Inscription à la news letter
Notre magazine

Opération séduction pour la Feda

Pour attirer davantage d’adhérents, la Feda renforce sa visibilité, ses formations, revisite ses groupes métiers et relance l’éco-entretien…

FEDA_Landec et slogan

Six mois après son arrivée à la présidence du syndicat de la distribution automobile, Alain Landec a opéré un premier rapport d’étape mardi dernier. Balayant l’actualité du syndicat, il a ainsi précisé les actions en cours et les nouveautés à venir. Au menu : communication renforcée, création d’un cabinet de courtage captif baptisé Feda Assurance, des actions pour attirer de nouveaux adhérents, l’éco-entretien remis sur le devant de la scène…

Communication renforcée

Premier chantier : la communication. Un volet d’autant plus important pour la Feda qu’il permet, outre la mise en avant de ses différentes actions menées tant auprès de Bruxelles que des pouvoirs publics français, de toucher de potentiels nouveaux adhérents. Or, «les nombreuses actions menées par la Feda ne sont pas toutes ou parfois insuffisamment relayées», regrette en effet le président Alain Landec.

En premier lieu, la Feda se dote d’un nouveau slogan, «La Feda est là !». Déclinable, il servira de “baseline” pour chacun des messages que le syndicat communiquera à l’avenir. Il a été créé dans le but de moderniser l’image de la Feda et valoriser son travail et l’implication de ses équipes sur les différents dossiers.

Ensuite, la fédération intensifie sa stratégie digitale avec la mise en place sur la toile de la Feda TV. Visible à l’adresse www.fedatv.fr et sur Youtube et Dailymotion, ce nouveau media proposera des vidéos courtes mais régulières mettant en scène l’équipe des permanents et des adhérents et abordant l’actualité de la Feda : dossiers en cours, juridique, social, formation, communication, etc.

Par ailleurs, divers changements devraient intervenir d’ici Equip Auto sur les sites internet de l’organisation syndicale : le site institutionnel de la Feda (www.feda.fr) et celui dédié au concept d’éco-entretien, (www.econentretien.eu) seront modernisés. Quant au site www.liberezvousdesideesrecues.com, il va devenir la vitrine internet dédiée aux réparateurs, car orienté B2C depuis sa création. Il met en effet en avant des messages à destination du grand public (la garantie constructeur préservée par exemple). Des messages au profit des réparateurs indépendants, et donc des membres du SNISA (créé par la Feda), de l’ASAV ou de tout autre syndicat de réparateurs.

Recruter des adhérents

Place aussi au rassemblement. Dès le début de son mandat, le président s’était assigné un objectif : faire que 100% des distributeurs indépendants soient adhérents à l’organisation professionnelle. Et le chemin est encore long : sur environ 2 000 points de vente, la Feda ne peut en revendiquer actuellement que 700 sous sa bannière.

La plus grande visibilité que la Feda entend se donner à travers cette communication renforcée ne pourra cependant pas permettre à elle seule d’attirer tous les distributeurs encore non-adhérents. Aussi, en parallèle à l’envoi d’une circulaire en avril dernier à l’ensemble des non-adhérents, la Feda s’attache à sensibiliser les têtes de réseaux. Celles-ci sont d’ailleurs une cible-clé dans le dispositif de recrutement car «elles comptabilisent à elles seules quelque 1 300 points de ventes» rappelle Yves Riou, secrétaire général de la Feda. Après avoir participé au congrès des distributeurs Precisium à Pékin en mai dernier, la Feda annonce sa présence à la prochaine convention des réseaux Top Garage/Top Carrosserie.

Alain Landec souhaite que des distributeurs non-adhérents à l’organisation professionnelle assistent aux assemblées générales des Feda régionales durant les mois de juin, juillet et septembre et au travers desquelles une vaste campagne de valorisation du métier de la distribution va être mise en place.

En parallèle, de nouveaux groupes métiers Feda et des groupes filières pour le SNISA sont progressivement mis en place. Destinés à renforcer l’expertise métier de la Feda, ils pourraient aussi servir d’arme de recrutement pour l’organisation, à l’image des groupes métiers «distribution VL» (en cours de création) et surtout «peinture». Ce dernier, prévu pour le mois de juillet, accueillera des distributeurs issus des groupements Autodistribution, Centaure, Groupauto ou encore Precisium. Une même logique est appliquée pour le SNISA avec l’apparition de groupes filières baptisés «atelier», «véhicule connecté» et «eco-entretien».

Eco-entretien : vers un «réseau»

Ce dernier concept, initié par la Feda et ayant obtenu un prix de l’Innovation technique lors de l’édition 2013 d’Equip Auto, n’a pas encore pris racine au sein de la filière indépendante. Du moins pas suffisamment selon le président de la Feda : «Certaines enseignes surfent sur cette vraie bonne idée qu’est l’éco-entretien tandis que la distribution traditionnelle et leurs clients réparateurs ne se sont pas approprié ce qui représente un véritable fonds de commerce pour leur entreprise», note ainsi Alain Landec.

Pour accélérer son déploiement au sein de la filière indépendante, la Feda annonce donc qu’elle va  »reprendre la main » sur ce concept et le piloter «à la façon d’une tête de réseau». Concrètement, l’organisation professionnelle va constituer des clubs de distributeurs et de réparateurs volontaires pour faire vivre ce concept et, dans un second temps, mettre en place une labellisation de ce réseau via Ecocert sous l’appellation «Feda Eco-entretien».

Divers autres labels dédiés aux différents groupes métiers du syndicat, pourraient aussi voir le jour. Tel pourrait être le cas des groupes «Moteurs» (pour les référentiels atelier culasse et atelier moteur complet), «Diesel», «Peinture» voire… «Plateforme». Un dossier sur lequel la Feda entend se pencher à l’heure où se multiplient les changements de code APE chez certains réparateurs, leur permettant de se faire livrer en direct par les plateformes. Et faisant ainsi de ces dernières des fournisseurs-concurrents des distributeurs !

A noter enfin la mise en place de Feda Assurance, via la création d’un cabinet de courtage captif et qui proposera aux adhérents toute une gamme de produits dédiés à leur activité, allant de la prévoyance maladie aux assurances réparations en passant par la responsabilité civile professionnelle ou encore les pannes mécaniques.

Enfin, en forme de “teasing”, Alain Landec a annoncé un accord entre la FNAA et le SNISA. Un accord aux contours encore flous, d’autant que les spécificités entre ASAV et SNISA-Feda sont encore imprécises. Alain Landec n’a pas voulu commenter plus avant son annonce. Depuis, la FNAA a annoncée une réunion presse le 26 juin prochain sur le même sujet.

A suivre, donc…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*