Inscription à la news letter
Notre magazine

AXA

Après “Allo Mécano”, le service d’AXA destiné à contrôler les devis mécanique de ses assurés à leur demande, avec l’aide de “mécaniciens-experts”, c’est au tour de Natixis Assurances de proposer une solution semblable dans l’Assurance AUTO qu’elle fournit aux clients des Caisses d’Epargne… au risque de raviver une plaie encore fraîche chez les représentants de la profession de réparateur.

Annoncée par le délégué interministériel à la sécurité et à la circulation routières lors du Congrès de l’ANEA, en avril dernier, la nomination des nouveaux membres de la Commission nationale des experts en automobile a été officialisée au travers d’un arrêté paru au Journal Officiel le 10 septembre dernier. Ainsi réactivé après de longues années de sommeil, la CNEA, chargée entre autres des procédures disciplinaires de la profession d’expert, se pare toutefois d’une couleur très CFEA, pour ce qui est de ses membres experts en automobile…

Et voilà que SRA (Sécurité et Réparation Automobiles), émanation des assureurs et pourtant très ancien et avisé observateur du prix des pièces, prend brutalement et ouvertement position contre les tarifs des pièces captives, tout particulièrement ceux pratiqués par les constructeurs français. Les assureurs veulent-il enfin ouvrir ce dossier qu’ils contournent depuis si longtemps ? Et si oui, pourquoi ?

La société clermontoise Les Affranchis, spécialisée dans le conseil aux automobilistes en matière de gestion de sinistre s’est penchée sur l’ensemble des dossiers qu’elle a eus en charge depuis sa création et vient de dévoiler un tout premier baromètre des compagnies et mutuelles d’assurances les plus efficaces dans l’indemnisation des automobilistes. Un baromètre certes régional mais qui prouve que certains assureurs se sont déjà disciplinés pour répondre aux procédures de recours direct, notamment, quand d’autres continuent de jouer la montre…

Ce n’est pas un mais bien deux jugements de la Juridiction de proximité de Clermont-Ferrand qui ont condamné AXA dans le cadre de deux recours directs. Une situation inédite pour le géant de l’assurance qui, jusqu’ici, était parvenue à se mettre à l’abri de cette procédure si bénéfique au droit de l’automobiliste non responsable de son sinistre.

Nous vous révélions récemment la création par AXA d’une centrale d’achat baptisée Alpha Scale et surtout d’Alpha Scale France, sa toute jeune filiale française née en juillet 2015. Nous avons cette fois pu joindre Philippe Cousin, directeur des achats assurantiels de l’assureur et président d’Alpha Scale France. S’il n’a guère été disert sur les chiffres, objectifs et autres éléments stratégiques, il a toutefois bien voulu nous expliquer les principales ambitions et le fonctionnement général de l’entreprise.

S’astreindre à faire des recoupements sur internet favorise parfois de réelles surprises. C’est ainsi que nous avons découvert l’existence de la société Alpha Scale France présidée par Philippe Cousin, directeur des achats assurantiels d’AXA. Le code NAF 4531Z de la société correspond… à l’activité de commerce de gros d’équipements automobiles, peu en phase avec l’activité usuelle de l’assureur ! AXA lance-t-il une centrale d’achat de pièces automobiles ?

A en croire ce dernier communiqué de l’ANEA à l’attention de ses adhérents, AXA s’apprête à revoir sa politique en matière d’expertise auto en 2016 et espère obtenir de “son” réseau d’experts de nouvelles concessions en vue d’un nouveau contrat écrit d’apport d’affaires. Contrat sur lequel AXA espère se baser pour « répartir le marché dans le cadre d’une saine concurrence » entre “ses” cabinets d’experts libéraux et ceux de BCA Expertise !

1 2 3 7