours corporel auprès d’AXA ou un recours direct auprès d’Allianz parvient à obtenir une réponse favorable et à se faire indemniser dans un délai de un mois, d’après les statistiques des Affranchis. Troisième sur le podium des bons élèves, Swiss Life se révèle également efficace pour l’indemnisation des automobilistes victimes de recours corporels. «Nous avons ainsi pu constater qui a su réagir aux différents types de recours et mettre en place des structures capables de répondre aux demandes des automobilistes dans chaque situation, poursuit Benjamin Labonne. Trop habituées à fonctionner dans le cadre des conventions IRSA (NdlR : qui régissent les règlements entre assureurs), certaines compagnies ont vu les dossiers s’égarer dans leur labyrinthe administratif… quand elles ne font pas preuve de mauvaise foi.»

Un rendez-vous semestriel ?

Comme Groupama, entre autres accompagnée des Assurances du Crédit Mutuel (ACM) et du CIC sur le podium des mauvais payeurs. «Choisir la liberté de gérer son dossier suivant les droits prévu par le Code civil (article 1382) pour les victimes, par le Code de la route (article R. 326-1 pour la liberté du choix de l’expert en cas de sinistre responsable) ne devrait pas être un point bloquant pour les assureurs», déplore Benjamin Labonne. Quoi qu’il en soit, les mutuelles et compagnies d’assurance les moins bien classées dans ce nouveau baromètre auront tout intérêt à surveiller leurs prochaines demandes de recours en provenance des Affranchis.

En effet, ce baromètre n’est pas un “one-shot”, un fusil à un coup, mais bien appelé à être réitéré dans les prochains mois. «Nous comptons effectuer une mise à jour semestrielle de nos données, confirme Benjamin Labonne. D’ici là, nous aurons accumulé plusieurs dizaines d’autres dossiers qui nous permettront d’avoir une meilleure idée des assureurs qui ont su améliorer leur réponse et nous mettrons en avant nos méthodes.» Ledit baromètre, toutefois, devrait rester régional tant que Les Affranchis n’auront pas pris pied dans d’autres terres de France.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 3,70 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*