Inscription à la news letter
Notre magazine

Magneti Marelli bientôt coréen ?

Une nouvelle rumeur de revente de l’équipementier Magneti Marelli est apparue cet été. Cette fois, le constructeur Fiat Chrysler Automobiles envisagerait de céder son équipementier au coréen Samsung. L’an dernier à pareille époque, une précédente “fuite” le donnait vendu à des fonds de pension…

magneti marelli checkstar

Décidément, l’été est propice aux rumeurs de revente de Magneti Marelli. Fin juillet 2015, l’agence Reuters révélait que des négociations s’apprêtaient à aboutir entre Fiat Chrysler Automobiles (FCA), propriétaire de l’équipementier, et des fonds de pension. Après une année de répit, rebelote le 3 août dernier : l’agence financière Bloomberg, relayée par l’AFP, annonçait cette fois des négociations avancées avec le Coréen Samsung «en vue de la cession de Magneti Marelli ou de certaines de ses activités, comme l’éclairage, la télématique ou les systèmes de divertissement embarqués».

Selon des analystes italiens, l’opération pourrait atteindre 3 milliards de dollars, ce qui permettrait au constructeur de réduire son endettement qui atteint 5,467 milliards d’euros. Ce serait en outre le moment, le chiffre d’affaires de Magneti Marelli étant estimé à 7,5 milliards en 2016 (contre 6 milliards en 2013) alors que la marge de l’entreprise se serait améliorée, ce qui est une stratégie logique quand on prépare une revente.

l’information, que le constructeur s’est refusé à commenter, a été particulièrement bien accueillie par la Bourse milanaise qui octroyait alors au titre du constructeur une progression de 8,26% sur un marché à seulement +0,2% le même jour.

Si cette nouvelle rumeur va crédibiliser un peu plus cette cession par FCA d’une activité qu’il ne considère pas comme stratégique et dont le produit pourrait visiblement rassurer ses investisseurs inquiets du fort endettement du constructeur, reste les mêmes questions que celles évoquées il y a un an : le possible repreneur reprendra-t-il et gardera-t-il les multiples activités de l’équipementier ou en revendra-t-il par appartements ? Et que deviendrait le réseau multimarque Checkstar, qui revendique 4 000 sites dans le monde dont 1 750 en Italie mais n’a jamais décollé en France, même s’il reste au catalogue de Lum Lux, la plateforme reprise par Sicoba sous la nouvelle société Artec Distribution après le naufrage d’Autoreserve ?

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*