Inscription à la news letter
Notre magazine

Voiture connectée : les équipementiers européens se préparent !

Une étude menée par le cabinet de consulting PAC avec Cognizant auprès de 250 équipementiers européens, vient confirmer l’appétit toujours plus affirmé de ces entreprises pour ces nouvelles technologies liées la connectivité des véhicules…

BOSCH CONNECTIVITE 3

Jusqu’ici domaine réservé à une  »élite » d’équipementiers, la voiture connectée va bel et bien bouleverser l’offre proposée par l’ensemble des équipementiers automobile. C’est ce qui ressort d’une étude menée par le cabinet PAC (Pierre Audouin Consultants), en association avec Cognizant, une société américaine de services et de conseils dans les nouvelles technologies, réalisée auprès d’un panel de 250 équipementiers européens de plus de 50 employés de France, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, d’Espagne, de Suède et du Royaume-Uni.

Premier constat : pour la quasi-totalité des équipementiers sondés, la connectivité dans les véhicules va devenir une exigence des consommateurs (98%) ; une importante part d’entre eux (87%) considère même qu’elle constituera un réel différenciateur. Et pour la moitié d’entre eux (52%), les offres liées aux véhicules connectés vont représenter à l’avenir un intérêt commercial majeur.

Ces chiffres ne sont pas un scoop ; les notions de connectivité, de big data et, en aval, de l’exploitation commerciale de ces fichiers, ne sont en effet pas nouvelles en soi. En revanche, l’étude vient mettre en lumière le niveau de maturité des réflexions menées par les intervenants du marché, et les orientations qu’ils prennent actuellement pour ne pas rester en marge d’un business émergent certes, mais tellement prometteur…

Deuxième vague en vue…

Car si l’on a d’ores et déjà assisté à une «première vague» d’intervenants dans ce domaine, proposant des produits et services, essentiellement centrée sur la connectivité  »au sein du véhicule », une seconde vague d’équipementiers se prépare à partir à l’assaut du marché. Une vague qui devrait quant à elle voir arriver une connectivité davantage tournée  »vers l’extérieur », qu’il s’agisse d’un prestataire de service, d’un autre véhicule ou des infrastructures routières.

Selon l’étude en effet, si 35% des professionnels du secteur ont déjà ou sont actuellement en phase d’implémentation de leur offre, 55% des entreprises interrogées déclarent en être au stade de design et de développement de leur offre en matière de connectivité…

Les principaux axes autour desquels se développent les offres connectées pour l’automobile sont, par ordre décroissant : les conditions météorologiques (69%), les actualités (61%), le trafic (52%). Du très classique en somme, mais qui verra certainement suivre, à moyen terme, des offres autour de l’assistance à la conduite (21% des réponses), et autres services liés à la sécurité (14%).

Encore de nombreux obstacles

Bien sûr, de nombreux défis vont devoir être relevés, à commencer par les problèmes de capacité d’investissement. C’est le cas en effet pour 68% des répondants, et ce n’est pas surprenant en soi : le panel des équipementiers interrogés à travers cette étude est très majoritairement constitué d’entreprises moyennes, incapables d’allouer tous les ans des sommes exorbitantes en R&D dans un seul et même domaine de recherche, et pour qui la connectivité ne saurait donc s’ériger en priorité n°1…

Autre défi et non des moindres : celui de mettre en place –ou pas– des standards acceptés tant des constructeurs que des équipementiers, synonyme de baisse des coûts. Il s’agit d’un défi considéré comme majeur pour 38% des équipementiers interrogés. Mais la possibilité de voir émerger des standards est encore aujourd’hui entravée par les constructeurs, qui y voient le risque de ne plus pouvoir  »garder la main » sur la technologie équipant leur véhicule…

Autres défis que devront relever les équipementiers : l’inévitable arrivée de nouveaux entrants sur le marché. De la firme internationale fabricant de hardware ou éditrice de logiciels (Microsoft, Google, etc.) à la petites start-up innovante, ils sont en effet chaque jour un peu plus nombreux à lorgner le marché auto, où les automobilistes sont autant de consommateurs…

Autre point intéressant soulevé par cette étude : tandis que les équipementiers interrogés avouent ne s’être concentré jusqu’ici que sur l’aspect technologique du véhicule connecté, ils sont –fort logiquement– de plus en plus nombreux à se pencher désormais sur l’aspect commercial de cette technologie et ce, alors même que cette technologie n’en est encore qu’à sa phase de développement dans leur portefeuille produit !
Entre le mode de commercialisation à bâtir et les formidables retombées financières attendues, le  modèle économique –encore très jeune il est vrai– se cherche un peu…

infographie connectivite

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*