Inscription à la news letter
Notre magazine

Pièces remanufacturées : Lizarte se penche sur l’électronique

Lizarte, spécialisé dans l’échange standard, s’est structuré pour investir le très porteur marché des pièces remanufacturées intégrant des composants électriques et électroniques…

 

Lizarte_620

Très en vogue, les pièces «remanufacturées» ou «échange standard» répondent à un double enjeu économique et environnemental. Mais si le nettoyage, la rectification, le chromage ou le redressage des pièces mécaniques ne posent pas de véritables problèmes (encore que…), l’échange standard et ses acteurs doivent aujourd’hui négocier un nouveau virage : celui de la technologie embarquée, synonyme d’électricité et d’électronique toujours plus présentes dans les véhicules.

Aussi, après les pièces Diesel telles les injecteurs et autres pompes common rail, la rechange indépendante voit le marché de l’échange standard s’ouvrir aux pompes de direction et aux crémaillères électriques ou électroniques ainsi qu’aux boitiers de direction et aux colonnes de direction électriques.

Lizarte, l’un des acteurs majeurs en Europe pour les pompes et crémaillères de direction mécaniques et hydrauliques, également présent sur les pièces de la famille Diesel depuis 2008 (pompes, injecteurs, etc.) ou encore la climatisation (compresseurs), voit ce défi comme une réelle opportunité pour son business : «Si un temps les pièces remanufacturées en Europe ont pu être concurrencées par des pièces neuves fabriquées à moindre coût en Asie, l’émergence des pièces comportant de l’électronique permet aux entreprises européennes de démontrer leur vrai savoir-faire dans les process de remanucturing», confie en effet Monica Fuentes, directrice commerciale de l’équipementier espagnol.

Département dédié

Bien sûr, le gros des volumes est encore assuré par le cœur de gamme, les pièces mécaniques et hydrauliques. Mais le marché est porteur car synonyme de valeur ajoutée. Pour expliquer le dynamisme de ces nouvelles références dans l’offre de l’équipementier espagnol, Monica Fuentes avance plusieurs arguments : «Il y a d’abord le fait que les gammes de produits  »historiques » Lizarte sont matures et ne peuvent plus progresser aussi vite ; il y a aussi indéniablement un effet parc, avec des véhicules embarquant ces pièces de technologie plus récente qui aujourd’hui nécessitent des remplacements ; enfin, il ne faut pas minimiser non plus le travail des distributeurs indépendants sur ces gammes de pièces. Ce marché n’est plus seulement l’apanage des réseaux constructeurs !»

Pour répondre à cette demande croissante, Lizarte a donc mis en place un véritable  »département » dédié sur son site à Pampelune. Ici, la problématique de la matière première (rareté des carcasses) prend un sens aigu ; lorsqu’il faut une trentaine de carcasses pour parvenir à une vingtaine de pièces rénovées pour des crémaillères ou des pompes de direction, le coût d’achat des carcasses de colonne de direction électrique par exemple impose en effet de tendre vers un taux de un pour un : une carcasse achetée, pour une pièce rénovée.

A l’instar de ses gammes plus traditionnelles, Lizarte propose en parallèle du remanufacturing un service de réparation de pièces. Idéal sur un segment de marché où la vieille matière se fait encore rare. Les process très stricts et la vérification unitaire des produits sur banc d’essai permet permettent enfin de proposer, comme pour le reste de l’offre, une garantie de 24 mois.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*