Inscription à la news letter
Notre magazine

Témoignage – Pièces en ligne : « Vive la vieille économie ! »

Ce commentaire à propos de notre article «PSA et Mister-Auto, Michelin et Allopneus : l’ère des mariages de raison(s)…» nous a semblé pertinent et utile à la compréhension de ces mouvements de rapprochements entre acteurs “réels” et “virtuels” qui s’amorcent. Un commentaire très complémentaire à notre analyse qui rappelle que marges et capacités d’investissement restent la force de la “vieille économie”…

temoignage_new

Une info venue de nos lecteurs-correspondants!“Merci pour votre article pertinent (NdlR : «PSA et Mister-Auto, Michelin et Allopneus : l’ère des mariages de raison(s)…». Il y a cependant un mélange logique mais injustifié dans le détail car les deux mariages (sans enterrement pour l’instant… ) ne sont pas comparables en tous points.

“Par exemple le «mariage de raison» évoqué dans votre ébauche me semble pour l’un (PSA-Mister-auto que j’appellerai PMA dans la suite) plutôt un «mariage de la dernière chance». Mister-Auto ayant vendu au bon moment et étant déjà dans l’engrenage des fonds d’investissement ; PSA ayant acheté pour ne pas passer à côté d’un marché et ne sachant visiblement pas comment intégrer le succès de Eurorepar chez Citroën dans la partie Peugeot sans froisser Pierre, Paul et Jacques.

“Le mariage «Michelin-AlloPneus» me semble déjà beaucoup plus raisonnable. D’un côté, le patron d’AlloPneus (Didier Blaise) n’étant pas certain d’une relève “ordonnée” et étant dubitatif sur une croissance sans fin ; Michelin achetant le vilain canard qu’il ne voulait jamais supporter (comme l’a fait un Pirelli, un Goodyear ou un Bridgestone) pour lui fermer la bouche sans dépenser de la mauvaise énergie et –certainement– pour dynamiser le puits sans fond qui s’appelle Euromaster. Et en s’achetant un savoir-faire effectivement inconnu (peut-être pour comprendre pourquoi un AlloPneus gagne de l’argent et un Euromaster pas).

“Pour Didier Blaise, cette opération est avant tout financière et un acte responsable. Pour Michelin, c’est plutôt l’exploration d’une nouvelle piste pour redynamiser la vente et le service autour du pneu. Car AlloPneus doit sa réputation surtout à ces 80 monteurs mobiles qui sillonnent les rues de France avec des camions qui sont des “4×3 ambulants” (sans taxe d’affichage). Par ce biais, le client particulier est fidélisé. Et comme AlloPneus a commencé à démarcher les loueurs et les entreprises (très récemment), peut-être que Michelin avait tout simplement peur…. Les 60 millions d’Euros n’étant qu’une goutte d’eau pour Michelin, c’était donc assez raisonnable comme choix.

“Je ne crois nullement à l’internationalisation (à moins que les deux-trois pays autour de la France comme la Belgique, le Luxembourg et l’Espagne – qui fonctionnent un peu comme la France soient considérés comme «l’internationalisation»). Si vous prenez le cas d’AlloPneus (travaillant principalement avec les Allemands, quelques Hollandais et autres intervenants européens), l’internationalisation n’amènera aucun chiffre d’affaires de plus aux pure-players. Même pour un Mister-Auto, je n’y crois pas. L’internationalisation est un gros mot auquel je ne crois pas pour ces deux acteurs. Qu’un Peugeot ou un Michelin prennent des idées aux deux achetés pour faire quelque chose de plus cohérent dans tel ou tel pays – peut-être. L’internationalisation depuis la France, cela restera certainement du ressort du rêve…

“Si je devais donner une note pour le rachat PMA et le rachat MAP (il manque la rubrique sondage sur le site Après-Vente), je donnerais une note de 2 sur 10 pour PSA et une note de 9 sur 10 pour Michelin. Car l’intérêt pour Peugeot de passer par Mister-Auto pour attaquer les clients particuliers, les jobbers et petits garages me semble extrêmement limité (faut passer par l’armada d’agents et d’intermédiaires pour expliquer les bienfaits de ce rapprochement qui déplaît à plus d’un franchisé et agent avec un panneau du groupe PSA). Par contre, je donne 9 sur 10 à Michelin car sur trois millions d’enveloppes vendues par AlloPneus, il peut récupérer un pourcentage «en obligeant AlloPneus» à prendre dans les marques du groupe. Par des opérations de montages mobiles gratuits (à travers le réseau de monteurs mobiles très compétents), Michelin peut même écarter les opérations dans d’autres marques = plus de CA pour Michelin.

“Aussi, Michelin pourra enfin augmenter les prix pour les centres de pneumatiques fixes qui ont dû casser du prix pour pouvoir contrer des sites comme AlloPneus en installant (comme pour les hôtels) un prix Internet légèrement plus bas qu’un prix pour la station fixe. Les ventes dans la marque Michelin et le bénéfice de l’opération MAP vont amortir le petit prix de 60 millions d’Euros pour Michelin très très vite.

“Pour AlloPneus, cela va être bien plus compliqué (à part pour le boss qui n’avait pas besoin des 60 millions d’euros pour bien vivre). Car la vieille dame a acheté une horde de jeunes filles et de garçons de la nouvelle génération difficilement «domptables» qu’elle ne pourra pas «presser dans le cadre Michelin» le lendemain. La vieille dame peut piocher dans 250 jeunes gens qui vendent du matin au soir des pneumatiques et qui connaissent bien leur métier et apprendre de ce côté du business que jeunesse et compétence ne sont pas incompatibles. Sans oublier l’outil du net «fabriqué» par AlloPneus et applicable à d’autres produits Michelin… Pour revenir du côté AlloPneus, à part le boss, il n’y avait –à mon avis– pas de chef réellement dans son rôle (même s’il y en a quelques-uns) et une hiérarchie très «plate» permettant à l’employé de s’adresser directement «au bon Dieu». Ça va changer rapidement. Et si cela décourage la base, le dynamisme d’AlloPneus s’en ira très vite…

“D’ailleurs, aucun membre de Michelin dans le «board» (selon AlloPneus), ça, c’est pour aujourd’hui. On verra demain. Car demain, si Michelin n’apprend pas qu’un management de bon père de famille est quelque chose de louable et s’ils font avec les gens d’AlloPneus comme ils ont fait avec les gens d’Euromaster, il se retrouvera rapidement dans un prochain gouffre financier (Euromaster en étant un… très profond). Et si M. Blaise veut s’opposer à Michelin, la vieille dame sera capable de lui proposer un autre paquet (disant de 80 millions) pour prendre la main sur l’affaire pour en faire quelque chose dans le cadre du Bibendum. Pour moi, le profit de l’opération MAP est du côté du M de Michelin et du côté du boss d’AlloPneus. Pour le reste (à part si on arrive à se faire une place sous entête de la vieille dame) aucun intérêt, ni pour les salariés de AlloPneus, ni pour les monteurs mobiles, ni pour le client final qui va –comme tous– avoir un prix «prescrit par la vieille dame» (un prix différent de celui d’aujourd’hui). Est-ce que cela aidera des concurrents d’AlloPneus ? Qui sait ?

“Ce qui est bien dit dans votre article : PSA et Michelin sont passés au péage (dans le cas présent c’est Mister Auto et AlloPneus) pour aller sur l’autoroute. Et surtout, pour faire de celui qui était en train d’aller sur l’autoroute, la remorque en devenant (de fait) le véhicule qui tracte…

“Mais il y a un autre point : ce qui est intéressant, c’est que le réel s’intéresse au virtuel. Mais le virtuel vend au réel. Il doit peut-être même vendre au réel pour pouvoir subsister en tant que virtuel. Ce que je veux dire, c’est qu’il y a une bonne nouvelle dans tout cela. Les “virtuoses du virtuel” se rendent compte que l’argent est surtout… dans le business réel, l’argent pour acheter, l’argent pour investir. Et le business réel veut rester réel… en achetant du virtuel. Je pense que vous me suivez…

“Ma synthèse : Il n’y a que le réel qui est «vrai» dans la durée. Espérons donc que les réels, après le rachat des virtuels, appliquent des prix du réel et un peu moins les prix du virtuel. Car le réel calcule sa marge différemment que le virtuel qui –après avoir grossi– se rend compte qu’il n’a que deux choix : avancer vite pour plus de volumes ou augmenter la marge en stagnant et en reculant.

“J’espère que le business traditionnel dans tout cela reprendra «du poil de la bête». Dommage que les acteurs comme Mister-Auto et AlloPneus soient si vite vendus. On aurait aimé les voir quelques années de plus pour voir si les fonds d’investissement/ou les banquiers allaient les soutenir encore malgré les petites marges, malgré la course au chiffre, malgré les frais qui augmentent pour toute entreprise française grâce à notre cher gouvernement qui taxe et taxe et taxe…

“Bravo aux vendeurs en tous les cas. Car ce sont eux, les gagnants de l’histoire. D’un côté le mariage PMA était nécessaire. Le mariage MAP était un mariage de raison avant tout. Les vendeurs ont peut-être un petit handicap… ils repartent aussi vite qu’ils sont venus… Mais ils ont joué le rôle du péage d’une manière très maligne, opportuniste. Pour revenir –qui sait ?– un peu plus tard avec un autre nom…

“Ce qui est certain et peu importe les raisons : la nouvelle économie se fait racheter par la vieille économie (et non pas l’inverse)… Si donc le virtuel a fait peur, la réelle économie est au-dessus du virtuel. Et cela, c’est une bonne nouvelle pour le métier. Car nous n’avons pas encore vu –il me semble– un site de vente en ligne racheter du business réel.

“Mon résumé : Vive la vieille économie… (même si elle se fait de temps à autres une petite jeunesse ;-) )

Jeep

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

1 Commentaire concernant “Témoignage – Pièces en ligne : « Vive la vieille économie ! »

  1. Tous ces commentaires sont dignes d’intérêt et peuvent faire l’objet de discussions passionnantes….
    Je souhaite juste rectifier le commentaire erroné de Jeep. Contrairement à ce qu’il affirme avec assurance « Allopneus travaillant principalement avec les Allemands, quelques Hollandais et autres intervenants européens », Allopneus bénéficie d’accords directs avec tous les manufacturiers du TOP 10 mondial.
    L’essentiel des approvisionnements du site est donc effectué en France directement auprès de ces manufacturiers ou de leurs représentants français. Allopneus dispose d’un stock permanent de 600 000 pneus, situé en France dans le Pas de Calais. C’est une de nos particularités sur laquelle nous insistons, les autres acteurs du web opérant effectivement à partir de plateformes étrangères.
    Dominique Stempfel Allopneus.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*