Inscription à la news letter
Notre magazine

7 – Les précisions d’Aliapur sur le rappel des règles


15. «Le collecteur arrête la collecte si les pneus ne sont pas à l’abri; c’est un scandale!»

Réponse d’Aliapur: Ce n’est pas un scandale, c’est justifié. Ce point est d’ailleurs mentionné dans le document «Conditions de collecte gratuite» que les collecteurs ont déjà remis aux points de vente –ou qu’ils tiennent à leur disposition. Il est également téléchargeable sur le site Internet aliapur.fr.
En effet, un pneu entreposé à l’extérieur est exposé aux intempéries, ce qui pose plusieurs problèmes:
– Rempli d’eau, le pneu s’alourdit. Or, chaque tournée de collecte est pesée à son arrivée chez le collecteur, ce qui permet à Aliapur de savoir très précisément où en sont les volumes collectés sur tout le territoire. En collectant des pneus alourdis par de l’eau de pluie, le poids total de la collecte sera fauxparce que plus élevé que la réalité. En outre, un poids erroné fausse aussi toute la chaîne de contrôle et de suivi des pneus usagés pour leur valorisation.
– Un pneu rempli d’eau attire les insectes, notamment le moustique porteur du chikungunya. La propreté des pneus usagés est donc, au-delà d’une question d’hygiène professionnelle, une question sanitaire élémentaire.
– Entreposé à l’extérieur, un pneu est également susceptible d’être souillé par de la terre ou des déchets (huiles, acides de batterie, etc). Or, une fois souillé, le pneu ne peut plus être valorisé: il est donc refusé par les sites de transformation.
Ainsi, pour continuer à bénéficier d’une collecte gratuite, tout point de vente doit respecter quelques règles. La mise sous abri des pneus usagés en attente de ramassage en fait partie et le non-respect de cette règle est effectivement un motif d’arrêt de collecte.

16. «Mon compte a été fermé pour cause de taux de valorisation trop faible et de pneus sales».
Réponse d’Aliapur: Là aussi, la décision est justifiée. Un pneu sale ne peut plus être valorisé (voir question 15). C’est aussi une question d’hygiène élémentaire et d’image pour le point de vente!
Quant au taux de valorisation, c’est le pourcentage de pneus qui, dans une tournée de collecte, peuvent être réutilisés, c’est-à-dire rechapés ou revendus sur le marché de l’occasion. En moyenne en France, 15% des pneus de voiture collectés peuvent être réutilisés. Bien entendu, ce chiffre peut varier d’un département à un autre, ou en fonction des zones de chalandises.
Jusqu’en 2004, les points de vente devaient payer pour l’enlèvement de leurs pneus; ils étaient donc libres de compenser cette dépense –au moins partiellement– par la vente de pneus d’occasion. Depuis la mise en place de la filière, la collecte est devenue gratuite: en échange de la gratuité de cette prestation, les points de vente doivent loyalement remettre l’intégralité de leur démonte à leur collecteur, y compris les pneus pouvant être remis sur le marché de l’occasion. En effet, la vente des pneus d’occasion fait partie de la rémunération des collecteurs. Il ne serait pas normal de bénéficier d’une prestation gratuite tout en continuant à retirer les meilleurs pneus de la collecte pour les revendre en direct –simple question d’équité.
Cette règle est en vigueur depuis 2004: ne pas la respecter constitue toujours un motif d’arrêt de collecte.

17. «Les collecteurs veulent gagner sur tous les plans: louer des bennes pour les pneus usagés et avoir un pourcentage de pneus à revendre en occasion…»
Réponse d’Aliapur: Le pourcentage de pneus à revendre en occasion est une condition obligatoire pour continuer à bénéficier de la collecte gratuite. Si un point de vente bénéficie de la collecte gratuite et, en même temps, revend des pneus d’occasion, c’est bien lui et non le collecteur qui gagne sur tous les plans! (voir question 16).
Quant aux bennes, elles sont parfaitement justifiées dans les garages ayant une forte activité de vente de pneumatiques neufs, c’est-à-dire à partir d’une collecte mensuelle de 500 pneus tourisme (ou 80 pneus poids-lourds). Ce point est clairement expliqué dans les «Conditions de collecte gratuite» que les collecteurs ont remis aux points de vente (ou qu’ils tiennent à leur disposition). Ce document est également téléchargeable sur le site aliapur.fr.
Conformément à l’ «arrêté du 8 décembre 2003 relatif à la collecte des pneumatiques usagés, article 1er de l’annexe 1», le contenant (en l’occurrence la benne) est à la charge du point de vente: «Cette prestation de ramassage sans frais ne couvre ni la mise à disposition de capacités d’entreposage des pneumatiques pour les distributeurs et détenteurs ni les opérations nécessaires au maintien de la qualité de ces pneumatiques».
Nous ne faisons donc qu’appliquer la réglementation.
Bien entendu, les points de vente qui ont moins de 500 pneus de voiture à collecter par mois ne sont pas tenus d’avoir des bennes: les collecteurs d’Aliapur ont d’ailleurs collecté plus de 17 millions de pneus un par un à la main en 2009…..

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*