Inscription à la news letter
Notre magazine

Référencement sur Internet : mais où est donc Oscaro?

Les centres auto plus visibles sur Internet que les pure players de la vente de pièces ? C’est une surprise que vient de dévoiler l’agence de conseil en référencement naturel VRDCI. Norauto et Feu Vert occupent ainsi les 1e et 3e places du podium en la matière, et les deux enseignes sont très régulièrement dans le top 5 lorsqu’il s’agit de pièces ou de pneus “pas cher”, grillant souvent la politesse aux Oscaro et autres Allopneus. Mais au seul périmètre de 90 mots-clés analysés…

google

L’importance du prix pour le consommateur se révèle à travers l’étude de VRDCI.

VRDCI, l’agence de conseil aux entreprises pour le référencement naturel sur Google, vient de rendre public un audit dédié aux sites Internet spécialisés dans la vente de pièces de rechange et de pneumatiques. Car selon VRDCI, la demande en la matière est très élevée, comme le révèlent les 292 339 visites naturelles mensuelles enregistrées sur Google. Un chiffre étonnamment bas, car limité au périmètre des 90 mots-clés sélectionnés par le cabinet qui confirme «que le volume de recherches est en réalité beaucoup plus important».

C’est probable, puisque le seul terme “pièce auto”, le plus demandé de ces 90 mots-clés, ne représente que 90 500 recherches sur Google (et certes plus de 200 000 dans ses variantes incluant le mot pièce(s), avec ou sans fautes d’orthographe), ce qui révèle la nécessité d’être performant en matière de référencement naturel si l’on veut finir en tête des résultats qui s’affichent. Sur ce terme précis, c’est le site piecesauto.com, moins connu qu’Oscaro, Mister-Auto ou Yakarouler, qui arrive en tête, par les seules grâce et intelligence de son nom. Mais, surprise : le second au classement n’est autre que Norauto ! Et ce, sans avoir eu besoin de recourir à des adresses url sponsorisées, celles qui apparaissent automatiquement en haut de la première page Google parce que le site auxquels elles renvoient a payé pour.

«Plus un site se situe en position haute, plus il aura un taux de clics élevé, précise VRDCI. Pour rappel, le taux de clics d’un site en première position est de 51%. Ce même taux chute à 13% pour la deuxième et troisième position, à 4% pour la quatrième et cinquième position et à 3% pour les sites situés entre la sixième et dixième position.» Et à ce petit jeu c’est, bien sûr, le référencement naturel qui compte par-dessus tout.

Trois leaders… et des miettes pour les autres

Si Norauto a payé pour d’autres url sponsorisées, cela n’empêche pourtant pas l’enseigne leader des centres auto de dominer, tout court, le classement du référencement naturel des sites spécialisés dans la pièce et le pneu. En effet, norauto.fr arrive premier, tous mots-clés confondus, devant l’inattendu –mais pas illogique– piecesauto.com et son concurrent direct feuvert.fr. «Ces trois sites comptabilisent respectivement 37,27%, 35,95% et 28,5% de visibilité sur Google et laissent derrière eux que très peu de place pour les autres sites qui regroupent entre 0,42% et 10,55% de visibilité», insiste VRDCI.

Sur le seul pneumatique, le premier pure player du secteur, Allopneus, parvient à accrocher la première place sur des mots-clés comme “vente pneu” ou “acheter pneu” et même “promo pneu”, malgré les trésors de publicité d’un Feu Vert en la matière, qui ne décroche que la troisième place sur ce dernier terme. Mais tous mots-clés confondus, il n’est que quatrième au classement de la visibilité. C’est lui qui atteint le taux de 10,55% de visibilité précité par VRDCI. Derrière, cela «démontre une visibilité naturelle relativement faible des autres sites qui ne dépassent pas la barre des 11%», d’après l’agence.

Le prix si primordial

Le cas du terme “promo pneu” n’est pas anecdotique, lorsque l’on prend connaissance de la suite de l’audit de VRDCI. En effet, le cabinet de conseil relève «l’intérêt croissant des internautes pour les prix bas». Et d’ajouter que, «par exemple, le terme “pneu pas cher” représente 74 000 recherches mensuelles sur Google et “pieces auto discount” comptabilise, lui, 6 600 recherches». L’agence relève également que des sites pourtant réputés pour tirer les prix vers le bas, comme Cdiscount ou pieceauto-discount… ne sont pas servis par leur aspect discount, justement.

Il est vrai que Cdiscount, trop généraliste, est en toute logique largué pour ce qui est de la pièce auto. Mais pieceauto-discount ne semble même pas bénéficier de sa position de spécialiste. Dans les deux cas, selon VRDCI, le référencement naturel a purement et simplement été négligé.

Du bon et de l’étrange… pour Oscaro

Au regard de cet audit, un constat, une question et un regret.

Le constat est plein d’espoir : deux réseaux physiques apparaissent dans le tiercé de tête, ce qui rassurera sans doute ceux des professionnels dits traditionnels qui se pensent définitivement disqualifiés par l’efficacité des pure players de la pièce internet. A condition bien sûr de travailler la notoriété pour susciter la recherche spontanée et d’être prêt à payer très cher les mots-clés pour apparaître en tête des requêtes d’internautes : sur ce tableau, le coût par clic pour chaque mot-clé retenu par l’étude laisse entrevoir de belles ardoises pour qui veut se les offrir massivement…

La question que suscite cette étude, elle, reste sans vraie réponse. Si la qualité du référencement et des mots-clés est si déterminante, comment un Oscaro qui domine pourtant outrageusement le marché de la pièce en ligne peut-il apparaître, selon cet audit, aussi mal classé ? Que les ennemis du site ne se réjouissent donc pas trop vite : pour se faire une idée, il faudrait savoir combien de fois le mot Oscaro est recherché par mois, tant ce nom est devenu synonyme de pièce en ligne. Probablement bien plus de 90 000 fois… D’ailleurs, Oscaro apparaît cette fois en tête des sites marchands lorsque l’on tape sur Google le seul mot «pièce», au singulier comme au pluriel.

Quant au regret, c’est de voir que le prix reste la raison première des recherches de pièces sur internet. C’est un signe de plus que les tensions sur ce sujet de la cherté de la pièce ne sont pas près de disparaître…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 3,75 sur 5)
Loading...

2 Commentaires concernant “Référencement sur Internet : mais où est donc Oscaro?”

  1. Comme le dit Baldran il est difficile de vérifier toutes ces données dans un secteur très mouvant, et où les nouveaux entrants peuvent chambouler la donne en quelques semaines. Ne pas oublier les géants du secteur e-commerce comme Amazon qui proposent des gammes de produits auto également.

  2. Étude très intéressante mais très théorique. Il reste à vérifier ces chiffres en se rapprochant des diverses enseignes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*