Inscription à la news letter
Notre magazine

Yakarouler : 7 licenciements… non économiques

Si le site Yakarouler vient effectivement de procéder à 7 licenciements, son patron Yann Gyssels tient à souligner qu’ils n’ont rien d’économique et qu’ils sont seulement l’expression «de la vie normale d’une entreprise»….

y_Gyssels_yakarouler_620

Yann Gyssels (ici, quand il fondait son site en 2006) souligne que les 7 licenciements ne sont pas économiques mais liés à « la vie normale d’une entreprise »…

7 mois à peine après la crise que traversait Yakarouler (voir nos articles sur le sujet) et alors que l’investisseur Séréna de l’époque a depuis quitté le capital de l’entreprise, un récent article du Parisien s’est fait l’écho de 7 licenciements au sein de Yakarouler.

Retour imminent à l’équilibre pour Yakarouler

S’ils sont bien confirmés par Yann Gyssels, le patron de Yakarouler, ce dernier tient à en écarter immédiatement toute coloration financière : «Il ne s’agit là que de licenciements liés à la bonne marche de Yakarouler. Ils n’ont rien d’économique. La meilleure preuve : ces 7 licenciements ont déjà fait l’objet d’embauches poste pour poste», souligne-t-il.

Côté finances, le plan de relance fonctionne bien, assure-t-il. «Depuis juillet, nous nous rapprochons du “break-even” (seuil de rentabilité). La stratégie mise en place depuis mars fonctionne bien».

«La vie normale d’une entreprise»

Assez logiquement, surtout dans un contexte où les employés concernés semblent vouloir intenter une procédure prud’homale pour licenciements abusifs, Y. Gyssels reste évasif sur les raisons qui ont fondé ces 7 licenciements. Mais il tient quand même à mettre les choses au point : «Nous avons lancé ces procédures après des mois de mises en garde, tenant compte de la difficile période que nous avons traversée ensemble en début d’année. Elles devenaient hélas nécessaires pour la bonne marche d’une entreprise de 80 personnes où un élémentaire respect des règles de sécurité ou d’horaires s’impose à chacun, au risque sinon de mettre toute l’entreprise en danger. Ces décisions sont toutes circonstanciées. C’est là la vie normale d’une entreprise».

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 3,33 sur 5)
Loading...

8 Commentaires concernant “Yakarouler : 7 licenciements… non économiques”

  1. bonsoir , je suis actuellement dans cette société, la demande de quantité de travail est plus élevé que la main d’oeuvre fournis, par le nombre de salarié que l’on est, sans compter la perte de temps à reformer des intérimaires. l’effectif salarial n’est pas du tout égale à a la demande de chiffre d’affaire donné par les cadres, et ils le savent eux même… ridicule.

    Sans compter les heures supplémentaires généralement 9h-19h, presque forcé par la direction, non payé, ou pas entièrement.

    il y a déjà eu des personnes qui sont partis en dépression , et qu’ils y sont toujours … suite à la pression donné et le flicage !!!!!

  2. Je rejoins Nathalie sur ce qu’elle dit concernant les salariés de YAKAROULER faisant la grève pour soutenir leur patron, 7 d’entre aux peuvent se poser des questions. A 10 « départs » c’était un plan social et là, la question ne se poserait plus sur l’aspect licenciement économique expliquée par « une restructuration économique de son organisation pour pérenniser son développement futur ».
    Sur le shéma économique de YAKAROULER , même si c’est un pure player, c’est aussi un grossiste P.R. classique sous son enseigne DISCOUNT AUTO CENTER, une forme d’auto-concurrence interne où les coûts salariaux sont peut être plus élevés comparativement, à OSCARO qui peut être maîtrise mieux sa grille des salaires avec 5x plus de personnel et bénéficie d’un crédit d’impôt en conséquence.Remplacer le personnel et le payer moins est une stratégie comme une autre, c’est pourquoi il existe des représentants du personnel (pas chez YAKAROULER ?)qui ne s’exprime pas sur ce dossier…Ou est ce l’omerta dans cette structure ?
    Peut être qu’une analyse des départs dans l’année chez d’autres pures players comme OSCARO ou MISTER AUTO serait intéressante.
    Reste que le licenciement de 10% du personnel dans une entreprise cela peut amener à se poser des questions.
    Le débat reste ouvert

    • Bonjour pat93
      étant au courant de pas mal de choses sur ce dossier, je peux vous dire que si le Parisien a accordé un article, c’est après avoir mené une enquête et parce qu’il y a plusieurs éléments troublants dans cette affaire. Beaucoup de ceux licenciés étaient appréciés, mais vers l’été l’ambiance change: grosse pression, flicage, etc. Et pour certains, on leur avait même proposé des ruptures conventionnelles ou la porte… Forcément, ils étaient tous ok pour la rupture et nom pour la mise à pied, faute grave et licenciement
      C’est la vie « normale » d’une entreprise ce sont les mots de la direction… Ce sont surtout plusieurs vie brisées et mises en difficultés injustement.
      Mais tout se paie un jour et tôt ou tard, les prud’hommes rendront leur verdict et j’espère que celui-ci sera aussi relayé par la presse…

      • Bonjour Bastian
        Merci pour ces précisions qui seront appréciées par les lecteurs de cet article. La rupture conventionnelle était l’idéal pour beaucoup d’entreprise pour se séparer de « volontaires » au départ, mais ce moyen est dorénavant beaucoup plus taxé d’où la solution licenciement (beaucoup moins discrête). Reste que la méthode employée chez YAKAROULER, sera je l’espère analysée avec justesse par les prudhommes. Sachant que le délai moyen pour la conciliation est entre 6 et 9 mois et 12 à 18 mois pour le tribunal, on risque encore de voir quelques départs d’ici là. J’espère qu’effectivement Le Parisien suivra cette affaire de près et poursuivra son enquête pour aider ces salariés qui aujourd’hui ont perdu leur emploi.

  3. Encore une fois pourquoi rappeler que ce ne sont pas des licenciements économiques??
    l’article du Parisien fait part de pressions, de licenciements injustifiés et apparemment à chaque fois pour des fautes graves sans que celle-ci soient justifiées…
    de plus on parle de 80 employés ok. Mais combien en cdi et combien en interim ou cdd ?
    je passais régulièrement des commandes sur l’espace pro… il y avait 2 commerciaux et on pouvait appeler jusqu’à 18h… depuis un moment la ligne ne répond plus après 16h et très difficilement avant… Apparemment la personne licenciée est loin d’être remplacée … Qu’en est-l des autres postes??
    c’est bien de donner la parole pour éclaircir une situation; c’est encore mieux de vérifier les réponses fournies lors de l’entretien (quitte à faire paraitre l’article un peu plus tard que celui du Parisien).

    NdlR: Si nous précisions que ces licenciements ne sont pas économiques, c’est parce que la rentabilité des sites de ventes en ligne est loin d’être reluisante et que beaucoup d’observateurs en avaient un peu hâtivement conclu que l’entreprise Yakarouler est en situation difficile, a fortiori après la crise de mars dernier.
    Nous sommes une revue et un site d’informations professionnelles s’adressant aux chefs d’entreprises du secteur et notre propos n’est donc pas, en l’occurrence, de descendre dans le détail des conflits entre employeurs et employés. Même si nous comprenons aisément que les personnes licenciées puissent le regretter, nous leur demandons de le comprendre.

  4. En lisant ceci et le Parisien c’est bizarre quand même: les employés ont fait grève pour lui pour sauver la société mais il en parlent pas là et ensuite ils licencient ses employés et 7 en plus. C’est pas rien. Bref, je plains vraiment leur employés.

  5. pas très claires les paroles du p-dg c’est un licenciement TRÈS TRÈS abusif comme ça tu va bien CHEZ YAKALICENCIER.COM

  6. En prenant connaissance de l’article du parisien et en lisant celui-ci 2 choses m’interpellent:
    Dans l’article du parisien celui-ci donne la parole aux deux partis.. Ici non et c’est vraiment dommage… Espéreront que vous le ferez prochainement.

    La 2eme c’est qu’il n’a jamais été question de licenciement économique, mais de licenciement pour des causes non réelles et sérieuses et des méthodes de management très limitées depuis peu et sur ce point là, on reste aussi sur notre faim…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*