Inscription à la news letter
Notre magazine

Pneus usagés (Aliapur et collecteurs)

Pneus usagés (Aliapur et collecteurs)

Ces 146 témoignages ne sont pas seulement édifiants par leur nombre. Ils le sont aussi par leur contenu. Car ils permettent de comprendre que, sur le terrain, les réparateurs se voient opposer tout et parfois n’importe quoi: leur inscription sur Internet; les quotas 2009, puis les quotas 2010; des reventes de pneus en occasion; des taux de rechapage insuffisants; des pneus plein d’eau ou salis, alors même que ces réparateurs ont souvent été forcés de les stocker en partie hors abri du fait des refus de collecte…
Mieux (ou pire): des comptes sont fermés au prétexte de collectes trop anciennes, alors même que les précédentes demandes ont été différées, parfois plusieurs fois, par les collecteurs eux-mêmes…

Le commentaire de la Rédaction: C’est l’une des questions sensibles… Pourquoi ce refus de collecter des réparateurs inscrits sur des sites? Aliapur clarifie quelques points, mais –et c’est très regrettable- ne semble pas vouloir faire de différence, pour l’instant au moins, entre les sites internet qui contournent l’éco-contribution et ceux qui la respectent. Internet reste donc un motif d’exclusion non négociable de la collecte…

Le commentaire de la Rédaction: Ce chapitre a le mérite de rappeler quelques règles et quelques chiffres sur le fonctionnement de l’éco-contribution (cette «écotaxe» que vous évoquez souvent). Au détour de ces précisions, une surprise à la question n°8: Aliapur semble étonnamment minorer les volumes de pneus en provenance des constructeurs et importateurs à 3000 tonnes au maximum…

Le commentaire de la rédaction: Sur ce chapitre, Aliapur est un peu… langue de bois. D’accord, on peut comprendre les raisons qui ont conduit l’éco-organisme, en désespoir de cause, à contingenter ses collectes. Mais malgré les explications données ci-dessous, il reste très probable au vu de certains témoignages que la forme n’a pas toujours été respectée par certains collecteurs…

Le commentaire de la Rédaction: Ces précisions n’aplanissent hélas pas tous les différends entre réparateurs et collecteurs. Difficile de convaincre un réparateur que son compte a été légitimement fermé après 14 mois sans demande de collecte, quand cette dernière a été dans l’intervalle plusieurs fois différées par le collecteur lui-même…

Le commentaire de la Rédaction: C’est vrai, les réparateurs doivent s’assurer que les pneus usagés restent propres et au secs. Mais là encore, ne pourrait-on faire la différence entre ceux qui ne respectent pas la règle et ceux qui n’ont plus pu la respecter parce que débordés par le volumes de pneus qui s’entassaient en attendant une hypothétique collecte? Quant aux taux de pneus rechapables ou revendable d’occasion, il faudrait là aussi qu’Aliapur imagine des règles transparentes qui puissent s’opposer sans discussion possible aux réparateurs. Pour l’instant, ces taux unilatéralement définis par les collecteurs une fois revenus dans leurs centres de tri, laissant porte ouverte à d’éventuels abus…

Le commentaire de la Rédaction: Il faut le reconnaître: Aliapur fait l’effort d’un maillage important, le plus dense de tous les éco-organismes, qui n’oublie pas les zones rurales. Il catalyse du coup les ressentiments des réparateurs qui ne peuvent trouver d’alternative. Et Aliapur est sincère quand il regrette la réapparition de dépôts sauvages que ses fermetures de comptes ont contribués à générer ces mois derniers…

1 2 3 15