Inscription à la news letter
Notre magazine

NOx

Le 1er septembre, une réunion a eu lieu au Ministère de l’Environnement, en présence des principaux acteurs et observateurs du contrôle technique en France, pour faire un bilan de la grande phase expérimentale de tests d’émissions polluantes qui a eu lieu entre 2016 et 2017. Et contre toute attente et toute logique, c’est vers le matériel de test le plus coûteux et le plus volumineux –le banc de charge à rouleaux ou banc de puissance– que la DGEC semble vouloir porter son choix pour réaliser les futurs contrôles d’émissions polluantes ! Une mesure qui, toutefois et en toute logique, devrait être repoussée à 2022…

Pas moins de 40 experts internationaux en gaz d’échappement se sont réunis pendant deux jours chez Maha, pour notamment définir de nouveaux processus de contrôle. Par ailleurs, l’entreprise a été distinguée d’un titre de « Leader Mondial 2016 » dans le secteur des « équipements d’atelier et de contrôle des véhicules ».

Après la parution du décret relatif au contrôle des émissions polluantes, les réseaux de contrôle technique s’apprêtent à participer à la phase expérimentale de tests des méthodes de contrôle et des valeurs de référence. Groupe leader du secteur, Dekra a donné quelques précisions sur la façon dont seront conduits ces tests et comment ceux-ci permettront de construire le protocole de contrôle qui sera finalement retenu par l’UTAC/OTC.

Il était attendu de pied ferme par toute une profession : celle de contrôleur technique. Le décret instaurant le contrôle des niveaux de CO2 ou de NOx, lors du fatidique check-up réglementaire tous les deux ans au-delà des quatre ans d’âge, vient d’être publié ce 19 juin dans le Journal Officiel. Les fédérations professionnelles se félicitent de l’avancée environnementale qu’il institue mais la FNAA questionne toutefois les délais d’amortissement des investissements auxquels devront consentir les acteurs de la filière.

1 2