Inscription à la news letter
Notre magazine

expert

Même si elle est déjà inédite par sa taille et par sa profondeur, c’est aussi l’utile et passionnante psychanalyse d’une profession que nous livre cette nouvelle étude du Gipa. Elle a certes ausculté en détail 800 carrosseries de toutes tailles et de toutes natures. Mais elle a aussi −et surtout− sondé les cœurs et les âmes de 800 patrons carrossiers…

L’entrée en vigueur de l’arrêté d’application du libre choix du réparateur est une avancée pour la profession de carrossier. Une condition nécessaire selon la FNAA mais malheureusement pas suffisante pour les entreprises de réparation-collision qui doivent plus que jamais savoir communiquer et « se vendre ». Pour mieux fidéliser…

Ce n’est pas en soi la résiliation massive du réseau d’experts d’Allianz qui pose problème mais plutôt sa froide violence. Les experts ne la digèrent pas. Au vu de la toute dernière lettre de l’ANEA à ses adhérents (comme de celle d’Allianz au SNDEA), le front syndical n’a pas encore pu infléchir l’assureur qui ne change ni forme, ni fond. Si révolte d’experts il devait y avoir, sera-ce par l’ANEA elle-même comme son courrier peut le laisser entendre ou au seul niveau individuel d’experts résiliés mais pas résignés ?

Les assureurs ne veulent pas du libre choix du réparateur, on le sait. L’arme espérée létale qu’ils déploient contre lui, c’est le “rôle économique de l’expert”, cette notion floue que les donneurs d’ordre veulent maintenant étendre jusqu’à étouffer chez les carrossiers tout espoir né de cette loi. Les fédérations de réparateurs l’ont compris : l’expert est en l’occurrence plus victime de sa situation de dépendance que…

Notre article «ANEA : une cellule psychologique pour experts déprimés !» a suscité plusieurs commentaires de la part de nos lecteurs.  celui de Jeanmi répond précisément à la prise de position chez un confrère de Sylvain Girault, vice-président de l’ANEA, concernant les “dérapages” possibles de réparateurs du fait du libre choix

Quelques réparateurs nous ont rapporté que certains de leurs clients avaient été enjoint par leur assureur à garder leur véhicule chez eux suite à sinistre, afin de l’y faire directement expertiser. Ou à l’amener directement au cabinet de l’expert. Si cela s’avère, il est légitime de se demander si cette nouvelle tentative de contournement du libre choix du réparateur ne risque pas d’être « la bonne » pour les compagnies d’assurances : celle qui les remettrait « enfin » (ou plutôt déjà !) dans le « droit chemin » de la maîtrise du coût sinistre…

1 2 3 4 5 9