Inscription à la news letter
Notre magazine

1 – Les précisions d’Aliapur sur le financement de la filière

Le commentaire de la Rédaction: Les réparateurs pensent souvent être les clients des collecteurs, ce qui alimente leur colère face aux refus de prestation. La réalité est plus complexe…


1. «Les entreprises de collecte et Aliapur ont oublié que nous sommes leurs clients et que nous rémunérons leur prestation!»

Réponse d’Aliapur: C’est faux. Ni les entreprises de collectes ni la société Aliapur ne sont rémunérées par les points de vente. En effet, ce n’est pas le point de vente qui finance la collecte et le recyclage des pneus usagés, mais l’acheteur de pneumatiques neufs (c’est-à-dire le client du point de vente) dont le prix payé pour chaque pneu peut comprendre l’éco-contribution. La contribution actuelle, facturée par Aliapur aux Manufacturiers et Importateurs pour un pneu tourisme, est de 1,50 € HT. Or, par le biais du coefficient sur le prix d’achat, le point de vente applique en outre son coefficient commercial sur ce 1,50 € HT.
C’est donc bien l’acheteur final d’un pneu neuf qui finance la filière, à hauteur de 1,50€HT pour la valorisation de chaque pneu usagé… la marge appliquée sur cette somme abondant le résultat du point de vente.

2. «Nous payons le recyclage dans l’achat de pneumatiques; que font-ils de cet argent?»

Réponse d’Aliapur: Ce ne sont pas les points de vente qui financent la filière, mais les acheteurs de pneus neufs puisque l’éco-contribution est répercutée dans le prix de vente des pneus (voir question 1).
Aliapur fonctionne exclusivement avec l’éco-contribution perçue pour la collecte et la valorisation de chaque pneu usagé et n’a pas pour vocation de faire des bénéfices. En 2004, l’éco-contribution pour un pneu tourisme était de 2,20 € HT; depuis 2009, elle est de 1,50 € HT pour ce même pneu. A notre connaissance, il n’existe aucun autre secteur d’activité dans lesquels le prix a baissé aussi significativement.
Cette baisse n’a été possible que grâce à une gestion saine et rigoureuse de la société et par le travail du service Recherche & Développement d’Aliapur pour explorer et mettre en œuvre de nouvelles voies de valorisation: plus les voies de valorisation sont nombreuses et fiables, plus la demande en pneus usagés augmente, plus le coût de leur recyclage diminue.
Par ailleurs, Aliapur est une entreprise nationale aux effectifs volontairement restreints (21 personnes), qui favorise l’emploi local en faisant travailler plus de 70 entreprises sous-traitantes en France (près de 600 emplois «Aliapur») pour la collecte, le tri, la transformation et la valorisation des pneus usagés. Les comptes d’Aliapur et la répartition des coûts de l’entreprise sont d’ailleurs publiés chaque année dans le rapport d’activité de la société, téléchargeable sur le site aliapur.fr.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*