Inscription à la news letter
Notre magazine

Libre choix : des assureurs décidément récalcitrants…

Dans un article mis en ligne le 30 août, l’association UFC-Que Choisir pointe du doigt, courriers à l’appui, les méthodes des assureurs pour contourner le libre choix de son réparateur par l’assuré…

UFC Que Choisir_620

Malgré la promulgation le 17 juin dernier du nouvel arrêté d’application du libre choix de son réparateur par l’automobiliste sinistré, force est de constater que les habitudes prises ces dernières années par les assureurs ont la peau dure. Les fédérations professionnelles avaient beau se féliciter de la nouvelle rédaction de l’arrêté, elles avaient toutes promis à leurs adhérents la plus extrême vigilance quant à son application réelle et effective sur le terrain. La suite allait très vite leur donner raison.

En effet, la FFC Réparateurs dénonçait à la même époque l’immobilisation prolongée de centaines de véhicules en attente de débosselage, suite aux violentes intempéries du mois de mai, dans les carrosseries de ses adhérents. Motif : les assureurs entendaient mettre en place des plateformes de dégrèlage, et bloquaient donc la réparation des véhicules de leurs assurés en interdisant aux experts de venir expertiser les véhicules sinistrés. Une atteinte manifeste au libre choix selon la FFC Réparateurs…

La situation, n’ayant toujours pas bougé début juillet, faisait prendre sa plume cette fois à la FNAA qui mit en demeure lesdits assureurs de cesser leurs agissement car portant atteinte au libre choix du réparateur. Et de brandir la menace d’une saisine de la DGCCRF, la situation s’apparentant à des pratiques anti-concurrentielles.

Flagrant délit de dépendance ?

Dernier témoin en date : l’association UFC-Que Choisir, qui édite dans un article intitulé «Des assureurs continuent d’imposer leur garagiste» et paru le 30 août dernier sur son site internet, de récents courriers dans lesquels une assurance et un expert (mandaté par un assureur) orientent manifestement l’assuré vers le carrossier souhaité.

Le premier courrier émane du cabinet d’expertise Libexauto. Mandaté par la Banque Postale pour expertiser une Renault Clio III, il demande ni plus ni moins à son propriétaire de se rendre dans une carrosserie bien précise, dont les taux de main d’œuvre et/ou le pied de facture ont été sûrement savamment négociés par l’assurance mandataire : «Pour mener à bien et dans les meilleurs délais notre mission, nous vous remercions par avance de bien vouloir vous rendre chez votre réparateur […]» Que ce soit le réparateur ou non initialement choisi par l’assuré accidenté, la requête de l’expert est en tout cas on ne peut plus explicite.

L’association de consommateurs en profite pour souligner à fort juste titre que ce type de courrier ne peut que renforcer la suspicion des carrossiers vis-à-vis des experts dans le cadre des débats contradictoires. Car à la lumière de ce document, il en est au moins un qui est une nouvelle fois pris en flagrant délit de dépendance vis-à-vis de son donneur d’ordres !

Le «beau geste» commercial d’Allianz…

Deuxième remontée terrain relayée par l’UFC-Que Choisir : un courrier émanant de l’assureur Allianz à son assurée automobiliste. Ce dernier incite à rallier un de ses garages agréés pour gagner de l’argent : «Je vous confirme que pourrez bénéficier d’un abattement de franchise de 125 euros si vous passez par un de nos garages agréés», explique en effet dans cette lettre le conseiller du département Indemnisation Automobile de l’assureur allemand.

Diable ! Le numéro un de l’assurance en Europe pousserait la philanthropie jusqu’à « payer » ses assurés qui se sont faits cabossé leur voiture ? Peut-être faut-il plutôt y voir une belle incitation financière dont l’objectif à peine voilé est bien le contournement du droit de l’automobiliste au libre choix de son réparateur.

Si l’abattement de la franchise peut atteindre 125 €, cela en dit long sur les conditions tarifaires qu’Allianz doit obtenir auprès de « son » réseau de garages agréés. Comme le dit l’adage : charité bien ordonnée…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 3,38 sur 5)
Loading...

3 Commentaires concernant “Libre choix : des assureurs décidément récalcitrants…”

  1. N’y aurait-il pas des élections présidentielles, suivies de législatives, l’an prochain 2017 ?
    Il serait temps de demander l’application du libre choix du réparateur, et d’exposer les avantages du libre choix de l’expert.
    Nous avons huit mois devant nous. Je sais que de nombreuses initiatives ont été prises en la matière, notamment auprès du Ministère. Il demeure à sensibiliser, en rappelant le rôle de sécurité routière de notre profession, les candidat(e)s député(e)s sur cette question cruciale.
    Quant au courrier que certains de nos confrères adressent aux propriétaires pour les orienter dans tel garage (j’avais appris, dans le respect de l’équité, qu’il nous appartenait de proposer au moins trois noms), il ne s’agit que d’allégeances et soumissions pour remplir la gamelle de soupe.
    Demain, malgré leurs bons résultats, ils seront poliment remerciés et commenceront eux aussi à savourer le goût du pain noir.
    Patience !

  2. Il est plus que grand temps d’utiliser et faire appliquer les Articles L.326-6 et L.326-9 du Code de la Route … qui sont censés faire loi…
    Slts.

  3. Arrêtez les menaces, il faut saisir de suite la DGCCRF sans prévenir les dits assureurs et/ou experts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*