Inscription à la news letter
Notre magazine

Atelier et internet : le « panier digital » moyen à -23% en 5 ans !

Sur la base de factures issues de carnets d’entretien digitaux, revisersavoiture.com lance le premier baromètre de l’entretien auto digital. Avec pour principal constat un panier moyen qui recule tous les ans…

Revisersavoiture_barometre entretien digital_620

Créé en 2009 par Michel Grihangne, le site internet revisersavoiture.com, initialement destiné au couponing en matière d’entretien auto, a bien grandi. Au point de se positionner aujourd’hui comme un véritable portail web de l’entretien auto : outre la mise en avant de promotions par des réparateurs partout en France (7 600 garages inscrits) ou le carnet d’entretien, le site propose aux internautes des conseils en entretien, un webzine, la possibilité de laisser des avis après une prestation effectuée par l’un de pros inscrits sur le site, mais aussi d’obtenir un e-devis ou encore de prendre rendez-vous en ligne.

Aujourd’hui, fort de pas moins de 500 000 internautes-automobilistes inscrits sur sa plateforme, et de près de 100 000 carnets d’entretien digitalisés, revisersavoiture.com a pu analyser les factures afin d’en tirer le premier baromètre d’entretien auto digital pour mieux comprendre le comportement des automobilistes sur le poste « entretien du véhicule ». Et leurs attentes…

Le panier moyen dégringole…

revisersavoiture.com peut revendiquer un « échantillon » pour le moins représentatif des consommateurs automobilistes puisqu’il s’est appuyé sur 128 000 opérations de maintenance déclarées entre 2010 et 2015, issues de 96 000 carnets d’entretien digitaux et représentant quelque 11 M€ de facture !

Et le premier résultat n’est pas vraiment positif, avec un panier moyen de 212 € par entrée-atelier en 2015, en baisse de 4% par rapport au panier moyen calculé un an plus tôt. Et ce panier moyen n’a de cesse de baisser depuis 2010, date du début de l’analyse de revisersavoiture.com : entre 2010 et 2015 en effet le site internet avance une baisse du panier moyen de 23%!

Michel Grihangne souligne par ailleurs que «ce recul est généralisé, quelle que soit la famille de pièce ou la prestation envisagée». Très clairement visible en effet sur l’infographie ci-dessus (en rouge, les chiffres pour 2015 ; en bleu ceux constatés un an plus tôt), le tarif pour une courroie de distribution, qui reste le premier poste de dépense en entretien, s’est ainsi établi à 431 € en moyenne en 2015 ; il était à 441 € en 2014. Le remplacement des amortisseurs ? Cela a coûté 259 € en moyenne en 2015 lorsque les carnets d’entretien digitaux des automobilistes révèlent qu’il fallait débourser 302 € en moyenne un an plus tôt. Révision, pneus, freinage, échappement, climatisation, simple vidange… tous suivent le même trend.

… parce que le modèle économique change

On ne le dira jamais assez : internet est venu bousculer les habitudes de consommation des automobilistes en matière d’après-vente. Après le pneu puis la pièce de rechange pour les do iteurs, c’est aujourd’hui clairement la façon de «consommer» de la prestation d’entretien-réparation qui est impactée par le web !

La toile est un formidable champ d’investigation pour le consommateur, qui peut comparer autrement plus vite et facilement les réponses des professionnels à ses besoins. C’est le cas depuis plusieurs années déjà en matière de biens de consommation (électroménager, Hi-Fi, etc.), de tourisme et d’hôtellerie ; l’entretien auto n’échappe plus à cette règle. Ceci explique au moins en partie le delta de la valeur du panier moyen observé par le portail internet (221 € en 2014 ; 212 € en 2015) et les chiffres du Gipa, lesquels révélaient dans le cadre de son étude 2014 un panier moyen de 288 € (NdlR : les chiffres de l’étude 2015 ne sont pas connus à l’heure de la rédaction de cet article) : le panier moyen calculé par le site concerne justement des consommateurs dont le réflexe est de se renseigner sur la toile pour y trouver le meilleur rapport qualité/prix.

Autre exemple : à travers l’analyse de ces 128 000 opérations, le site a constaté que le «sacro-saint» critère de proximité, qui primait jusqu’ici dans le choix d’un réparateur, est clairement en train de perdre de sa superbe ! «Pour bénéficier de la bonne prestation au bon moment, positionnée au bon prix, les automobilistes sont aujourd’hui capables de faire de plus en plus de kilomètres», confirme le fondateur de revisersavoiture.com. De la même manière, l’analyse fine de ses données tendrait à démontrer que les enseignes n’ont plus le même poids dans l’esprit des consommateurs – du moins ces automobilistes «digitalisés»… Cette analyse qui rejoint, au moins partiellement, celles qui pouvaient être tirées des chiffres provenant du site controletechniquegratuit.com, et qui mettaient en lumière certes deux problématiques distinctes pour les ateliers des réseaux de marque et les ateliers indépendants, mais avec la même conséquence : une volatilité toujours plus prononcée des consommateurs…

Les services digitaux comme arme de reconquête ?

Dans ce cadre, les professionnels ne doivent pas se demander comment lutter contre ce phénomène, mais bien plutôt chercher à comprendre les ressorts de ces nouveaux comportements d’achat pour se positionner au mieux -et vite- sur un créneau digital qui ne peut que progresser.

A cet égard, revisersavoiture.com considère que le carnet d’entretien digital et, plus largement, les services proposés par le portail, s’avèrent une batterie d’outils bénéfiques tant pour l’automobiliste que pour le professionnel. Le premier peut trouver la bonne prestation au positionnement prix recherché, éventuellement demander un devis, prendre un rendez-vous en ligne et, une fois la prestation effectuée, déposer un avis en ligne. Bref, opter pour la prestation qui lui convient le mieux à travers un parcours digital complet. Il pourra également archiver ses opérations qui serviront, en cas de revente ultérieure du véhicule, à certifier sa valeur. Le fondateur du portail web réfléchit d’ailleurs actuellement à éventuellement lancer un «label qualité» pour les VO, justement basé sur ce carnet d’entretien digital.

Et du côté des professionnels, ces mêmes services pourraient bien lui redonner le sourire : en accompagnant le marché plutôt qu’en tentant (vainement) de lutter contre lui, il pourrait, de par son positionnement prix affiné, des promos pertinentes, des services à valeur ajoutée et de bons avis déposés sur le portail, retrouver en volume ce qu’il perdra de toute façon en valeur.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*