Inscription à la news letter
Notre magazine

Corteco : bien changer les joints de queues de soupapes

La fonction première du joint de queue de soupape est d’assurer la lubrification de la tige de soupape. En même temps, il empêche le passage de l’huile dans la chambre de combustion, synonyme de pollution et de consommation excessive. Spécifique à chaque modèle de moteur, le joint de queue de soupape est une pièce hautement technique dont la dégradation peut avoir des conséquences inéluctables sur la pérennité du moteur.

Avec le temps et les kilomètres, ce fameux joint à base d’élastomère, positionné sur le guide de soupape, subit une usure naturelle en raison des températures élevées de l’huile en contact et du frottement de la soupape. Le joint deviendra alors dur et cassant, n’assurant plus correctement l’étanchéité de la tige de soupape. Résultat : le moteur consomme dangereusement de l’huile et se met à fumer bleu à l’échappement. Il polluera d’ailleurs beaucoup plus en ville que sur autoroute où la sollicitation du moteur est différente. Enfin, la qualité de la combustion du mélange dégradera fortement les performances du moteur. Bilan du dérèglement :

  • Surconsommation de carburant et encrassement important du Catalyseur.
  • Échec au test anti-pollution lors du contrôle technique.
  • Risques de casse des composants moteur, voire du moteur complet.

A l’heure où les moteurs offrent des niveaux de performances de plus en plus élevés, repoussant sans cesse les limites d’étanchéité des joints, ce tableau noir de la panne n’est plus uniquement le lot des voitures à forts kilométrages. Un joint de queue de soupape ne respectant pas les tolérances préconisées par le constructeur peut aussi avoir des conséquences désastreuses pour la longévité du moteur. Le premier effet sera l’usure prématurée des guides et des soupapes générant des bruits importants dans le compartiment moteur. Les risques de grippage et de casse moteur sont alors bien réels. Dans les deux cas, fuites importantes ou trop faibles, la dépose de la culasse quand les symptômes apparaissent pour remplacer les joints de queue de soupapes est vivement conseillée.

Spécialiste de la rechange automobile, Corteco commercialise plus de 200 références de joints de queue de soupapes en qualité d’origine dont certains ont été spécialement élaborés pour éviter l’effet « blow-by » et contrer ainsi le passage des gaz d’échappement dans le circuit de lubrification par les queues de soupapes. D’autres, plus spécifiquement dédiés aux moteurs diesel, intègrent la technologie Gas-lip, un procédé mis au point pour permettre aux joints de queue de soupapes de résister aux hautes pressions. Corteco offre à ses clients distributeurs la gamme de joints de queues de soupapes la plus complète du marché avec des mises à jour régulières.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 3,40 sur 5)
Loading...

3 Commentaires concernant “Corteco : bien changer les joints de queues de soupapes”

  1. Bonjour,
    J’ai une Citroën traction 11 D 1956
    En descente elle me fume énormément puis je mettre des joints de queues de soupapes Corteco sur cette culasse ancienne.
    Merci de votre réponse ?
    JPS

  2. bonjour, je reconditionne un moteur de motoculteur, je veux installer un joint de queue de soupape sur l’admission, le diamètre de la queue de soupape est de 7.4mm, le guide de soupape ne dépasse pas de sa surface, le diamètre intérieur du ressort est de 22.5mm, je pensais a la marque corteco la référence est 46023000, merci d’avance pour votre réponse, cordialement

  3. Bonjour,

    Je reconditionne un ancien moteur de 2cv. Ce moteur n’a pas de joint de queue de soupape. Je veux en installer sur les soupapes d’admission. Le diamètre de la tige de soupape est de 8 mm et celui extérieur du guide est de 11,5 mm, la hauteur doit être de 10 mm. Merci de dire si vous avez ces dimensions.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*