Inscription à la news letter
Notre magazine

Renault : un programme « Body Up » pour développer l’activité carrosserie

A l’occasion du concours national du meilleur peintre Ixell « The Artist », Anouare Boularouah, manager marché carrosserie et peinture à la Direction après-vente France de Renault, a dévoilé certaines pistes du programme « Body Up », qui vise à développer l’activité carrosserie au sein du réseau primaire du constructeur.

La cabine de peinture mobile Ixell Roller permet de la petite réparation sans les coûts d’un atelier de carrosserie fixe.

Le premier concours national du meilleur peintre Ixell « The Artist » a été l’occasion pour trente carrossiers-peintres clients de la marque de peinture du groupe Renault, Ixell, de se confronter les uns aux autres et de mesurer leur talent. Mais en coulisses, Anouare Boularouah, manager marché carrosserie et peinture à la Direction après-vente France de Renault, en a profité pour présenter les pistes de travail du programme « Body Up ». Un programme qui vise, en l’occurrence, à l’augmentation du business carrosserie au sein du réseau de concessionnaires du constructeur au Losange.

«Le programme « Body Up » sera d’abord mis en place dans le réseau primaire, souligne Anouare Boularouah. En nous appuyant sur des prestataires, comme le GNFA, nous souhaitons diffuser au plus grand nombre nos standards en matière d’activité carrosserie. Plusieurs ateliers pilotes y participent déjà.» Une vingtaine de sites des réseaux Renault et Ixell ont, en effet, été inclus dans la phase préliminaire du programme. «Le but de « Body Up » est de développer l’activité carrosserie dans le réseau par l’optimisation des flux, l’organisation de l’atelier, l’amélioration des méthodes de travail, détaille le manager marché carrosserie et peinture. En somme : optimiser la capacité de service de nos garages pour aller chercher du business.»

Viser le hors assurance

Bien sûr, aller chercher un volume d’affaires supplémentaire nécessitera d’employer de nouveaux outils, tant pour séduire le client final que l’apporteur d’affaires, intermédiaire avec l’automobiliste. Ainsi, l’outil de facturation centralisée devrait être simplifié. De même, suite au « décret PRE » et à l’obligation faite, dès le 1er janvier 2017, aux réparateurs de proposer à leurs clients d’opter pour de la pièce de réemploi dans le cadre de la remise en état de leur véhicule, Renault réfléchit à une interface permettant de donner à l’ensemble du réseau l’accès à l’offre de pièces de réemploi d’Indra, réseau de centres VHU et filiale du constructeur. Celle-ci devrait s’intégrer dans le cadre du programme SVA, alias « seconde vie pour votre automobile », déjà déployé dans le réseau.

Renault, convaincu de la nécessité de ne plus attendre que les véhicules viennent à lui, a également décidé de développer le hors assurance. «C’est pourquoi nous développons des forfaits carrosserie pour les petits chocs qui, en général, ne sont pas réparés, comme les rayures, les petites bosses, etc., explique Anouare Boularouah. C’est une activité complémentaire, hors assurance, que nous souhaitons voir prendre de l’ampleur dans notre réseau, à coups de forfaits au tarif inférieur à celui de la franchise.» Pour ce faire, Renault, grâce à Ixell, dispose déjà de sérieux atouts. En particulier avec Ixell Roller, sa fameuse cabine de peinture mobile à alimentation 100% électrique.

«Ixell Roller répond parfaitement aux contraintes en termes d’émanations de vapeur, de poussières, d’odeurs, souligne Anouare Boularouah. De plus, c’est un outil qui s’adapte parfaitement au milieu urbain, qui peut être déployé facilement hors d’un atelier et qui, avec son tarif de 14 000 euros, s’accompagne de coûts moins élevés que ceux d’une structure de génie civil.» Déjà une centaine d’Ixell Rollers ont été vendus et, «sur ce type de produits, nous avons la chance d’être les seuls à disposer d’une offre», ajoute Anouare Boularouah. Enfin, Renault met actuellement les bouchées doubles pour former ses mécaniciens au remplacement de vitrage, dans le cadre d’un programme miroiterie ambitieux. «Nous souhaitons que les Renault Minute soient en mesure de tous proposer ce type de prestations», conclut le manager marché carrosserie et peinture.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

1 Commentaire concernant “Renault : un programme « Body Up » pour développer l’activité carrosserie”

  1. Excellente initiative Mr Boularouah ! Vous déclarez : «Bien sûr, aller chercher un volume d’affaires supplémentaire nécessitera d’employer de nouveaux outils, tant pour séduire le client final que l’apporteur d’affaires, intermédiaire avec l’automobiliste. Ainsi, l’outil de facturation centralisée devrait être simplifié». Je Je vous dirais ceci : tout d’abord le volume d’affaires, vous l’avez déjà dans vos baies de réception entretien mécanique et si vous diagnostiquez une grande partie de ces clients je peux vous assurer un retour de devis à 20 ou même 25%
    Deuxième point : la méthode et les outils existent, ils sont simples, rapides et ludiques en présence du client
    Troisième point : la facturation est basée sur une base de forfaits correspondant à ceux utilisés pour le diagnostic
    Quatrième point que vous n’évoquez pas concerne les hommes. En effet à l’aire de l’hyper-connectivité ou occulte trop souvent l’intervention des êtres humains. Ayant approché de très le projet que vous évoquez, il n’existe pas de réceptionnaires ou de chargé de clientèle formés à cette discipline voir même pour ce qui concerne la réception entretien mécanique.
    Chaque client rend quatre fois plus visite à son réceptionnaire qu’a son vendeur dans la vie de son véhicule alors je pense qu’il est urgent de se pencher sur la formation des « commerciaux de l’après-vente » (entretien mécanique et carrosserie-peinture)A suivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*